Symphonie nº 3 de Beethoven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Symphonie n° 3 de Beethoven)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Symphonie nº 3.
Symphonie no 3 en mi bémol majeur
Opus 55
Image décrite ci-après
La première page de la partition d'Eroica , sur laquelle on peut voir la dédicace à Napoléon raturée.

Genre Symphonie
Nb. de mouvements 4
Musique Ludwig van Beethoven
Effectif Orchestre symphonique
Durée approximative env. de 45 à 50 min
Dédicataire À l'origine Napoléon Bonaparte
Création
Theater an der Wien Drapeau du Land de Vienne Vienne

La Symphonie n° 3 en mi bémol majeur communément appelée Eroica – l'italien pour Héroïqueopus 55 du compositeur allemand Ludwig van Beethoven, est la troisième de ses neuf symphonies. Elle a été composée en 18031804 et créée le [1],[2] au Theater an der Wien à Vienne. La symphonie fut tout d'abord dédiée à Napoléon Bonaparte, mais le compositeur renonce à cette dédicace lorsqu'il apprend que le Premier Consul s'est fait couronner empereur. La symphonie est finalement dédiée à la mémoire « d'un grand homme », bien qu'elle soit par la suite dédiée au grand mécène du compositeur, le Prince de Lobkwitz. Cette symphonie est l'une des œuvres les plus populaires de Beethoven. Elle est en outre considérée par certains comme annonciatrice de l'aube du romantisme musical.

Histoire de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Beethoven en 1804, Portrait de J.W. Mähler

Composition[modifier | modifier le code]

Composée du milieu de l'année 1802 à l'été 1803, elle fut terminée en été 1804[3]'[4].

Beethoven commence à penser à cette symphonie au milieu de l'année 1802, alors que la deuxième symphonie n'était pas achevée.

Le travail principal se situe au cours de l'été 1803 (juin/octobre) que Beethoven passa à Baden[3],[5] et à Oberdöbling[3],[6]. Il ne l'achèvera qu'après l'avoir entendue, à la fin du printemps 1804[3], exécutée lors d'une répétition privée par l'orchestre du Prince Lobkowitz à Vienne[2],[3].

Dédicace[modifier | modifier le code]

La Symphonie n° 3 de Beethoven est au départ nommée Sinfonia grande, intitolata Bonaparte, dédiée ainsi à Napoléon Bonaparte . Le compositeur admire en effet ce dernier qu'il considère comme l'incarnation des idéaux de la Révolution française. Cependant, lorsque Napoléon est proclamé empereur des Français en décembre1804, Beethoven en est apparemment si furieux qu'il efface le nom Bonaparte de la page titre avec une force telle qu'il en brise sa plume et abîme le papier.

Lors de sa publication au comptoir des Arts et de l'Industrie à Vienne en 1806[1],[2] sous le numéro d'opus 55, Beethoven y inscrit le titre : « Sinfonia eroica, composta per festeggiare il sovvenire d'un grand'uomo » (Symphonie Héroïque, composée en mémoire d'un grand homme)[7]. Elle est finalement dédiée au grand mécène de Beethoven, le Prince de Lobkowitz[1],[2].

Création[modifier | modifier le code]

La Symphonie n° 3 de Beethoven est créée le au Theater an der Wien à Vienne[8]. Beethoven dirigeait lui-même l’orchestre[1],[2].

Orchestration[modifier | modifier le code]

Elle est écrite pour orchestre symphonique.

Instrumentation de la 3e symphonie de Beethoven
Cordes
Premiers violons, seconds violons, altos,

violoncelles, contrebasses

Bois
2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes en si♭, 2 bassons
Cuivres
3 cors en mi♭ et en ut, 2 trompettes en mi♭ et en ut
Percussions
2 timbales (mi♭ et si♭)

Structure[modifier | modifier le code]

La troisième symphonie de Beethoven, comme la plupart des symphonies classiques, comprend quatre mouvements et son exécution dure, suivant l'interprétation, de 45 à 55 min.

