Suris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Suris
Le bourg et l'église
Le bourg et l'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Chabanais
Intercommunalité Communauté de communes de Haute-Charente
Maire
Mandat
Jacques Dupit
2014-2020
Code postal 16270
Code commune 16376
Démographie
Gentilé Surisiens
Population
municipale
285 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 01″ N 0° 38′ 17″ E / 45.8503, 0.638145° 51′ 01″ Nord 0° 38′ 17″ Est / 45.8503, 0.6381  
Altitude Min. 182 m – Max. 265 m
Superficie 11,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de Charente
City locator 14.svg
Suris

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de Charente
City locator 14.svg
Suris

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Suris

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Suris

Suris (Suris en limousin, dialecte occitan) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Suris est une commune de la partie orientale de la Charente qu'on appelle Charente limousine, située à 7 km au sud-ouest de Chabanais et 44 km au nord-est d'Angoulême.

Elle est aussi à 6 km au sud-est de Roumazières-Loubert, 19 km au sud de Confolens et 48 km à l'ouest de Limoges[1].

La commune est située à l'extrémité sud-ouest du canton de Chabanais, au sud de La Péruse où passe la route nationale 141 d'Angoulême à Limoges, à 3 km du bourg.

La commune de Suris est desservie par plusieurs petites routes départementales. La D 52, D 161, D 164 et D 165 se croisent au bourg et relie celui-ci aux communes voisines. La D 16, route de Montmoreau à Confolens par Montembœuf et La Péruse passe dans le nord-ouest de la commune à 2 km du bourg[2].

La gare la plus proche est celle de Roumazières ou de Chabanais, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Limoges.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune possède de nombreux hameaux. On peut citer Fougerat, le Mas Chenet, chez Rassat, Montazaud, Bordas, l'Ogerie, chez Chabernaud, la Valade, le Chambon, etc[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Suris
Roumazières-Loubert La Péruse Exideuil
Genouillac Suris Saint-Quentin-sur-Charente
Lésignac-Durand

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Comme toute la partie nord-est du département de la Charente qu'on appelle la Charente limousine, la commune se trouve sur le plateau du Limousin, partie occidentale du Massif central, composé de roches cristallines et métamorphiques, relique de la chaîne hercynienne.

La roche est principalement du gneiss. Quelques filons de microgranite orientés nord-sud strient ce massif[3],[4], [5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

La commune se trouve aussi sur le bord occidental du cratère de la météorite de Rochechouart.

Le relief est celui de la Charente limousine : assez élevé par rapport au reste du département, mais bas par rapport au reste du Massif central. Les vallées sont en V, et les hauteurs sont dans les 230 m d'altitude, et le fond de vallée de la Charente est à 190 m d'altitude. Le bourg de Suris est à 200 m d'altitude sur le flanc nord-est, rive droite, de la vallée de la Charente qui coule à son pied.

Le point culminant de la commune, 265 m, est situé au sud de la commune en limite de Lésignac au carrefour de Bellevue. Le point le plus bas, 182 m est situé au nord de la commune le long de la Charente au Maschenet au pied de La Péruse et du château de Peyras.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Charente traverse la commune du sud au nord. Elle se présente encore sous la forme d'un torrent, qui a reçu sur sa rive gauche la Moulde qui passe par Lésignac-Durand. Sa vallée est assez encaissée et des prés en tapissent le fond et ses flancs. Le confluent avec la Moulde se situe au Chambon, à 500 m au sud du bourg.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique dégradé. C'est celui de la Charente limousine, plus humide et plus frais que celui du reste du département.

Article connexe : Climat de la Charente.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne voie romaine en limite de la commune d'Exideuil

Suris était située à un carrefour de deux anciennes voies romaines.

  • Le tronçon de cette voie passant dans la commune était aussi commun à une autre voie antique, nord-sud celle-ci, et qui allait de Périgueux à Poitiers vraisemblablement par Charroux et appelée ailleurs Chemin ferré. Cette voie, longeant la ligne de partage des eaux, passait par Videix (Saint-Gervais) au sud et continuait par La Péruse au nord. Les deux voies se rejoignaient au nord du bourg près du lieu-dit cadastral les Chaussades[7] et restaient confondues vers le sud-est jusqu'à Saint-Quentin[8],[Note 1].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1989 Roland Dupit SE  
1989 26 mai 2012 Bernard Bourgault SE Agriculteur retraité
juin 2012 en cours Jacques Dupit SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 285 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
643 630 680 677 723 687 744 764 745
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
700 678 657 620 616 631 643 660 610
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
613 625 582 502 474 472 432 404 407
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011
365 329 311 285 272 275 273 279 285
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,5 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 17,5 %, 45 à 59 ans = 29,4 %, plus de 60 ans = 20,3 %) ;
  • 48,7 % de femmes (0 à 14 ans = 14 %, 15 à 29 ans = 10,3 %, 30 à 44 ans = 24,3 %, 45 à 59 ans = 27,2 %, plus de 60 ans = 24,2 %).

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (26,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,3 % contre 48,4 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Suris en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,7 
6,3 
75 à 89 ans
11,0 
14,0 
60 à 74 ans
12,5 
29,4 
45 à 59 ans
27,2 
17,5 
30 à 44 ans
24,3 
15,4 
15 à 29 ans
10,3 
17,5 
0 à 14 ans
14,0 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Prés et moutons

L'économie est principalement agricole, élevage bovin et ovin.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre La Péruse, Saint-Quentin et Suris. Suris accueille l'école maternelle, située au bourg avec une seule classe, et La Péruse et Saint-Quentin les écoles élémentaires. Le secteur du collège est Chabanais[13].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église
  • L'église paroissiale Saint-Genis. Elle contient une chaire en bois sculpté du début du XIXe siècle inscrite monument historique au titre objet depuis 1994[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le nom les Chaussades apparaissait sur le cadastre (Géoportail) avant une mise à jour de 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a et b Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de La Rochefoucauld », sur Infoterre,‎ 1983 (consulté le 6 novembre 2011)
  6. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris),‎ 1844, 334 p. (lire en ligne), p. 159
  7. Les Chaussades (cadastre) sur Géoportail. Consulté le 1er avril 2010.
  8. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris),‎ 1844, 334 p. (lire en ligne), p. 165
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  11. « Évolution et structure de la population à Suris en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 août 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 août 2010)
  13. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 21 juillet 2012)
  14. « Chaire à prêcher », base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Suris sur le site du Pays Charente Limousine
  • Catillus Carol, « Suris »,‎ 2003 (consulté le 21 juillet 2012)