Sylvain George

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sylvain George

Nationalité Drapeau de la France France
Profession Réalisateur

Sylvain George est un cinéaste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de 3ème cycle en philosophie, droit et sciences politiques, et cinéma (EHESS, Paris I), Sylvain George réalise depuis 2006 des films expérimentaux et politiques, sur les thématiques de l'immigration et des mouvements sociaux notamment.

Collaborations artistiques[modifier | modifier le code]

Il collabore régulièrement avec des artistes très engagés artistiquement et politiquement, tels que :

  • Archie Shepp : Live performance sur L'impossible - Pages arrachées et Qu'ils reposent en révolte (Des figures de guerres I). Composition de la musique de QRER
  • William Parker : Live performance sur Qu'ils reposent en révolte
  • Diabolo : Live performance sur Les Eclats (Ma gueule, ma révolte, mon nom) et Qu'ils reposent en révolte. Composition de la musique de Les Eclats
  • Okkyung Lee : Live performance sur Les Eclats
  • John Edwards : Live performance sur Les Eclats
  • John Butcher : Live performance sur Les Eclats et Vers Madrid - The burning bright
  • Valérie Dreville : forme "expanded cinema" en Avignon en 2011. Participation aux films Qu'ils reposent en révolte, Les Eclats et Vers Madrid - The burning bright

Projections[modifier | modifier le code]

Ses films sont projetés au sein des réseaux militants, des lieux underground ainsi que dans les festivals nationaux et internationaux, tels que :

Centre Pompidou, CentQuatre, Forum des images, Festival de Lussas, FID Marseille, FilmmakerFilm Festival / Cinémathèque de Milan, CPH:DOX, Torino Film Festival, BAFICI, DocLisboa, Festival International du Film de Valdivia, Cinémathèque de Copenhague, Viennale, Festival de Rotterdam, Bam, Anthology Film Archives, Ficunam, Punto de Vista, Festival de Venise, Ambulante, Edoc, Lima Independent Film Festival, Berkeley Pacific Film Archive, UCLA Film & Television Archive...

Rétrospectives et Focus[modifier | modifier le code]

Des rétrospectives sont régulièrement consacrées à son travail en France et dans le monde entier ;

  • 2008 : Cinémathèque Française (France), réalisée par Nicole Brenez
  • 2008 : Filmmaker Film Festival,(Italie) réalisée par Federico Rossin
  • 2008 : Festival des Cinéma différents,(France) réalisée par Gabrielle Reiner
  • 2009 : Périphérie / Jacques Rancière (France), réalisée par Corinne Bopp
  • 2009 : Doc's Kingdom (Portugal), réalisée par Joao Manuel da Costa
  • 2010: Subversive Film Festival,(Croatie) réalisée par Ikola Devčić, Dora Baras, Srećko Horvat 
  • 2011 : Cinémathèque de Lubljana (Slovenie), réalisée par Jurij Meden
  • 2011 : Festival Courtisane (Belgique), réalisée par Stoffel Debuysère et Ana Palacio Cruz 
  • 2011 : Festival Cinemigrante (Argentine), réalisée par Florencia Mazzadi 
  • 2012 : Seminar Punto de vista (Espagne), réalisée par Josetxo Cerdan et Gonzalo de Pedro Amatria 
  • 2012 : Flaherty Seminar (Etats-Unis), réalisée par Josetxo Cerdan et Gonzalo de Pedro Amatria 
  • 2013 : Lima Independent Film Festival (Pérou), réalisée par Fernando Vilchez
  • 2013 : Mediterranean Film Festival Roma (Italie), réalisée par Ginella Vocca, Giulio Casadei, Giulia Briccardi 
  • 2013 : Milano Film Festival (Italie), réalisée par Paola Piacenza
  • 2013: Festival du Film Français/Cinémathèque nationale (Equateur), réalisée par Fanny Pagès
  • 2014: Cinémathèque Française/Oi Futuro (Brésil), réalisée par Joanna Espinosa
  • 2014: Fondation Gulbenkian/CNRS : "Noirs eclats/Or cruel", réalisée par Alexandra Galitzine-Loumpet et Alexis Nuselovici

Jury[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Membre du jury de la compétition internationale au Lima Independente Film Festival en 2013 avec Apichatpong Weerasethakul et Leny Fernandez
  • 2013 : Membre du jury « Research » à DocLisboa avec Christa Blumlinger et Jorge Wemans
  • 2014 : Président du jury au Salerno Doc Festival

Littérature[modifier | modifier le code]

Parallèlement au tournage de ses films, Sylvain George travaille sur des textes poétiques et sur un journal de tournage. La publication de son premier recueil de poésie, ainsi que de son journal de bord est en cours de discussion.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Et nous brûlerons une à une les villes endormies, une forme « expanded cinema » mêlant des textes extraits du journal de bord de Sylvain George, des images inédites et de la musique, est présentée dans le In du Festival d’Avignon avec la comédienne Valérie Dréville et le musicien Diabolo. Cette forme sera ensuite reprise au Lieu Unique à Nantes et à l'Espace 1789 à St Ouen.