La durée de l'œuvre peut varier de façon relativement importante d'une exécution à l'autre par le fait que dans le premier mouvement, à la fin de l'exposition, Beethoven indique que cette dernière doit être reprise, or jusqu'à la fin des années 1950 de nombreux chefs d'orchestre ont préféré ignorer cette reprise. La tendance actuelle à l'inverse tend à inclure cette reprise.

I

.
Allegro con brio
- 3/4 -
blanche pointée = 60 mi♭ majeur
II
Marcia funebre
Adagio assai - 2/4 -
croche = 80
do mineur
do majeur
do mineur
III
Scherzo
Allegro vivace
Alla breve
Tempo primo
- 3/4 -
- 2/2 -
- 3/4 -
blanche pointée = 116
ronde = 116 (4 mes.)
blanche pointée = 116
mi♭ majeur
IV
Finale
Allegro molto
Poco Andante
Presto
- 2/4 -
blanche = 76
croche = 108
croche = 116
mi♭ majeur

Analyse[modifier | modifier le code]

I - Allegro con brio[modifier | modifier le code]

Deux accords brefs et théâtraux en mi bémol majeur introduisent l'œuvre, avant la première exposition du thème principal « héroïque » aux violoncelles puis aux violons. Les bois ensuite se relaient sur ce thème avant qu'un crescendo le porte aux cors et trompettes. Le doux deuxième thème, long d'une mesure seulement, subit un traitement analogue, et est suivi par un assez long passage orchestral énergique dont le caractère est véritablement héroïque, comportant une variation sur le thème principal. Ce passage est ensuite modifié et repris plus calmement avant qu'un nouveau crescendo emporte le tout vers six accords de dominante, lourdement assénés par l'orchestre. Un pont nous conduit au développement où le thème principal est omniprésent et où les passages énergiques de l'exposition sont repris et enrichis. Le milieu du développement est remarquable car c'est une succession d'une cinquantaine d'accords dissonants fortissimo, produisant un effet d'insistance véhémente. Un très beau thème mélodique aux bois s'ajoute alors, et tous les échanges orchestraux qui suivent mènent à un decrescendo aboutissant à la fameuse fausse entrée du cor, quatre mesures avant l'accord fortissimo (voir la rubrique Anecdotes) annonçant la réexposition. Celle-ci, semblable au début dans sa structure, comporte quelques modifications d'ordre mélodique et d'orchestration. Enfin, une longue coda arrive où le motif héroïque continue de résonner avant de s'éteindre.

Des réminiscences de la réexposition envahissent les cordes, avant que le motif héroïque ne revienne en mineur aux hautbois et clarinettes en crescendo et decrescendo, tandis que les cordes deviennent nostalgiques. Le basson entonne de nouveau le motif héroïque en majeur en crescendo, avec en contrepoint les motifs vifs des cordes, puis un imposant ostinato rythmique des cors et trompettes, jusqu'au fortissimo général plein de magnificence où sont clamés avec force le motif héroïque et l'ostinato. Enfin, un passage de l'exposition initiale mène à une série d'accords parfaits conduisant à la cadence parfaite finale.

Dans le premier mouvement juste avant la récapitulation, le cor d'harmonie fait son entrée en solo sur le thème principal, en légère dissonance avec le reste des instruments, quatre mesures avant la « vraie » entrée. Le disciple de Beethoven, Ferdinand Ries, racontait :

« La première répétition de la symphonie fut terrible, mais le corniste entra pile au moment prévu. Je me tenais à côté de Beethoven et, croyant que le musicien avait fait une entrée hâtive, je dis : « Ce maudit corniste ! Ne sait-il pas compter ? Cela sonne affreusement faux ! » Je crois que j'ai été à deux doigts de me faire chauffer les oreilles. Il a fallu un long moment avant que Beethoven ne me pardonne. »

\relative c { \clef "bass" \key ees \major \time 3/4 ees2 g4 ees2 bes4 ees g bes ees,2 d4 cis2. \bar "||"}

