Grand Quartier général des puissances alliées en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Siège de l'OTAN.

50° 29′ 57.7″ N 3° 59′ 01.95″ E / 50.499361, 3.983875

Grand Quartier général des puissances alliées en Europe
Blason du Grand Quartier général des puissances alliées en Europe
Blason du Grand Quartier général des puissances alliées en Europe

Période 1951
Type Quartier général
Rôle Planification et exécution des opérations militaires de l’OTAN
Fait partie de Flag of NATO.svg OTAN
Garnison Mons, Belgique
Surnom SHAPE
Devise Vigilia Pretium Libertatis, Latin pour "Le prix de la liberté est la vigilance."
Commandant Général Philip M. Breedlove

Le Grand Quartier général des puissances alliées en Europe (en anglais Supreme Headquarters Allied Powers Europe ou SHAPE) est le quartier général du Commandement allié Opérations (ACO) de l'OTAN. Il se situe à Mons en Belgique. Le commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR) dirige depuis le SHAPE non seulement l'ACO mais aussi le Commandement des forces des États-Unis en Europe. L'autre Grand Quartier général de l'OTAN est celui du Commandement allié Transformation (ACT) situé au sein de la base navale de Norfolk en Virginie.

Historique[modifier | modifier le code]

Entrée principale du SHAPE à Mons, 2011

Lorsque le Conseil de l'OTAN se réunit à New York le , Paris est choisi comme siège du quartier général, en raison surtout de sa position centrale et de ses excellents moyens de communications.

L’hôtel Astoria, situé alors sur l'avenue des Champs-Élysées[1], près de la place de l'Étoile, est mis à la disposition du commandement militaire et rapidement aménagé pour recevoir les officiers américains qui doivent constituer le groupe de planning du SHAPE arrivé le 1er janvier 1951 avec à sa tête le général Dwight David Eisenhower. Ils sont bientôt rejoints par les représentants de huit autres pays membres.

Le , le Grand Quartier général des puissances alliées en Europe commence à fonctionner. Toutefois, l'État-Major ne quitte ses quartiers exigus de l'hôtel Astoria qu'au mois de juin. Il s'installe alors dans des bâtiments pré-fabriqués, construits en trois mois environ par le génie militaire français, sur un emplacement situé à Louveciennes (quartier de Villevert en limite de Rocquencourt), dont la France avait fait don à l'OTAN[2]. Il était situé en bordure de la forêt de Marly et à côté de l'autoroute A13 aux coordonnées géographiques 48° 50′ 40.43″ N 2° 06′ 22.78″ E / 48.8445639, 2.1063278, de juillet 1951 au [3],[4],[5]. Il disposait d'un bunker dans une ancienne carrière[réf. nécessaire]. Le Camp Voluceau situé à Rocquencourt est actuellement le site de l'INRIA et le siège des services techniques de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris[6].

Sa construction coûta 733 millions de francs français de l'époque et, à son inauguration en 1951, il abritait 183 officiers : 100 Américains, 27 Français, 26 Britanniques, 10 Italiens, 7 Belges, 5 Néerlandais, 3 Danois, 3 Norvégiens et 2 Canadiens[7].

À la suite du retrait de la France du commandement militaire de l'OTAN, il a été déplacé en Belgique, sur le territoire des anciennes communes de Casteau, Maisières et de Masnuy-Saint-Jean où le nouveau SHAPE a été inauguré le [8]. Depuis la fusion des communes, tout le territoire du SHAPE fait partie de l'entité de Mons située dans la province de Hainaut en Belgique.

Depuis 1967, une convention a été signée entre le ministère de la Défense nationale belge et le SACEUR, permettant l'utilisation de la base aérienne de Chièvres par le SHAPE. Une grande partie de l'infrastructure — pistes, taxi tracks, aires pour les avions, hangars, etc. — a été financée par l'OTAN. Le reste des infrastructures, considéré comme non éligible au financement en commun par l'OTAN, est dénommé « infrastructure nationale », soit belge soit américaine. En 2008, l'infrastructure de Chièvres est toujours reprise dans l'inventaire OTAN et la base sert d'aéroport au profit du SHAPE, tâche reconnue comme indispensable par l'OTAN[9].

Au 30 septembre 2002, on recense 796 Américains travaillant au SHAPE dont 566 militaires[10]. Au 30 septembre 2007, on compte 681 militaires, 138 civils et 330 autres personnels soit 1 149 Américains[11].

En 2003, un membre de la délégation belge de l'OTAN estime qu'il y a environ 25 000 expatriés parmi lesquels un membre du couple travaille pour l'OTAN ou le SHAPE, environ 1 500 Belges directement sous contrat pour ceux-ci et que le budget annuel dépensé en Belgique par ces organismes est de 15 milliards de francs belges[12].

Drapeaux des pays membres de l'OTAN flottant sous le vent juste à l'entrée du SHAPE à Maisières en 2006.

