Susquehannock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Susquehannock (langue))
Aller à : navigation, rechercher
Susquehannock
Extinction XVIIIe siècle
Pays États-Unis
Région Nouvelle-Angleterre
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 sqn
Type langue éteinte
Étendue langue individuelle
IETF sqn

Le susquehannock est une langue iroquoienne éteinte depuis le XVIIIe siècle.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Les Susquehannocks étaient un peuple iroquoien qui vivait sur la rivière Susquehanna. Les Français les nommaient les Andastes, d'après leur nom huron d'Andastoerrhonons. Les Hollandais et les Suédois les connaissaient sous le nom de Minquas et Mahaquas, un terme d'origine delaware[1]. Une autre variante en usage dans les Treize colonies, Mingo, désignaient les Iroquois de manière générale[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le capitaine John Smith est le premier à les décrire en 1608[1].

Après le contact, l'histoire des Susquehannocks est tragiquement brève. Au cours du XVIIe siècle, les guerres et les épidémies les déciment. Les survivants s'installent à Conestoga, en Pennsylvanie. En 1763, ils sont massacrés par des colons anglais[3].

Connaissance de la langue[modifier | modifier le code]

La langue est connue par un vocabulaire, appelé « Vocabula Mahakuassica » inclus dans un catéchisme en langue delaware et rédigé par un missionnaire suédois, Johan Campanius. Le texte est publié en 1696, avant d'être réédité en anglais, en 1702, par son petit-fils[3].

Une langue iroquoienne du Nord[modifier | modifier le code]

Ce vocabulaire se limite à 80 mots et quelques phrases. Mais il permet clairement d'établir que le susquehannock est une langue iroquoienne[4]. Cependant, si 85 % du vocabulaire connu de la langue a des cognats dans les autres langues iroquoiennes du Nord, la pauvreté des sources ne permet pas de rapprocher plus particulièrement le susquehannock d'un sous-groupe précis de l'iroquoien du Nord[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mithun, 1981 p. 1.
  2. Mithun 1981, p. 1, note 2.
  3. a et b Mithun, 1981 p. 2.
  4. Mithun, 1981, p. 5.
  5. Mithun, 1981 p. 11.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]