Début du 1er thème en mi bémol majeur

Dans ce mouvement, Beethoven rompt avec certains principes de composition, ce qui se traduit par la suppression de l'introduction, remplacée par deux accords en mi bémol majeur, l'utilisation massive des bois et des cuivres et leurs rôles importants, désormais, ils participent à l'énoncé des thèmes. Au plan harmonique, les nombreuses modulations présentes explorent de nouvelles tonalités peu utilisées, et aussi l'emploi de dissonances dans le développement. L'innovation se poursuit au niveau de la structure, comme l'ajout d'un 3e thème dans le développement, le rallongement de celui-ci fait entendre de nouveaux motifs rythmiques et mélodiques, la coda rappelle tous les thèmes énoncés, et enfin la longueur du mouvement, inédite pour son temps, atteint 18 minutes dans certaines interprétations.

Fichier:Troisième thème.MID

Durée théorique[modifier | modifier le code]

Le mouvement comporte 689 mesures + 153 de la reprise de l’exposition et le rythme est à trois temps (3/4) pris à 60 bpm la blanche pointée équivalente à la mesure, donc :

(60/60 x (689 + 153)) = 842 secondes, ce qui rapporte la durée du mouvement avec la reprise exactement à 14'02"

II - Marcia funebre : Adagio assai[modifier | modifier le code]

III - Scherzo : Allegro vivace – Alla breve – Tempo primo[modifier | modifier le code]

IV - Finale : Allegro molto – Poco Andante – Presto[modifier | modifier le code]



\new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #""
    \new Staff = "upper" \relative c'' {
  \clef treble
  \key ees \major
  \time 2/4

  \partial 8 ees8(^\markup {Allegro molto} g4. ees8) d4.( f8) aes4.( f8) ees4.( g8) bes4-.( bes-.) bes4. g8
 bes16( aes) f8 aes16( g) ees8 g4( f8)
}
    \new Staff = "lower" \relative c {
  \clef bass
  \key ees \major
  \time 2/4
r8 ees4 r bes' r bes, r ees r ees d ees r8 e f d ees! a, bes4 r8
  
}
  >>

Le thème du quatrième mouvement avec sa ligne de basse.

Réactions de la critique[modifier | modifier le code]

L'œuvre est considérée comme un élément déterminant de l'histoire de la musique classique pour plusieurs raisons. D'abord par sa durée, cette pièce est environ deux fois plus longue que toutes les symphonies de Haydn ou de Mozart. Le premier mouvement à lui seul est presque aussi long que la totalité de plusieurs symphonies classiques. Dans cette œuvre, Beethoven couvre aussi beaucoup plus de terrain émotionnel que ses précurseurs : en effet, la symphonie « Eroica » est souvent considérée comme la marque du début de la période romantique en musique. Le deuxième mouvement, en particulier, dépeint un grand spectre d'émotions, passant de la misère du thème de marche funèbre jusqu'au réconfort qu'inspirent les épisodes en gamme majeure. Le finale de la symphonie montre une portée émotionnelle similaire et incarne une importance au sein du plan d'ensemble qui est inédite à ce point de l'histoire musicale. Alors que dans les précédentes symphonies le finale était une conclusion rapide et enjouée, il est ici une longue série de variations et de fugues sur un thème que Beethoven avait déjà écrit pour la musique de son ballet Les Créatures de Prométhée.

Le critique musical J.W.N. Sullivan décrit le premier mouvement comme une expression du courage de Beethoven confrontant sa surdité, le deuxième comme lent et funeste, représentant son immense désespoir, le troisième, le scherzo, comme une « indomptable révolte d'énergie créative » et le quatrième mouvement comme une effusion exubérante de la même énergie.

Usage moderne[modifier | modifier le code]

Le deuxième mouvement, une marche funèbre, est souvent joué lors d'occasions commémoratives ; l'œuvre entière est parfois même exécutée. Serge Koussevitzky la dirigea à la mort du président Franklin Delano Roosevelt, et Bruno Walter fit la même chose pour Arturo Toscanini.

Le deuxième mouvement fut utilisé comme hymne funèbre lors de la cérémonie commémorative qui suivit le Massacre de Munich, attaque terroriste qui eut lieu durant les Jeux olympiques d'été de 1972.

