Super Mario Sunshine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Super Mario Sunshine
image

Éditeur Nintendo
Développeur Nintendo EAD
Concepteur Yoshiaki Koizumi (réalisateur)
Kenta Usui (réalisateur)
Shigeru Miyamoto (producteur)
Takashi Tezuka (producteur)[1]

Date de sortie Icons-flag-jp.png 19 juillet 2002
Icons-flag-us.png 26 août 2002
Icons-flag-eu.png 4 octobre 2002[2]
Genre Plate-formes
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme GameCube
Média Mini DVD
Contrôle Manette

Évaluation ACB : G
CERO : A
ESRB : Everyone
GRB : All
PEGI : 3+

Attention : Le titre d'affichage «<i>Super Mario Sunshine</i>» remplace l'ancien titre d'affichage «<i><span lang="en">Super Mario Sunshine</span></i>».

Super Mario Sunshine (スーパーマリオサンシャイン, Sūpā Mario Sanshain?) est un jeu vidéo de plate-formes développé par Nintendo EAD pour l'éditeur japonais Nintendo. Il sort sur la console de jeu GameCube au Japon le 19 juillet 2002, puis aux États-Unis le 26 août 2002 et enfin en Europe le 4 octobre 2002.

Cet épisode retrace les aventures du héros Mario sur l'île Delfino. Accompagné de la Princesse Peach, Papy Champi (qui fait ici sa première apparition) et de quelques Toads, pour ce qui devait être de simples vacances, il est de nouveau confronté à Bowser et Bowser Jr. Pour les empêcher d'accomplir leurs plans, Mario se fait aider par J.E.T., un appareil créé par le professeur K. Tastroff.

Comme Super Mario 64 six ans auparavant, Super Mario Sunshine constitue l'épisode GameCube de la série principale Super Mario commencée en 1985. En septembre 2009, les ventes sont estimées à 6,3 millions d'unités[3].

Scénario[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Île Delfino.

Super Mario Sunshine prend place dans un monde imaginaire exotique. L'histoire se déroule sur l'île Delfino, une île tropicale en forme de dauphin. Cette île ne fait pas partie du Royaume Champignon. Sa géographie est assez homogène : elle se compose de collines, d'un volcan, de falaises et de quelques petites plaines où se trouvent les plages et la majeure partie de la population. Cette population est essentiellement composée de deux espèces : les Piantas et les Noki[4].

Delfino est divisée en dix lieux : un aéroport, un volcan (le Mont Corona), une ville (Place Delfino), trois villages (Collines Bianco, Baie Noki et Village Pianta), un port (Port Ricco), un parc d'attractions (Parc Pinna), un hôtel situé sur la Plage Sirena et une plage (Gelato-les-Flots)[5].

L'île est réputée pour son climat très favorable. Ce climat est dû à une multitude de soleils qui se concentrent autour de la Porte du Soleil située à Place Delfino. Leurs énergies se rassemblent et donnent ce temps ensoleillé. Delfino est donc l'endroit idéal pour se détendre et s'abandonner au farniente.

Personnages[modifier | modifier le code]

Le joueur contrôle Mario (doublage anglais : Charles Martinet). Lorsque le jeu débute, l'avion de Mario subit un atterrissage mouvementé. Sur la piste d'atterrissage, il découvre une substance mouvante qui a l'aspect d'une peinture. Plus loin, il fait la connaissance de J.E.T., un Jerrycan Expérimental Transformable qui est en fait une sorte de pompe à eau. Ce J.E.T. peut être considéré comme un outil par ses fonctions ou alors comme un personnage du fait qu'il parle et le joueur a la possibilité de le contrôler par le biais de Mario. Ainsi grâce à cette rencontre, Mario et J.E.T. vont pouvoir nettoyer l'aéroport.

Pour ses vacances, Mario est accompagné de Princesse Peach, l'héritière du trône du Royaume Champignon, