Swiss Cetacean Society

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

SCS (Swiss Cetacean Society)

Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association à but non lucratif
But Écologie, Protection de l'environnement
Fondation
Fondation 1997
Origine Lausanne, Suisse
Identité
Siège Lausanne
Président Max-Olivier Bourcoud
Site web www.swisscetaceansociety.org

La Swiss Cetacean Society (SCS), ou en français Société suisse d'étude et de protection des cétacés, est une organisation environnementale suisse à but non lucratif, vouée à la conservation des mammifères marins.

Fondée en 1997, son siège se situe à Lausanne dans le canton de Vaud.

Historique[modifier | modifier le code]

La SCS est une organisation créée en 1997 par Max-Oliver Bourcoud[1] sous le nom d'Association suisse de sauvegarde des mammifères marins (ASSMM)[2].

Son logo représente une queue de baleine avec les initiales de l'association (SCS) représentées au-dessus.

Cette société a pour objectif la conservation des mammifères marins. Selon elle, « la mise en place de mesures efficaces de protection commence par une meilleure connaissance scientifique des animaux dans leur milieu naturel ». Dans cette optique, la SCS diffuse de l’ information vulgarisée sur la faune marine, organise des camps de sensibilisation et favorise l'accès à la formation spécialisée et assure, à l'étranger, la logistique en mer de programmes scientifiques à retombée environnementale[3],[4].

Organisation[modifier | modifier le code]

La SCS est une organisation indépendante à but non lucratif [5] dont l'objectif est de promouvoir la connaissance des mammifères marins pour favoriser leur protection. Elle dépend de la contributions de ses membres ainsi que des dons. La société compte en 2013 plus de 3 000 membres[réf. nécessaire]. Elle est devenue l'un des principaux fournisseurs de données cétologiques en mer Méditerranée nord-occidentale[6], ainsi qu’une partenaire des institutions environnementales de Monaco (CIESM[7], ACCOBAMS[8], RAMOGE[9] et de la Champions Foundation.

Objectif[modifier | modifier le code]

La Swiss Cetacean Society a pour objectif principal de promouvoir la connaissance des mammifères marins afin d'en favoriser leur protection. Pour atteindre cet objectif, elle se sert principalement de cinq instruments :

  • Soutien à la recherche scientifique, dont principalement la logistique en mer pour l'étude scientifique des cétacés.
  • Vulgarisation et diffusion de l’information scientifique
  • Accès la formation spécialisée
  • Sensibilisation à l'écologie marine
  • Expéditions scientifiques en mer.

Activités[modifier | modifier le code]

À l'étranger[modifier | modifier le code]

Globicéphales durant une expédition scientifique en Méditerranée

Expéditions scientifiques en mer[modifier | modifier le code]

La SCS organise des campagnes en mer d’acquisition de données sur les populations de cétacés. Ces programmes scientifiques sont cofinancés par le public suisse. Les données récoltées sont ensuite transmises aux mandataires scientifiques qui en assurent le traitement et l’exploitation. Cette activité mobilise durant l’été des plates-formes de recherche et des équipages composés d’écovolontaires encadrés par des naturalistes spécialisés.

Trois programmes d'expéditions scientifiques en mer faisant appel à l'écovolontariat sont renouvelés chaque année. Il s'agit des programmes " Méditerranée", "Bahamas" et "Açores"[10],[11].

Projet Méditerranée[modifier | modifier le code]
Intérieur du bateau d'expéditions et équipement scientifique

Il s'agit d'un projet de recensement et de recherche sur les baleines et les dauphins de Méditerranée entre la Corse et la Côte d’Azur, de fin juin à début septembre[12]. En effet, durant cette période, la biomasse alimentaire de ces eaux atteint sont maximums et attire plusieurs espèces de baleines et de dauphins dans le but de se nourrir. Parmi elles, un millier de grandes baleines et plusieurs dizaines de milliers de dauphins.

Concrètement, le but de ces différents programmes scientifiques est d'étudier les populations de baleines et de dauphins qui fréquentent la mer Ligure ou les Îles Baléares en été pour améliorer leur protection.


