Symphonie nº 10 de Chostakovitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Symphonie n° 10.
Symphonie n° 10 en mi mineur
Opus 93
Genre Symphonie
Nb. de mouvements 4
Musique Dmitri Chostakovitch
Durée approximative env. 50 min
Dates de composition 1953
Création 17 décembre 1953
Léningrad
Interprètes Orchestre philharmonique de Leningrad
Evgeny Mravinsky (dir.)

La symphonie n° 10 en mi mineur, op. 93 est une symphonie de Dmitri Chostakovitch. C'est, avec sa Cinquième Symphonie, une des plus connues du compositeur. La période de la composition est incertaine ; bien que certains fragments datent de 1946[1], les lettres de Chostakovitch laissent penser que la Dixième symphonie a été composée entre juillet et octobre 1953, donc peu après la mort de Staline.

Elle a été créée le 17 décembre 1953 à Léningrad par l'Orchestre philharmonique de Leningrad sous la direction de Evgeny Mravinsky.

Elle comporte quatre mouvements :

  1. Moderato
  2. Allegro
  3. Allegretto
  4. AndanteAllegro

Orchestration[modifier | modifier le code]

L'orchestre est composé d'une flûte piccolo (3ème flûte), de 2 flûtes, 2 hautbois, 1 cor anglais (3ème hautbois), 3 clarinettes dont une piccolo, 2 bassons, 1 contrebasson (3ème basson), 4 cors, 3 trompettes, 3 trombones, 1 tuba, percussions (timbales, triangle, petit tambour, tambour, cymbales, grosse caisse, tam-tam, xylophone) et les cordes (violons, altos, violoncelles, contrebasses).

Histoire[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Cette œuvre a été composée en pleine Guerre froide, période durant laquelle le musicien soviétique était fortement critiqué, avec d'autres, pour ses partitions jugées confuses et discordantes (Andreï Jdanov, premier secrétaire du parti communiste, section de Léningrad). Sa dernière symphonie (la neuvième) date alors de huit ans.

Création et réception[modifier | modifier le code]

La première a été donnée le 17 décembre 1953, peu de temps après la mort de Joseph Staline sous la direction de Evgeny Mravinsky et remporte d'emblée un franc succès. Elle ne comporte aucun programme mais Chostakovitch avouera plus tard qu'il pensait à Staline dans l'allegro particulièrement oppressant. On peut sans doute voir dans le final, nettement plus optimiste, la fin du dictateur. C’est également la première œuvre dans laquelle il intègre son acronyme musical DSCH (ré – mi bémol – do – si).

Analyse[modifier | modifier le code]

Moderato[modifier | modifier le code]

Premier thème du premier mouvement
Deuxième thème du premier mouvement
Troisième thème du premier mouvement

Allegro[modifier | modifier le code]

Ce court scherzo est un « portrait au vitriol de Staline »[2].

Allegretto[modifier | modifier le code]

Andante — Allegro[modifier | modifier le code]

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Direction Orchestre Année Label Note
Moisei Vainberg et Dmitri Chostakovitch Réduction du compositeur pour piano 4 mains
Ievgueni Mravinski Orchestre philharmonique de Leningrad 1954

1976

Saga Classics

BMG / JVC

Karel Ančerl Orchestre philharmonique tchèque 1955 DGG
Kirill Kondrachine Orchestre philharmonique de Moscou 1973 Melodiya
Bernard Haitink Orchestre philharmonique de Londres 1977 Decca
Kurt Sanderling Berliner Sinfonie-Orchester 1977

1978

Berlin Classics

Naïve

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wilson, Elizabeth (1994) p. 262. Shostakovich: A Life Remembered. Princeton University Press. ISBN 0-691-04465-1.
  2. http://www.symphozik.info/chostakovitch-et-staline,11,dossier.html

Articles connexes[modifier | modifier le code]