Susan Lindauer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Susan Lindauer, née le 17 juillet 1963, est une journaliste américaine, auteur et militante anti-guerre. Elle a été arrêtée en 2004, accusée d'avoir comploté pour agir comme un lobbyiste non enregistré pour les services de renseignement irakiens et de s'engager dans des transactions financières interdites impliquant le gouvernement de l'Irak sous Saddam Hussein. Susan Lindauer a été la seconde personne d'origine américaine a avoir été poursuivie en vertu du Patriot Act aux États-Unis. Elle dit avoir été détenue pendant 5 ans sans procès en vertu de cette loi[1]. Elle a été jugée mentalement inapte à subir son procès dans deux audiences distinctes et toutes les charges ont été abandonnées en 2009.[2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de John Howard Lindauer II (en), éditeur et ancien candidat républicain au poste de gouverneur de l'Alaska. Sa mère, Jackie Lindauer (1932-1992), mourut d'un cancer en 1992. En 1995, son père a épousé Dorothy Oremus, avocate de Chicago, qui, avec d'autres membres de sa famille possédait la plus grande entreprise de ciment dans le Middle west.

Elle est aussi la cousine au second degré de Andrew Card, ancien chef de cabinet de la Maison Blanche auprès du président George W. Bush, qu'elle dit avoir tenté de prévenir à plusieurs reprises des menaces d'attentats sur le World Trade Center par détournement d'avion de ligne en août 2001.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Dans son livre rédigé en prison Extreme Prejudice, et publié aux États-Unis à la fin de 2010, elle affirme que la CIA et le gouvernement connaissaient précisément les menaces d'attentats sur le World Trade Center par des détournements d'avions et déclare que le World Trade Center aurait été détruit à l'aide de bombes thermite acheminées par des camionnettes quelques jours avant les attentats[3]. Elle prétend qu'elle était agent de liaison pour le compte de la CIA auprès de délégations diplomatiques arabes auprès des Nations Unies à New-York, et que, dans ce cadre, la CIA l'avaient chargée de transmettre à ses correspondants irakiens de la part du gouvernement Bush le message suivant en mai 2001 : « Nous exigeons que vous nous rapportiez tout renseignement à propos d'un complot de détournement d'avions et de frappe sur le World Trade Center. Si nous découvrons que vous avez caché des renseignements, et que les attaques ont lieu, nous vous ramènerons à l'âge de pierre. »[4] Le livre a été traduit et publié en France.

  • 2013 : Extrême préjudice : La conspiration ultime pour taire la vérité !, Paris, 20 cœurs (ISBN 2954434732) traduction française du livre.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]