Depuis 1997, la SCS a réalisé en Méditerranée plus de 1 321 jours de collecte de données[13], ce qui a permis de recenser et d'observer des dizaines de milliers de cétacés appartenant à 8 espèces[13]. Les données ainsi relevées ont été mises à disposition de la CIESM [14].

Puis, en 2011 a démarré une collaboration avec la direction générale du milieu rural et marin des Baléares pour l’étude de distribution des cétacés des Baléares. Les données de ce projet ont également été utilisées par la CIRCé[15] dans le cadre d’une banque de données relative au rorqual commun de Méditerranée.

Projet Bahamas[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un projet, en association avec la DCP [16], sur l'interaction entre les dauphins tachetés d’Atlantique (Stenella frontalis) et les grands dauphins (Tursiops truncatus) où un travail sur la dynamique des groupes, les paramètres de populations, l’association, la communication et les échanges de signaux entre les deux espèces est effectué.

Projet Açores[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un projet, en association avec la fondation Nova Atlantis sur l'écologie, la distribution et la reproduction des dauphins de Risso (Grampus griseus) au large de l'île de Pico dans l'archipel des Açores.

Soutien financier à différents projets[modifier | modifier le code]

Projets tortues marines aux Comores[modifier | modifier le code]
Tortue verte et éco-garde aux Comores

La SCS avec l'aide de la Fondation Ensemble soutient un projet de protection des tortues marines, notamment des tortues vertes 5Chelonia mydas) venant pondre sur les plages de la Grande Comore dans l'archipel des Comores après une migration de plus de 3 000 km.

Les tortues marines sont parmi les espèces animales les plus menacées d’extinction dans le monde selon l'UICN [17]. Afin de protéger les tortues marines venant pondre, de même que leurs nids et progénitures, trois stratégies ont été proposées :

  1. Une campagne de sensibilisation sur les problèmes d’environnements côtiers et marins (et notamment sur la disparition de la tortue verte) menée auprès des personnes influentes, des villageois et des enfants.
  2. L'aménagement d'un centre d'information pour les écotouristes et les villageois avec ameublement, posters, flyers, documentations pédagogiques adaptés, collaboration avec des artisans locaux afin de revendre des objets liés à la faune marine. Ce travail à long terme devrait créer des revenus alternatifs pour les populations locales et amener progressivement à se détourner du braconnage.
  3. La mise en place de patrouilles constituées et effectuées par des écogardes qui seront formés à la surveillance des sites de nidifications de jour comme de nuit afin de lutter contre les braconniers et de collecter des données scientifiques sur les activités des tortues.
Projets Phoque moine de Méditerranée[modifier | modifier le code]

Le phoque moine de Méditerranée (Monachus monachus) est en danger critique d’extinction[17]. Autrefois présent sur l’ensemble du bassin méditerranéen, le phoque moine a été victime de la pollution, de l’appauvrissement de son habitat naturel et de la chasse.

La SCS par une campagne de parrainages et de dons, soutient depuis 2012 la Fondation MOm[18] qui recense, étudie et suit les derniers phoques moines de Méditerranée.

En Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse, la SCS vise à promouvoir une meilleure connaissance des cétacés et de leur environnement, ainsi qu’à sensibiliser le public à la fragilité de l’écosystème marin.

Le volet éducatif occupe une place prépondérante dans les activités locales de la Swiss Cetacean Society. Par exemple, la SCS forme des guides naturalistes et met sur pied des conférences et autres formations pédagogiques.

Aujourd’hui, en Suisse, la SCS est un centre d’information spécialisé au service du public, des étudiants, des voyageurs et des médias.

Conférences et activités pédagogiques[modifier | modifier le code]

Tout au long de l'année, la SCS organise de nombreuses conférences destinées aux élèves des écoles, ainsi qu'au public, participe à des émissions de radio et de télévision, expose son stand dans divers musées et salons.

Forum SCS[modifier | modifier le code]

Chaque premier mercredi soir des mois pairs, la SCS organise des forums à l'EPFL. Chaque forum fait ainsi l'objet d'un thème particulier défini à l'avance. Il y a ainsi des thèmes tels que les processus évolutifs du cachalot, les dangers de la diffusion du plastique dans les océans, la protection des phoques, la fragilité de la barrière de Corail, la chasse aux dauphins, etc.