Repères discographiques[modifier | modifier le code]

Références monophoniques[modifier | modifier le code]

Références stéréophoniques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Bary Cooper, Dictionnaire Beethoven, Éditions Jean-Claude Lattès, 1991, p. 339
  2. a, b, c, d et e J. et B. Massin, Ludwig van Beethoven, Fayard, 1967, p. 635
  3. a, b, c, d et e Elisabeth Brisson, Guide de la musique de Beethoven, Éditions Fayard, 2005, p. 323
  4. Cahier d'esquisses dit « Landsberg 6 » d'environ juin 1803 à avril 1804, vendu aux enchères lors de la dispersion du legs de Beethoven le 5 novembre 1827 (“Nachlaß)”, acquis d'abord par Artaria puis par Ludwig Landsberg, sans doute avant 1844 (d'après Douglas Porter, Johnson,Alan Tyson,Robert Winter, The Beethoven Sketchbooks: History, Reconstruction, Inventory, University of California Press, 1985, 611 pages, p. 137-145).
  5. J. et B. Massin, Ludwig van Beethoven, Fayard, 1967, p. 121
  6. J. et B. Massin, Ludwig van Beethoven, Fayard, 1967, p. 125
  7. L'édition originale est visible sur Beethoven-Hauss Bonn, consulté le 04 décembre 2012
  8. La chronologie de l'histoire de la musique, par Gérard Garsi
  9. Enregistré en public au Royal Concertgebouw Orchestra d'Amsterdam le 11 novembre 1940
  10. « L'interprétation beethovénienne n'a jamais atteint de tels sommets ». Patrick Szersnovicz, Le Monde de la musique,‎ Janvier 2005, p. 95.
  11. « L'enregistrement (public) Furtwängler-Vienne 1944 est l'un des plus célèbres de toute l'histoire du disque [...] Il s'agit peut-être de la plus grande interprétation de la plus grande symphonie de tous les temps ! [...] Furtwängler était bien le plus grand interprète de Beethoven qu'on ait jamais connu ». Dictionnaire des disques Diapason : Guide critique de la musique classique enregistrée, Robert Laffont,‎ 1981 (ISBN 2-221-50233-7), p. 117.
  12. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans la revue Diapason n° 519 du mois de novembre 2004
  13. « Ce classicisme qui allie la respiration naturelle et une tension croissante place l'Héroïque dans une perspective quasi cosmique ». Dictionnaire des disques Diapason : Guide critique de la musique classique enregistrée, Robert Laffont,‎ 1984 (ISBN 978-2-2215-0233-4), p. 117.
  14. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans la revue Diapason du mois de mars 2011, p. 74
  15. « L'extrème exactitude du tempo d'Arturo Toscanini, son impulsion prodigieuse font sonner Beethoven presque comme du Stravinsky ». Dictionnaire des disques Diapason : Guide critique de la musique classique enregistrée, Robert Laffont,‎ 1984 (ISBN 978-2-2215-0233-4), p. 117.
  16. « Le son est quelconque, le style peu orthodoxe, mais l'interprétation vibrante, haletante, bref superbe ». Le guide 1996 du CD : Tome 1, Répertoire Classique, Marabout,‎ 1996 (ISBN 978-2-5010-2361-0), p. 80.
  17. « Les phrasés sont péremptoires, traversés d'inflexions grandioses, ils plantent un décor romantique ». Dictionnaire des disques Diapason : Guide critique de la musique classique enregistrée, Robert Laffont,‎ 1984 (ISBN 978-2-2215-0233-4), p. 117.
  18. Suggérée meilleure version disponible dans la revue Diapason du mois d’avril 2003, p. 30
  19. « Pour un coup d'essai, c'est presque un coup de maître. Et que l'orchestre Philharmonia sonne pleinement, puissamment, avec une belle justesse d'intonation ! » Revue Diapason du mois d'octobre 1981, p. 33
  20. « La première intégrale de Karajan, plus spontanée, plus bigarrée que celles qui suivirent chez Deutsche Grammophon. Le chef joue sur les contrastes de dynamique avec un art (déjà) consommé ». Le guide 1996 du CD : Tome 1, Répertoire Classique, Marabout,‎ 1996 (ISBN 978-2-5010-2361-0), p. 79
