Suzanne Dracius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Suzanne Dracius (née le 21 août 1951 à Fort-de-France, dans le quartier des Terres-Sainville) est une écrivaine martiniquaise de langue française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Professeur de lettres classiques (français, latin, grec), à l’issue de ses études au lycée Marie-Curie de Sceaux et à la Sorbonne, Suzanne Dracius a enseigné à Paris, puis à l’Université Antilles-Guyane et aux États-Unis à l’université de Géorgie et à l’université de l'Ohio en tant que visiting professor.

Suzanne Dracius se définit par le mot créole « kalazaza » qui désigne « un métis de blanc et de noir à la peau et aux cheveux clairs ». Elle a fait de la lutte contre toute espèce de discrimination raciale, sexuelle ou sociale, l’enjeu et la matière de son écriture[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Romans & nouvelles
  • L’autre qui danse, Seghers, 1989 ; éditions du Rocher, 2007.
  • Rue Monte au ciel, Desnel, 2003.
  • « Montagne de feu », in Diversité: La Nouvelle Francophone, Houghton-Mifflin, 2000, deuxième édition, p. 64-76
  • De sueur, de sucre et de sang, Le Serpent à Plumes (collectif, n° 15), 1992 ; au format de poche : 1995.
  • « La Virago », in Diversité: La Nouvelle Francophone, Houghton-Mifflin, 1995, p. 70-81
Poésie
  • Negzagonal et Moun le Sid (version créole et version française), Éditions de Traditions et Parlers populaires de Wallonie-Bruxelles, MicRomania (coll.) n° 3, 1992 ; n° 5, 1993.
  • Hurricane, cris d’Insulaires (collectif) Desnel, 2005 (Prix Fètkann Mémoire du Sud/mémoire de l’humanité).
  • Prosopopées urbaines (collectif, coordonné par), Desnel, 2006.
  • Exquise déréliction métisse, Desnel, 2008 (Prix Fetkann Poésie, Prix de la Société des Poètes Français).
  • Pour Haïti (collectif, coordonné par), Desnel, 2010.
  • Déictique féminitude insulaire, Idem, 2014.
Théâtre
  • Lumina Sophie dite Surprise, fabulodrame, Desnel, 2005.

1e représentation à la préfecture de Fort-de-France en 2000. Générale au Festival du Marin (2002), reprise sous le mécénat de TV5 à la cérémonie d’ouverture du colloque AATF (Association des professeurs de français américains) dans une mise en scène de l’auteure (Trois-Îlets, 2003).

Essais, ouvrages jeunesse & beaux livres
  • Habitation Anse Latouche, la Vallée des Papillons (avec Pierre Pinalie), éd. Hugues Hayot, 1994.
  • Fables de La Fontaine avec adaptations créoles et sources antiques (illustrations de Choko), Desnel, 2006.
  • My Little Book of London / Mon petit livre de Londres (bilingue), Desnel, 2008.
  • « La langue de Molière sauce chien », nouvelle, in Les identités francophones, anthologie didactique sous la direction d’Aurélien Boivin et de Bruno Dufour, éd. Les Publications Québec français, Québec, 2008, pp. 86–92.
  • « DOM : Départements à part entière ou entièrement à part ? », International Journal of Francophone Studies Volume 11 Numbers 1 and 2, edited by Adlai Murdoch (UIUC) and Jane Kuntz (UIUC), 2008 (pp. 229–238), éd. Intellect Ltd., Bristol, UK.
  • La crise de l’Outre-Mer français (collectif), L’Harmattan, 2009.
  • « In Search of Suzanne Césaire’s Garden », in Research in African Literatures, vol. 41, N° 1 (Spring 2010), Indiana University Press, The Ohio State University (pp. 155–165).

Distinctions et prix littéraires[modifier | modifier le code]

  • 1989 : L'autre qui danse finaliste du Prix du Premier Roman.
  • 2003 : reçue membre honoraire de l’AATF (Association américaine des professeurs de français).
  • 2003 : Rue Monte au ciel en « Coup de cœur » à la FNAC.
  • 2004 : reçue membre honoraire de la Foreign Language Honor Society de l'Ohio University, USA.
  • 2005 : Prix Fetkann/ Mémoire du Sud, mémoire de l’humanité pour Hurricane, cris d’Insulaires.
  • 8 mars 2006 (Journée internationale des droits de la femme) : Médaille d’honneur de Schoelcher pour Lumina Sophie dite Surprise.
  • 2009 : Prix Fetkann Poésie pour Exquise déréliction métisse.
  • 2010 : Prix de la Société des Poètes Français pour l’ensemble de son œuvre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Leonarda Oliveri, revue Stilos, Italie, 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]