Cours SCS[modifier | modifier le code]

La SCS organise avec ses partenaires scientifiques d'écoOcéan[19] un cours d'introduction à la cétologie sur 2 jours. Les thèmes tels que les espèces de cétacés et leur écologie, l'impacts de l'activité humaine sur les cétacés, ainsi que les techniques d'études scientifiques des cétacés en mer sont abordés.

Atelier mer junior[modifier | modifier le code]

Atelier mer pour les jeunes organisé par la SCS

La SCS organise chaque année au moins un atelier mer d'une semaine dans la région de la Côte d'Azur et de la Corse (France) pour des jeunes en difficultés de 12 à 16 ans avec des institutions spécialisées de Suisse romande[20]. Le but de cet atelier est de sensibiliser un jeune publique à l' écologie marine. Il permet notamment:

  • de découvrir la randonnée sous-marine guidée, avec PMT (Palmes-Masque-Tuba);
  • de naviguer à la voile pour approcher la faune et la flore méditerranéennes;
  • de mieux connaître les animaux marins (leur biologie, leurs particularités, leurs besoins)
  • d’analyser les impacts de la pollution et des activités humaines sur le biotope et les cétacés de la région;
  • de visualiser le fonctionnement d’un écosystème littoral, afin de susciter le respect du milieu marin;
  • de mettre en pratique des gestes valables pour l’environnement au quotidien, chez soi et partout ailleurs.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Janine Jousson, « La défense des cétacés...au Flon », 24 Heures,‎ 6 janvier 2003
  2. Anna Lietti, « Les amis des cétacés prennent pied en Suisse romande », Le Nouveau Quotidien,‎ 9 septembre 1997, p. 19
  3. Nicolas Maury, « Dix ans de recherches sur les cétacés », Le Nouvelliste,‎ 13 novembre 2007, p. 28
  4. Olivier Dessibourg, « Qu'avez-vous fait de ces 10 ans ? Max-Olivier Bourcoud : "J'ai prêté ma voix aux cétacés" », Le Temps,‎ 16 août 2008, p. 12 (lire en ligne)
  5. Code civil suisse, art. 60 ss.
  6. Anton Ves, « Un sanctuaire pour les cétacés », Le Temps,‎ 24 août 1999 (lire en ligne)
  7. CIESM (Commission Internationale pour l’Exportation Scientifique de la Méditerranée)
  8. ACCOBAMS (accord de Monaco sur la Conservation des cétacés de la mer Noire, de la Méditerranée et de la zone Atlantique adjacente)
  9. RAMOGE (accord entre la France, l’Italie et la Principauté de Monaco relatif à la protection des eaux du littoral méditerranéen)
  10. GP, « Devenez écovolontaire et partez danser avec les baleines », Le Courrier,‎ 22 avril 2010
  11. Philippe Dubath, « Partez côtoyer les baleines! », Le Matin,‎ 21 mai 2000, p. 19
  12. Julien Rapp, « En Méditerranée à la recherche des cétacés », Le Temps,‎ 19 avril 2007, p. 35 (lire en ligne)
  13. a et b Description des activités de la SCS
  14. CIESM (Commission internationale pour l'exploration scientifique de la Méditerranée)
  15. CIRCÉ (Conservation, information et recherche sur les cétacés)
  16. DCP (Dolphin Communication Project)
  17. a et b UICN (Union internationale de la conservation de la nature)
  18. Fondation MOm (Société Hellénique pour l'étude et la protection du Phoque Moine)
  19. Institut ÉcoOcéan
  20. Anton Vos, « Un camp pour ados propose d’étudier des baleines en Méditerranée à bord d’un voilier », Le Temps,‎ 13 juin 2003 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Lardet, John Blair et Max-Olivier Bourcoud, Sauvons Moby Dick, Loisirs et Pédagogie (LEP),‎ 1997, 40 p.
  • Michel Rod et Swiss Cetacean Society, Les Cétacés en questions : Orques, baleines, dauphins, cachalots, Groux arts graphiques SA,‎ 2007, 219 p.