Sycorax (lune)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sycorax.
Sycorax
Uranus XVII
Image illustrative de l'article Sycorax (lune)
Vue d'artiste de ce à quoi Sycorax pourrait ressembler.
Type Satellite naturel d'Uranus
Caractéristiques orbitales
(Époque J2000.0)
Demi-grand axe 12 179 000[1] km
Excentricité 0 5 224
Période de révolution 1 288,28 d
(3 ans 193 jours)
Inclinaison 159,403[2]°
Caractéristiques physiques
Dimensions 190 km
Masse 5,4×1018 kg
Masse volumique moyenne 1,5 x103 kg/m³
Gravité à la surface 0,040 m/s2
Période de rotation Inconnue d
Albédo moyen 0,04[2]
Température de surface ~ 89 K
Caractéristiques de l'atmosphère
Pression atmosphérique Pas d'atmosphère
Découverte
Découvert par Philip D. Nicholson
Brett J. Gladman
Joseph A. Burns
John J. Kavelaars[3]
Découverte 6 septembre 1997[3]
Désignation(s) provisoire(s) S/1997 U 2

Sycorax, également U XVII Sycorax, anciennement S/1997 U 2[3], est un satellite naturel d'Uranus, le plus gros des satellites irréguliers rétrogrades de cette planète.

Sycorax fut découvert le 6 septembre 1997 par Brett James Gladman, Philip D. Nicholson (en), Joseph A. Burns (en) et John J. Kavelaars à l'aide du télescope Hale de 5 m du Mont Palomar en Californie. Officiellement confirmé Uranus XVII, il fut baptisé d'après Sycorax, la mère de Caliban dans la pièce La Tempête de William Shakespeare. En effet, par convention, on donne aux lunes d'Uranus les noms de personnages d'œuvres de William Shakespeare et d'Alexander Pope.

Sycorax est probablement composé d'un mélange de silicates et de glace et sa couleur rouge inhabituelle pourrait suggérer qu'il s'agit d'un corps capturé de la ceinture de Kuiper.

Orbite[modifier | modifier le code]

Sycorax est un des satellites naturels irréguliers de la planète Uranus.

Sycorax suit une orbite 20 fois plus longue que celle de la lune Obéron, déjà elle-même le satellite d'Uranus le plus éloigné[3]. Son orbite est rétrograde, modérément inclinée et excentrique. Les paramètres orbitaux suggèrent que Sycorax peut appartenir, comme Setebos et Prospero au même groupe dynamique, suggérant une origine commune[4].

Le schéma illustre les paramètres orbitaux des satellites irréguliers rétrogrades d'Uranus (en coordonnées polaires) avec l'excentricité des orbites représentées par les segments partant du péricentre à l'apocentre.

Caractères physiques[modifier | modifier le code]

Le diamètre de Sycorax est estimé à 150 km (en supposant, à l'aide de l'albédo qui est de 0,04)[2],[5], ce qui en fait le plus grand satellite irrégulier d'Uranus, de taille comparable à celle de Puck ou de Himalia, le plus gros satellite irrégulier de Saturne.

Le satellite apparaît de couleur rouge clair dans la lumière visible (indices de couleur : B-V = 0,87 V–R = 0,44[6] B–V = 0,78 ± 0,02 V–R = 0,62 ± 0,01[4] B–V = 0.839 ± 0.014 V–R = 0.531 ± 0.005 [7]) plus rouge que Himalia, mais moins rouge que la plupart des autres objets de la ceinture de Kuiper. Toutefois, dans le proche infrarouge, le spectre devient bleu entre 0,8 et 1,25 μm, devenant finalement neutre à grandes longueurs d'ondes[8].

La période de rotation de Sycorax est estimée à environ 3,6 heures. La rotation provoque des variations périodiques du visible, avec une amplitude de 0,07[7].

Origine[modifier | modifier le code]

Sycorax est supposé être un objet capté : il ne se forme pas dans le disque d'accrétion, qui existait autour d'Uranus juste après sa formation. Le mécanisme exact de capture n'est pas connu, mais la capture d'une lune nécessite la dissipation de l'énergie. Les procédés possibles de capture incluent : la traînée de gaz dans le disque protoplanétaire, les interactions à plusieurs corps et la capture lors de la croissance rapide de la masse d'Uranus (que l'on appelle « pull-down »)[7],[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Brett J. Gladman, Philip D. Nicholson et al., Discovery of two distant irregular moons of Uranus,‎ 1998 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Tommy Grav, Matthew J. Holman et al., Photometry of Irregular Satellites of Uranus and Neptune,‎ 2004 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Scott S. Sheppard, David Jewitt et Jan Kleyna, An Ultradeep Survey for Irregular Satellites of Uranus: Limits to Completeness,‎ 2005 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Terrence W. Rettig, Kevin Walsh et Guy Consolmagno, Implied Evolutionary Differences of the Jovian Irregular Satellites from a BVR Color Survey,‎ 2001 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Caractéristiques des satellites d'Uranus sur le site de la NASA. Consulté le 17 novembre 2012.
  2. a, b et c Sheppard, Jewitt et Kleyna 2005, p. 523
  3. a, b, c et d Gladman et Nicholson 1998
  4. a et b Grav et Holman 2004
  5. (en) Paramètres physiques d'un satellite d'une planète sur le site de la NASA. Consulté le 17 novembre 2012.
  6. Rettig, Walsh et Consolmagno 2001
  7. a, b et c (en) Michele Maris, Giovanni Carraro et M.G. Parisi, Light curves and colours of the faint Uranian irregular satellites Sycorax, Prospero, Stephano, Setebos, and Trinculo,‎ 2007
  8. (en) J. Romon, C. de Bergh et al., Photometric and spectroscopic observations of Sycorax, satellite of Uranus,‎ 2001
  9. Sheppard, Jewitt et Kleyna 2005