Surcouf (frégate)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres navires du même nom, voir Surcouf (navire).
Surcouf
Image illustrative de l'article Surcouf (frégate)
La frégate Surcouf à la mer au large de Toulon (13 avril 2004).

Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Lancement 3 juillet 1993
Statut en service
Caractéristiques techniques
Type Frégate de type La Fayette
Longueur 125 mètres
Maître-bau 15,40 mètres
Tirant d'eau 4,80 mètres
Tirant d'air 40 mètres
Déplacement 3200 tonnes et 3 600 tonnes à pleine charge
Propulsion 4 diesels SEMT Pielstick 12PA6V280 STC2
Puissance 21 000 ch (15 400 kW)
Vitesse 25 nœuds (maxi.)
Caractéristiques militaires
Armement 8 missiles MM 40 Exocet Block
Système Crotale naval CN2 (VIII x 1 + 16 missiles en soute)
1 canon de 100 mm Mle 68 TR
2 canons de 20 mm F2
Aéronefs 1 hélicoptère Panther ou NH-90
Rayon d'action 7 000 nautiques (13 000 km) à 15 nœuds ou 9 000 nautiques (16 500 km) à 12 nœuds, 50 jours en vivres
Autres caractéristiques
Équipage 15 officiers, 85 officiers mariniers, 53 quartiers-maîtres et matelots
Port d'attache Toulon
Indicatif F711

La frégate Surcouf est le deuxième bâtiment de type La Fayette d'une série qui compte cinq unités de la Marine nationale française. Son numéro de coque est F711. Elle est parrainée par la ville de Saint-Malo depuis le 20 mai 2000. Il s'agit d'un navire furtif.

Destination[modifier | modifier le code]

Les frégates de type La Fayette ont été conçues principalement pour faire respecter les intérêts maritimes de l'État dans les espaces d'outre-mer, mais elles peuvent aussi assurer d'autres missions telles que l'intégration à une force d'intervention, la protection du trafic maritime, l'accompagnement d'un groupe aéronaval, réaliser des missions spéciales ou humanitaires.

Au 13 novembre 2013, le navire était en préparation opérationnelle à Toulon[1].

Voyage inaugural[modifier | modifier le code]

Avant même son admission au service actif le Surcouf a eu l'occasion de faire des escales hors de son port d'armement. Son premier fait d'armes fut de donner le départ de la Route du rhum en octobre 1994 au large de Saint-Malo, sa ville marraine. On était alors au début de la campagne présidentielle française, le Premier ministre et futur candidat Édouard Balladur vint à Saint-Malo et monta à bord. Il donna le signal à partir du ferry Bretagne. Deuxième escale à Londres au début de 1995 pour montrer aux Britanniques le savoir-faire français dans le cadre du programme Horizon puis enfin escale à Indret et à Nantes.

Missions[modifier | modifier le code]

Fin 1995 le Surcouf a accompli une navigation en Atlantique Nord pour mettre au point le système de tranquillisation du bâtiment. Il fit escale à Reykjavik, Miquelon, Boston et Lisbonne.

En 2013, la frégate participe à l'opération Atalante et arrête 12 pirates présumés[2].

Au 13 novembre 2013, le navire était en préparation opérationnelle à Toulon[3]. Il entre le 28 mai 2014 en mer Noire dans le contexte de la crise ukrainienne[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]