Susan Atkins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Susan Denise Atkins

alt=Description de l'image Susan atkins.jpg.
Alias
Sadie Mae Glutz
Naissance 7 mai 1948
San Gabriel, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 24 septembre 2009 (à 61 ans)
Chowchilla, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Américaine
Autres activités
Participation aux meurtres de Sharon Tate et de sept autres personnes

Susan Denise Atkins, née le 7 mai 1948 et morte le 24 septembre 2009[1] est une criminelle américaine qui fut incarcérée à la Central California Women's Facility en Californie pour sa participation dans les meurtres perpétrés par plusieurs membres de la « famille » de Charles Manson. Ce groupe s'est distingué par une série d'assassinats, parmi lesquels ceux de Sharon Tate et de Leno et Rosemary LaBianca, sur ordre de Manson, et exécutés par plusieurs membres de sa communauté, Manson ne prenant jamais directement part aux meurtres.

En l'espace de cinq semaines pendant l'été 1969, neuf personnes furent assassinées en quatre lieux différents. L'implication de Susan Atkins a été reconnue dans huit de ces meurtres.

Rencontre avec Manson[modifier | modifier le code]

Susan Atkins est danseuse aux seins nus quand elle rencontre Charles Manson en 1967. Celui-ci vient jouer de la guitare à la maison qu'elle habite dans le quartier de Haight-Ashbury à San Francisco avec d'autres amis[2]. Alors qu'elle doit quitter cette maison quelques semaines plus tard, Manson lui propose de rejoindre sa communauté qui devait s'embarquer pour un voyage dans un bus scolaire[3]. Elle reçoit alors le nom de « Sadie Mae Glutz » et voyage avec eux pendant un an et demi. Atkins déclarera plus tard qu'elle pensait que Manson était Jésus-Christ[4].

Le 7 octobre 1967, elle mit au monde un fils de père inconnu, que Manson appelle « Zezozose Zadfrack Glutz » (elle perdra la garde de l'enfant quand elle fut plus tard condamnée). La « famille » s'établit ensuite au Spahn Ranch dans la vallée de San Fernando en Californie du Sud jusqu'aux meurtres.

Les meurtres de Sharon Tate et ses amis[modifier | modifier le code]

Le 8 août 1969 au soir, Manson réunit Atkins et deux autres membres de la communauté et leur demande de suivre Charles Tex Watson, bras droit de Manson, et de faire tout ce que celui-ci leur dit[5]. Lors de son procès, Atkins déclarera que, dans la voiture, Watson leur a annoncé qu'ils allaient voler de l'argent et tuer des personnes[6].

Cinq personnes seront effectivement tuées ce soir-là dans la maison de Roman Polanski à Los Angeles ; Sharon Tate qui est enceinte de 8 mois, Steven Parent, Jay Sebring, Wojciech Frykowski, et Abigail Folger. Polanski, le mari de Tate, est en voyage en Europe.

Les assassinats sont d'une grande sauvagerie. Susan Atkins écrira « Pig » (« Porc ») avec le sang de Tate sur la porte d'entrée.

L'arrestation, les aveux et le procès[modifier | modifier le code]

Ce n'est qu'en octobre 1969, deux mois plus tard, qu'Atkins est dénoncée par un autre membre du groupe comme responsable d'assassinats[7]. Elle est arrêtée et accepte de témoigner en échange d'une promesse de ne pas être condamnée à mort[8]. C'est au cours de ce témoignage qu'elle racontera en détail la mise à mort des victimes. Elle révèle en particulier que Sharon Tate l'a implorée de la laisser en vie, elle et son enfant, ce à quoi elle a répondu ; « Femme, je n'ai aucune pitié à ton égard » (« Woman, I have no mercy for you. »). Elle reviendra sur ses aveux ensuite, puis les formulera à nouveau, à l'identique.

Le procès commence le 15 juin 1970. L'attitude d'Atkins et des autres accusés est exempte de remords, ils sont souriants et cyniques, chantant sur le chemin de la salle d'audience. Ils sont condamnés à mort le 29 mars 1971 mais la sentence sera changée en emprisonnement à perpétuité.

En 2000, alors qu'Atkins fait une demande de libération, le père de Sharon Tate transmettra un message à faire lire devant la commission ; « Il y a trente et un ans, j'étais dans la salle d'audience et j'ai vu une jeune femme qui ricanait, insultait tout le monde. Alors même qu'elle rapportait les dernières paroles de ma fille, elle riait. Ma famille était dévastée. Si Susan Atkins est libérée pour rejoindre sa propre famille, où est la Justice ? »[9].

En prison[modifier | modifier le code]

En avril 1978, Atkins publie son autobiographie Child of Satan, Child of God[10]. Depuis 1974, Atkins dit s'être convertie aux born-again Christians.

En 1980, elle se marie à Donald Lee Laisure puis une seconde fois en 1987 à James W. Whitehouse, un avocat.

En avril 2008, Atkins est hospitalisée pour un cancer du cerveau et sera amputée d'une jambe. En juin 2008, elle est partiellement paralysée, sa demande de libération (la dixième) pour finir ses jours hors de la prison ne lui est cependant pas accordée[11]. Elle décèdera des suites de ce cancer le 24 septembre 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mort de Susan Atkins
  2. Sur Charliemanson.com
  3. Sur le site de l'Université du Missouri-Kansas
  4. Fiche de Susan Atkinis sur "crime.about"
  5. Helter Skelter Vincent Bugliosi et Curt Gentry p. 350-51, 1974
  6. Procès de Susan Atkins - Manson Family Today
  7. Helter Skelter op. cit. p. 88
  8. Helter Skelter op. cit. p. 214, 216, 227, 283
  9. "Lettre de Paul Tate de 2000"
  10. Susan Atkins, Child of Satan, Child of God, éd. Hodder & Stoughton Ltd, 1978 (ISBN 0-3402-3246-3)
  11. (en) Ailing Manson follower denied release from prison - CNN, 15 juillet 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]