Symphonie nº 3 d'Arthur Honegger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Symphonie nº 3.
Symphonie n° 3
H. 186
Symphonie Liturgique
Image décrite ci-après
Genre Symphonie
Musique Arthur Honegger
Durée approximative 29 minutes
Dates de composition 1945-1946
Création 17 août 1946
Zurich, Drapeau de la Suisse Suisse
Interprètes Charles Munch (direction)

La Symphonie nº3 (H. 186) ou Symphonie Liturgique d'Arthur Honegger est une œuvre orchestrale, la troisième de ses cinq symphonies. Elle fut composée d'octobre 1945 à avril 1946 à l'instigation de la communauté de travail « Pro Helvetia » et a été créée le 17 août 1946 à Zurich sous la direction de Charles Munch.

Analyse[modifier | modifier le code]

De toutes les symphonies de Honegger, la troisième est la plus développée. Elle est également la seule à comporter un programme explicite d'un point de vue philosophique. L'auteur a ainsi déclaré : « J'ai voulu symboliser la réaction de l'homme moderne contre la marée de barbarie, de stupidité, de souffrance, de machinisme, de bureaucratie qui nous assiège ... J'ai figuré musicalement le combat qui se livre dans son cœur entre l'abandon aux forces aveugles qui l'enserrent et l'instinct du bonheur, l'amour de la paix, le sentiment du refuge divin ». C'est ce qui explique l'ordonnancement et les titres des trois mouvements autour des versets du Requiem liturgique. Les trois mouvements sont les suivants :

  1. Dies irae Allegro marcato
  2. De profundis clamavi Adagio
  3. Dona nobis pacem Andante

L'œuvre, par sa structure, peut être rapprochée de la Sinfonia da Requiem du compositeur britannique Benjamin Britten. La symphonie dure environ 29 minutes.

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Instrumentation de la Symphonie nº 3
Cordes
premiers violons, seconds violons, altos,

violoncelles, contrebasses

Bois
1 piccolo, 2 flûtes, 2 hautbois, un cor anglais, deux clarinettes (si bémol)
une clarinette basse, 2 bassons, un contrebasson
Cuivres
4 cors, 3 trompettes, 3 trombones, un tuba
Clavier
Piano
Percussion
timbales, triangle, cymbales, grosse caisse, tam-tam, caisse roulante

Sources[modifier | modifier le code]

  • François-René Tranchefort, Guide de la musique symphonique, Paris, Fayard,‎ 1986, 896 p. (ISBN 2213016-38-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]