Séminaires et Master class[modifier | modifier le code]

Sylvain George intervient régulièrement dans des master class, ateliers et séminaires en France et à l’étranger :

  • IEP de Paris (2012, 2013, 2014, France)
  • EICTV CUBA (2014, Cuba)
  • Milano Film Festival - Filmmaker Film Festival (2013, Italie)
  • Lima Independente Film Festival (2013, Pérou)
  • Seminar Punto De Vista (2012, Espagne)
  • ENS Lyon (2011, 2012, France)
  • FEMIS (2008, 2011, France )
  • ESAV de Toulouse (2011, 2014, France)
  • Ecole Polytechnique Abrantes (2011, Portugal)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

  • No Border (Aspettavo Che Scendesse La Sera) Super Huit. Noir & Blanc. 23 min. NOIR PRODUCTION 2005-2008.
  • N'entre pas sans violence dans la nuit, Vidéo. Noir & Blanc. 20 min. NOIR PRODUCTION 2005-2008.
  • Europe année 06 (Fragments Ceuta)- Contre-feux n°3, Téléphone portable. Noir & blanc. 12 min. NOIR PRODUCTION 2006.
  • Un homme idéal (Fragments K.)- Contre-feux n°4, Téléphone portable. Noir & blanc/Couleur. 21 min. NOIR PRODUCTION 2006-2007.
  • Série des Contrefeux. 7 films ciné-tracts et fables didactiques. Vidéo, téléphone portable. Noir & blanc/couleurs, 77 min, NOIR PRODUCTION 2006-2008.
  • Ils nous tueront tous, video, noir et blanc, 10 min, NOIR PRODUCTION 2009
  • Les nuées (My black mama's face), video, noir et blanc, 7 min, NOIR PRODUCTION 2012

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Qu'ils reposent en révolte (Des figures de guerres I)[modifier | modifier le code]

  • Prix FIPRESCI de la critique internationale BAFICI en 2011[1] 
  • Prix du meilleur film en compétition internationale au BAFICI en 2011 
  • Mention d’honneur au Pesaro Film Festival en 2011
  • Prix du meilleur film en compétition internationale au Milano Filmmaker Film Festival en 2010
  • Prix du jury au Festival de Valdivia en 2010

Les Éclats (Ma gueule, ma révolte, mon nom)[modifier | modifier le code]

  • Prix du meilleur film en compétition internationale au Torino Film Festival en 2011

Vers Madrid - The Burning Bright [modifier | modifier le code]

  • Prix du public « Wild dreamer » au Subversive Film Festival en 2013 
  • Mention du jury au MedFilmFestival en 2013

N'entre pas sans violence dans la nuit[modifier | modifier le code]

  • Prix du meilleur court-métrage au Festival d’Aubagne en 2009

Publications[modifier | modifier le code]

De Sylvain George[modifier | modifier le code]

  • Sylvain George, « Le peuple qui vient, gestus du cinéma prophétique », in Le cinéma critique : De l'argentique au numérique, voies et formes de l'objection visuelle, sous la direction de Nicole Brenez et Bidhan Jacobs, Editions Presse de la Sorbonne Nouvelle, coll. HISTO.ART, 2010
  • Sylvain George, « Notes fugitives / Gestes cannibales », in Trafic, n°86, Juin 2013, Paris, Editions P.O.L., pp. 83-99
  • Sylvain George, Chloé Belloc, "Les anges anthropophages. Esquisse pour une cinématographie démocratique (A propos de Vers Madrid-the burning bright de Sylvain George)", in La Furia Umana Paper #6.
  • Sylvain George "Bleu Cruel, Sauvage immanence (Une lettre à Marc Hurtado)", in La Furia Umana Paper #7.

Quelques textes sur Sylvain George[modifier | modifier le code]

  • Jacques Rancière, « Eclats de lumière », in Trafic, n°86, Juin 2013, Paris, Editions P.O.L, pp. 70-73[2]
  • Gabriel Bortzmeyer, « Ne vois-tu pas que je brûle », in Trafic, n°86, Juin 2013, Paris, Editions P.O.L, pp. 74-82[2]
  • L’état d’incandescence (sur le cinéma de Sylvain George), article de Gabriel Bortzmeyer[3]
  • Welcome to Calais: Sylvain George and the Aesthetics of Resistance, article de Jay Kuhner[4]
  • Savoir où l'on place l'intolérable dans nos vies, Jacques Rancière, entretien par Carine Fouteau et Joseph Confavreux[5]
  • Première sensation de Lussas, l'«anticorps» Sylvain George, à l'écoute des migrants, article de Ludovic Lamant[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Festival Reports - Buenos Aires - 2011 », sur www.fipresci.org
  2. a et b « Trafic 86 - Collectif », sur www.pol-editeur.com
  3. « L'état d'incandescence », sur www.vacarme.org,‎ 28 avril 2012
  4. (en) « Welcome to Calais: Sylvain George and the Aesthetics of Resistance », sur www.cinema-scope.com
  5. « Savoir où l'on place l'intolérable dans nos vies », sur www.mediapart.fr
  6. « Première sensation de Lussas, l'«anticorps» Sylvain George, à l'écoute des migrants », sur www.mediapart.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]