Sur la trace de la chouette d'or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur la trace de la chouette d'or est un jeu de sagacité organisé sous la forme d'une chasse au trésor par Max Valentin.

Durée[modifier | modifier le code]

Lancée le 15 mai 1993, c'est à ce jour la chasse au trésor ayant la plus grande longévité. À l'origine, son concepteur affirmait l'avoir « programmée » pour une période de 8 à 14 mois[1]. Le précédent record avait été établi par une chasse britannique intitulée Quest : A Zetetic Treasure Hunt qui aura duré 13 ans et 7 mois (septembre 1992 - mars 2006)[2].

Michel Becker, coauteur du jeu, créateur et propriétaire de la chouette d'or jusqu'à la découverte de la contremarque par son inventeur, soupçonnant des fuites dans les solutions, décide par lettre ouverte du 26 septembre 2011[3] de se retirer définitivement de la chasse.

Cette décision n'est pas sans poser quelques problèmes juridiques aussi bien sur la forme (aucun argument factuel de fraude n'accompagne les dires de M. Becker) que sur le fond : le propriétaire du lot, qu'il soit M. Becker ou un éventuel acheteur, sera tenu de le restituer à l'inventeur de la contremarque selon le règlement de la chasse et les termes des décisions de justice suite à la saisie temporaire de la chouette d'or [4].

Fonctionnement du jeu[modifier | modifier le code]

Pour l'emporter il faut résoudre onze énigmes publiées dans un ouvrage d'une quarantaine de pages (réédité à trois reprises, en 1993 et 1994 et 1997). Ce livre vendu à environ 70 000 exemplaires[5] est aujourd'hui épuisé chez ses éditeurs successifs, mais est néanmoins disponible en téléchargement[6] avec l'accord de l'auteur.

Chacune d'elles est constituée d'un titre, d'un texte et d'un visuel. Ces visuels sont la reproduction de tableaux originaux[7] du peintre et sculpteur Michel Becker. Ils ont été composés selon un cahier des charges établi par Max Valentin. Ils participent donc pleinement à la localisation du trésor.

La résolution des onze énigmes permet d'isoler une zone de la taille d'une ville moyenne située en France métropolitaine. Pour localiser le lieu précis de l'enfouissement à l'intérieur de cette zone il convient de résoudre une douzième et ultime énigme « cachée » au sein des précédentes.

La chouette d'or qui constitue le lot principal de cette chasse au trésor est une sculpture réalisée par Michel Becker représentant, comme son nom l'indique, une chouette ailes déployées, d'environ 50 centimètres d'envergure, pour un poids d'environ 10 kg, en or et argent, rehaussée de diamants. Cet objet d'art unique a initialement été estimé à un million de francs (environ 150 000 euros) mais un collectionneur de nationalité suisse[8] est entré en contact avec l'auteur pour proposer au futur découvreur la somme de trois millions de francs français (plus de 450 000 euros).

Selon l'un des auteurs du jeu, ce n'est pas la chouette d'or elle-même qui a été enterrée, mais sa copie grandeur nature en bronze. La personne qui trouvera cette contremarque pourra l'échanger contre la chouette d'or auprès de l'huissier de justice chargé du contrôle du jeu[9].

Repères chronologiques[modifier | modifier le code]

La contremarque a été enterrée le 24 avril 1993 à 3 h 30 du matin[10].

Le 3 juin 1993[11] Max Valentin ouvre un serveur Minitel (3615 MANYA devenu 3615 MAXVAL) destiné à répondre publiquement ou en privé aux questions des joueurs concernant cette chasse. Ce serveur ferme ses portes le 13 décembre 2001. Durant cette période 38 152 messages publics y auront été composés[12].

Un article[13] de Florence Aubenas du 13 septembre 1993 et publié dans le journal Libération est le premier d'une longue liste consacré à ce jeu.

La chasse au trésor, en s'éternisant, donne lieu à des échanges en ligne et à une communauté autour de forums successifs[14]. Un forum sur Club-Internet démarre le 13 février 1996. Il cesse de fonctionner le 10 septembre de la même année suite à un problème technique qui ne sera jamais corrigé. En septembre 1996, un chasseur de chouette collaborateur de la société de conseil et de services EdelWeb ouvre sur le serveur de la société un forum dédié à cette chasse au trésor. Ce forum reste ouvert et d'accès gratuit pendant plus de trois ans. Fin 1999, EdelWeb ferme l'accès au forum faute de collaborateur disponible pour le gérer, mais assure la transition auprès de chasseurs de chouette qui reprennent le flambeau. La plupart des participants se retrouvent sur le forum qui deviendra LaChouette.net[15]. Une association à but non lucratif nommée A2CO (Association des Chercheurs de la Chouette d'Or) est fondée en 2003.

Le 4 décembre 2002, un canular circule, prétendant que la Chouette aurait été découverte en Dordogne[16].

Le 3 mai 2003 une chasse hommage À la recherche de la mini-chouette d’or est organisée pour célébrer les dix ans du jeu[17].

Le 18 octobre 2006, le message n° 73778[18] publié par Max Valentin sur le forum de l'A2CO indique qu'à la suite de la liquidation judiciaire en octobre 2004 de la société chargée de la location du coffre-fort renfermant la Chouette d'Or, celle-ci est depuis près de deux ans en la possession d'un liquidateur judiciaire. Diverses procédures judiciaires aboutissent finalement à l'arrêt rendu le 15 janvier 2009 par la cour d'appel de Versailles, qui ordonne au liquidateur de remettre la chouette d'or entre les mains de l'huissier de justice chargé de contrôler la bonne fin du jeu[19].

Le 24 avril 2009 Max Valentin meurt[20], 16 ans jour pour jour après l'enfouissement de la chouette. En théorie ce décès ne change rien au jeu et à sa pérennité, Max ayant toujours affirmé qu'il avait « pris ses dispositions » en cas de malheur.

Publications[modifier | modifier le code]

Le livre comportant les 11 énigmes a été édité à trois reprises :

  • Sur La Trace De La CHOUETTE D'OR, Manya,‎ 1993, 42 p. (ISBN 2-87896-067-X)
  • Sur La Trace De La CHOUETTE D'OR, Hermé & Max Valentin,‎ 1995, 54 p. (ISBN 2-86665-170-7)
  • Sur La Trace De La CHOUETTE D'OR, Michel Lafon & Editions du Trésor,‎ 1997, 63 p. (ISBN 2-84098-304-4)
    Cette troisième édition comporte également l'intégralité des 26 I.S. (Indications Supplémentaires[21]) officiellement diffusées dans différents médias entre 1993 et 1996.

La communauté en ligne issue de cette chasse au trésor a fait l'objet d'une étude socio-ethnographique, qui comporte en annexe un entretien avec Max Valentin :

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]