Commandant suprême des forces alliées en Europe[modifier | modifier le code]

La fonction de commandant suprême des forces alliées en Europe (en anglais Supreme Allied Commander Europe ou SACEUR) a été assurée successivement depuis le par les généraux 4 étoiles des forces armées des États-Unis étant également responsable du Commandement des forces des États-Unis en Europe. Le SACEUR est responsable du commandement général des opérations militaires de l'OTAN et il conduit la planification militaire des opérations ; Dwight D. Eisenhower fut le premier à assurer cette charge jusqu'en 1952 ; l'actuel commandant suprême est depuis 2013 le général Philip M. Breedlove.

Par ailleurs, le commandant en second (Deputy SACEUR ou DSACEUR) est un Européen, jusqu'en 1966, un Français ou un Britannique, depuis 1966, un Allemand ou un Britannique et, depuis 2005, un Allemand. Il possède des prérogatives propres de "coordinateur stratégique" avec l'Union européenne ; l'actuel DSACEUR est un britannique, le général Richard Shirreff en poste depuis 2011.

Structure de commandement en 1982[modifier | modifier le code]

Le commandement allié en Europe en 1982 est composé de trois commandements subordonnés majeurs, un pour le Nord, le Centre et le Sud de l'Europe, et plusieurs petits commandements[13] :

Structure depuis 2004[modifier | modifier le code]

En 2008, l’OTAN représente un budget de deux milliards d’euros, plus de 22 000 personnes employées à plein-temps (pour 66 000 hommes en opérations) et près de 320 comités divers[14].

Depuis une transformation de l'OTAN de 2004 à 2013, le SHAPE n'a que trois états-majors interarmées régionaux :

  • Allied Joint Force Command Brunssum (JFC Brunssum) à Brunssum (Pays-Bas)
  • Allied Joint Force Command Naples (JFC Naples) à Naples, Italie
  • Allied Joint Command Lisbon (JC Lisbon) à Oeiras dans la banlieue de Lisbonne (Portugal)

Et six états-majors de composante (air, terre, mer) :

Cette structure a subi à partir de 2010 une diminution des effectifs de 13 000 à 8 800 personnes et le regroupement de plusieurs états-majors passant le nombre de ceux-ci de 11 à 6[15]

En 2013, il reste trois états-majors de composante :

Carte des principaux quartiers-généraux de l'OTAN en 2013.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Musée de l'ARP Radio-Club de Paris - Hommage aux stations d'amateur - Cartes QSL.
  2. (fr) OTAN les cinq premières années 1949-1954, partie 1, chapitre 4.
  3. [image] Photographie du Grand Quartier général à Rocquencourt.
  4. (fr) Déménagement du SHAPE (Marly-le-Roi, 1967).
  5. L'emplacement et les bâtiments du SHAPE, une fois libérés de leur rôle militaire, furent occupés un temps par le siège social de CII Honeywell-Bull avant de devenir le site de deux boîtes de nuit.
  6. Michel Niquet, « A plus de 30 mètres ! », Netpompiers,‎ (consulté le 4 avril 2013).
  7. (en) « Supreme Headquarters, Allied Powers Europe », US Army in Germany (non officiel) (consulté le 4 avril 2013).
  8. Inauguration officielle des nouveaux quartiers généraux du SHAPE (Casteau, 31 mars 1967), CVCE.
  9. (fr) Demande d'explications de M. Christian Brotcorne au ministre de la Défense sur « le statut juridique de l'aéroport de Chièvres » (no 3-14), jeudi 16 octobre 2003, Sénat belge.
  10. (en) [PDF] Bureau du sous-secrétaire de la Défense (Installations et environnement), « Base structure report - Fiscal year 2003 baseline », sur Site du département de la défense des États-Unis,‎ (consulté le 4 avril 2013).
  11. (en) [PDF] Bureau du sous-secrétaire de la Défense pour l'acquisition, la technologie et la logistique, « Base structure report - Fiscal year 2008 baseline, p. 78 », sur Bureau du sous-secrétaire de la Défense pour l'acquisition, la technologie et la logistique,‎ (consulté le 4 avril 2013).
  12. (fr) La note sur l'Otan, 23 juin 2003.
  13. IISS Military Balance 1981-82, p. 25
  14. (fr) Tribune du ministre de la Défense, M. Hervé Morin, dans le quotidien "La Croix" (20 mars 2008), site du ministère français des Affaires étrangères.
  15. (en)« ACO Reform Programme », sur Allied Command Operations
  16. (en)« History of the NATO AIRCOMs at Ramstein Air Base », sur Headquarters Allied Air Command,‎ (consulté le 7 avril 2013)
  17. « Allied Maritime Command », sur Allied Maritime Command,‎ (consulté le 7 avril 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Forces de l'OTAN en RFA 

Liens externes[modifier | modifier le code]