Sylvilagus aquaticus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Lapin aquatique[1] (Sylvilagus aquaticus) est une espèce de lapin. C’est un mammifère terrestre amphibie et solitaire de la famille des Leporidae. Bon nageur, il fréquente les marais et les zones humides du sud des États-Unis.

Description[modifier | modifier le code]

S. aquaticus est l'espèce la plus grande du genre Sylvilagus. La tête et le dos sont généralement un mélange de brun foncé, brun rouille ou noir. La gorge, la surface ventrale et le bout de la queue trapue sont blancs. Un anneau clair de couleur cannelle est visible autour de l'œil. Les spécimens adultes mâles et femelles de cette espèce pèsent entre 1,6 à 2,7 kg[2]. Contrairement à la plupart de lagomorphes, la femelle atteint quasiment la même taille que le mâle, mesurant entre 45,2 à 55,2 cm pour une moyenne de 50,1 cm[2].

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Habitat[modifier | modifier le code]

S. aquaticus vit préférentiellement dans les plaines marécageuses, les plaines inondables, les affluents des grandes rivières ou les mangroves de cyprès. Se trouvant toujours près de l'eau, il passe la journée dans des dépressions dans les hautes herbes en se construisant un terrier à base de feuilles ou tout ce qui offre une couverture et n'en sort que lors de ses périodes d'alimentation nocturne[3].

Alimentation[modifier | modifier le code]

S. aquaticus mange des roseaux, des plantes et des herbes caractéristiques de son habitat marécageux.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Lapereau de Sylvilagus aquaticus

L'accouplement a lieu à la fin février mais presque toute l'année dans certaines régions, avec deux à trois portées par an. Après une période de gestation de quarante jours, la femelle donne naissance à une portée de un à six lapereaux, en moyenne trois, qui atteignent leur taille adulte et leur maturité sexuelle à l'âge de trente semaines, quel que soit leur sexe[2]. Son nid au-dessus du sol est un petit terrier fait de plantes mortes et tapissé de poils de mue.

Comportement[modifier | modifier le code]

Animal solitaire, il se réunit avec d'autres individus principalement dans la saison de reproduction, où la hiérarchie des mâles donne la priorité pour s'accoupler avec les femelles.

Pour fuir un prédateur, il peut courir et atteindre soixante-dix-sept kilomètres par heure (77 km/h), en ligne droite ou le plus souvent en zigzag.

S. aquaticus est un bon nageur, traversant souvent les ruisseaux, étangs et rivières. Pour se cacher de ses ennemis naturels, il peut rester immergé, assis dans une eau peu profonde, exposant seulement son nez à l'air pour respirer.

Distribution[modifier | modifier le code]

C'est un lapin d'Amérique vivant dans les marais et les zones humides du Sud des États-Unis : en Illinois, Indiana, Missouri, Kansas, Kentucky, Tennessee, Oklahoma, Texas, Louisiane, Alabama, Mississippi, Géorgie et Caroline du Sud[2].

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Deux sous-espèces sont connues :

  • Sylvilagus (Tapeti) aquaticus aquaticus Bachman, 1837
  • Sylvilagus (Tapeti) aquaticus littoralis Nelson, 1909

Incident avec Jimmy Carter[modifier | modifier le code]

Photographie de Jimmy Carter et du lapin aquatique

En 1979, les lapins aquatiques ont connu une brève notoriété lorsque l'un d'eux s'est retrouvé confronté au président américain Jimmy Carter. Ce dernier était en train de pêcher dans un petit étang près de Plains en Géorgie, quand un lapin aquatique s'est approché de lui et a essayé de monter dans sa barque.

Annexe[modifier | modifier le code]

Publication de référence[modifier | modifier le code]

  • Bachman, 1837 : Observations on the different species of hares (genus Lepus) inhabiting the United States and Canada. Journal of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia, vol. 7, part 2, p. 282-361.

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William H. Burt et Richard P. Grossenheider, Les Mammifères d'Amérique du Nord (au Nord du Mexique), La Prairie, Broquet,‎ 1992, 295 p. (ISBN 2-89000-331-0), p. 209-212
  2. a, b, c et d ADW, consulté le 21 janvier 2011
  3. J. Chapman & G. Feldhamer, Mammalian Species, 151: 1-4, 1981