Support de panneau de signalisation en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

On désigne par support de panneau de signalisation l’ensemble des éléments permettant l’implantation des panneaux de signalisation sur site[1].

Il doit assurer la tenue aux sollicitations mécaniques et climatiques de l’ensemble des panneaux qu’il porte.

Les supports sont normalisés[2] et dépendent de la catégorie du panneau.

Arrière d’un panneau de signalisation permanente de police
Exemple de support de panneau de catégorie SP : de section rectangulaire

Typologie des supports[modifier | modifier le code]

Type SP[modifier | modifier le code]

Les dimensions standard sont définies ci-après (en mm) :

Type de section Dimensions
Rectangulaire ou carrée 80 × 40 ; 80 × 80
Circulaire 48,3 ; 60,3 ; 76

Les supports en acier S 235 sont définis par la norme NF EN 10025.

Type SD1[modifier | modifier le code]

Panneau SD1 d’entrée d’agglomération
Exemple de support de panneau de catégorie SD1 : petit mât de section circulaire

Les dimensions standard sont définies ci-après (en mm) :

Type de section Dimensions
Rectangulaire ou carrée 40 × 27 ; 40 × 40 ; 80 × 40 ; 80 × 80
Circulaire 48,3 ; 60,3 ; 76

Les supports en acier S 235 sont définis par la norme NF EN 10025.

Type SD2[modifier | modifier le code]

Arrière de panneaux directionnels SD2
Exemple de support de panneau de catégorie SD2 : mât

Les supports de type mât sont définis par leur diamètre extérieur, conformément aux spécifications ci-après.

Ils sont montés sur une embase.

Les matériaux sont laissés à l'initiative du fabricant, à l'exception du béton qui est jugé dangereux.

Diamètre extérieur 76 89 114 140 168 194 219
Embase
pour 4 tiges
Entraxe 110 × 110 200 × 200 300 × 300
Diamètre tige 14 22 27

Type SD3[modifier | modifier le code]

Arrière d’un panneau SD3
Exemple de support de panneau de catégorie SD3 : IPN normalisé no 2 (117 mm × 70 mm)

Les supports standard sont des mâts de type cylindrique (voir tableau des mâts de type SD2) ou des profilés normalisés I (IPN) dont les dimensions figurent ci-après.

Profilés no  Dimensions hors tout
1 57 × 95
2 70 × 117
3 87 × 145
4 107 × 178
5 131 × 220

Les supports de type haut mât, portique et potence ne sont quant à eux pas normalisés. Ils sont calculés systématiquement en fonction des caractéristiques de l’implantation du panneau.

Dimensionnement du support[modifier | modifier le code]

Un panneau de signalisation est fixé sur un support qui est lui-même fiché dans le sol dans un massif de fondation. L'ensemble doit pouvoir résister aux vents soufflant dans la région où est implanté l'ensemble de signalisation, afin d'une part de ne pas se déformer et d'autre part ne pas s'arracher ou se rompre sous l'effet du vent.

Les ensembles de signalisation classiques doivent être dimensionnés selon des règles définies dans la note d'information 66 du SETRA (juillet 1989). Depuis la tempête de 1999, de nouvelles recommandations sont apparues pour les portiques, potences et hauts mâts.

On calcule le moment fléchissant dû à l'effort du vent sur le ou les panneaux au niveau du sol car il est maximum à ce point. Puis, on choisit le support dont le moment maximum admissible est immédiatement supérieur au moment calculé.

Hypothèses prises en compte[modifier | modifier le code]

Paramètres pris en compte pour le dimensionnement d'un support de panneau
Paramètres pris en compte pour le dimensionnement d'un support de panneau

Formule de calcul[modifier | modifier le code]

Le moment fléchissant dû à l'effort du vent calculé au niveau de la surface du massif de fondation est donné par la formule suivante[3] :

M = p × S × HP

où P est la pression en daN/m2, S la surface du panneau et HP la hauteur du centre de gravité. On a : HP = HSP + h/2 + 0,2

Classes de moments de flexion normalisées[modifier | modifier le code]

Neuf classes de moments de flexion ont été normalisées. Pour chaque classe de moment, les fabricants de panneaux ont conçu, pour chaque catégorie de panneau (SP, SD1 ou SD2), un support résistant au moment maximal de la classe. Seuls les IPN utilisés pour la catégorie SD3 sont normalisés et indépendants des fournisseurs. Le tableau suivant présente les classes de moments et les supports standards communs à la plupart des fournisseurs.

Moments
en daN.m
SP - SD1 SD2 SD3
MA : 100 80 × 40 / Ø 60 Ø 76 × 3
MB : 250 80 × 80 × 2 Ø 76 × 3
MC : 500 80 × 80 × 3 Ø 90 × 5 I n°1 : 57 × 95
MD : 1000 Ø 114 × 4 I n°2 : 70 × 117
ME : 1500 Ø 114 × 9 I n°3 : 87 × 145
MF : 2500 Ø 140 × 8
MG : 3500 Ø 140 × 10 I n°4 : 107 × 178
MH : 5000 Ø 168 × 14
MI : 7000 I n°5 : 132 × 220

Applications[modifier | modifier le code]

  • Exemple 1 : panneau de limitation de vitesse B14, de gamme normale, implanté en rase campagne :

M = 130 daN/m² x 0,567 m² x (1 m + 0,425 m + 0,2 m) = 120 daN.m
Classe de moment MA. Un support rectangulaire en acier galvanisé de section 80 x 40 x 1,5 a pour moment fléchissant maximal de 120 daN.m et sera donc retenu pour fixer un tel panneau.

  • Exemple 2 : panneau de limitation de vitesse B14, de gamme normale, implanté en agglomération, en situation dégagée :

M = 130 daN/m² x 0,567 m² x (2,3 m + 0,425 m + 0,2 m) = 216 daN.m
Classe de moment MB. Un support carré en acier galvanisé de section 80 x 80 x 2 qui a un moment fléchissant maximal de 250 daN.m sera ici retenu.

  • Exemple 3 : panneau directionnel rectangulaire SD2 1900 x 400 implanté en rase campagne :

M = 130 daN/m² x 0,76 m² x (2,3 m + 0,2 m + 0,2 m) = 266 daN.m
Classe de moment MC. Un support de type mât de diamètre 90 mm qui a un moment fléchissant maximal de 500 daN.m sera retenu. Le mât de diamètre 76 mm avec un moment de 250 daN.m pourrait être admissible.

Il convient de signaler que les logiciels de conception d'ensemble de panneaux calculent automatiquement les supports et massifs de fondations en fonction des panneaux composant l'ensemble.

Massif de fondation[3][modifier | modifier le code]

Les supports de signalisation sont fixés dans un massif de fondation en béton dont le dimensionnement dépend également des classes de moments de flexion. Ce massif de fondation est considéré comme un parallélépipède rectangle dont les dimensions (longueur - largeur - hauteur) sont données dans le tableau suivant.

Moments de flexion
maximal admissible
en daN.m
Catégorie A (sols médiocres[4])
massif type « Remblai rase campagne »
Catégorie B (sols corrects[5])
massif type « Déblai ville »
MA : 100 0,4 × 0,4 × 0,4 0,4 × 0,4 × 0,4
MB : 250 0,5 × 0,5 × 0,5 0,4 × 0,4 × 0,4
MC : 500 0,6 × 0,6 × 0,65 0,4 × 0,4 × 0,5
MD : 1000 0,8 × 0,8 × 0,8 0,5 × 0,5 × 0,65
ME : 1500 0,9 × 0,9 × 0,9 0,65 × 0,65 × 0,7
MF : 2500 1,0 × 1,0 × 1,0 0,75 × 0,75 × 0,8
MG : 3500 1,1 × 1,1 × 1,2 0,8 × 0,8 × 0,9
MH : 5000 1,25 × 1,25 × 1,3 1,0 × 1,0 × 1,0
MI : 7000 1,4 × 1,4 × 1,5 1,1 × 1,1 × 1,2

Protection vis-à-vis des usagers[modifier | modifier le code]

Le moment maximal admissible pour chacun de ces supports est de 570 daN.m. Au-delà de cette valeur, ces supports devront, en rase campagne, être isolés en fonction de leur implantation latérale[6].

Si le support est situé à l'intérieur de la zone de sécurité de 4 m comptés à partir du bord de chaussée, deux solutions peuvent être envisagées pour l'isoler :

  • Déplacer le support au-delà de la zone de sécurité de 4 m ;
  • Mettre en place un dispositif de retenue (glissière de sécurité) permettant de protéger l'usager en cas de choc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Norme XP P 98-501 « Signalisation routière verticale - Généralités » - Mars 2002
  2. cf Norme XP P 98-531 « Signalisation routière verticale permanente : Dimensions principales des panneaux de signalisation et de leurs supports - Valeurs et tolérances dimensionnelles » - Novembre 1999
  3. a, b et c Note d'information 66 du SETRA (juillet 1989)
  4. la pression limite est de l'ordre de 1 à 5 bars
  5. la pression limite varie de 5 à 25 bars
  6. Le seuil de 570 daN.m n'était jusqu'en 2008 qu'une recommandation, prescrite dans le guide « Traitement des obstacles latéraux » sur les routes principales hors agglomération (Service d’Études Techniques des Routes et Autoroutes du Ministère de l’Équipement de novembre 2002). Il est devenu réglementaire en 2008, avec l'arrêté du 11 février 2008 relatif à l’approbation de modifications de l’instruction interministérielle sur la signalisation routière (article 6).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]