  21. « L'intégrale Schuricht est pleine de rigueur, de sévérité. Ce sont les grandes années de la Société des Concerts. La ferveur humble mais constante du chef révèle Beethoven dans son entière objectivité ». Dictionnaire des disques Diapason : Guide critique de la musique classique enregistrée, Robert Laffont,‎ 1984 (ISBN 978-2-2215-0233-4), p. 114
  22. Premier enregistrement stéréophonique de cette œuvre.
  23. « La splendeur formelle de l'Héroïque arrachée avec vindicte par Reiner ». Le guide 1996 du CD : Tome 1, Répertoire Classique, Marabout,‎ 1996 (ISBN 978-2-5010-2361-0), p. 82
  24. « Un romantisme flamboyant dans le respect total des partitions: un tour de force de ce grand chef que fut George Szell ». Le guide 1996 du CD : Tome 1, Répertoire Classique, Marabout,‎ 1996 (ISBN 978-2-5010-2361-0), p. 81.
  25. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans la revue Diapason du mois de février 2013, p. 74
  26. « Une "Héroïque" subtile et poétique, parcourue d'élans irrésistibles ». Le guide 1996 du CD : Tome 1, Répertoire Classique, Marabout,‎ 1996 (ISBN 978-2-5010-2361-0), p. 81
  27. Grand Prix Du Disque de l'Académie Charles Cros 1963
  28. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans la revue Diapason n° 555 du mois de février 2008, p. 72
  29. Enregistrement salué par une note de 5 diapasons dans la revue Diapason du mois de décembre 2008, p. 83
  30. "Un Must" La Discothèque idéale, sous la direction de Bertrand Dermoncourt, Actes Sud, 2012, p. 40
  31. « La beauté de certains détails instrumentaux, la constante luminosité du phrasé sont d'un fantastique raffinement ». Dictionnaire des disques Diapason : Guide critique de la musique classique enregistrée, Robert Laffont,‎ 1984 (ISBN 978-2-2215-0233-4), p. 118.
  32. Enregistrement sur instruments d'époques
  33. Intégrale élue comme Disque de l’Année 1992 par la revue Gramophone
  34. Intégrale saluée à sa sortie par un Choc de la revue Le Monde de la musique, par un 10 de Répertoire de la revue Classica-Répertoire, par un Diapason d'or dans la revue Diapason et par un 4fff de la revue Télérama.
  35. « Le résultat est incroyable de dynamisme, de fraîcheur et d'intelligence »: La Discothèque idéale, sous la direction de Bertrand Dermoncourt, Actes Sud, 2012, p. 41
  36. Enregistré en public aux Concerts de Rome en février 2001
  37. Enregistrement salué par la note de 5 diapasons dans la revue Diapason du mois de septembre 2008, p. 92
  38. Enregistré en public au Musikverein de Vienne en mai 2002
  39. Enregistrement salué par un Diapason d'or dans la revue Diapason du mois d'avril 2003, p. 80
  40. Enregistré en public au festival D'Édimbourg de 2006
  41. Distribué en France par Harmonia Mundi
  42. La Chambre Philharmonique joue sur instruments d'époque
  43. Enregistré en public au Théâtre de Caen les 17 & 18 décembre 2009
  44. Enregistrement salué par un 4fff de la revue Télérama (mars 2010) et par un Gramophone Editor's Choice de la revue Gramophone du mois de juillet 2011
  45. Enregistrement sur instruments d'époque
  46. Enregistrement salué par un Gramophone Editor's Choice de la revue Gramophone du mois de juin 2008
  47. Enregistrement salué par une note de 5 diapasons dans la revue Diapason du mois d'octobre 2011
  48. Enregistrement salué par une note de 5 diapasons dans la revue Diapason du mois d'avril 2012, p. 82
  49. Enregistré en public à la Herkulessaal de Munich les 18 et 19 octobre 2012
  50. Enregistrement salué par un Choc de la revue Classica du mois novembre 2013, p. 82

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :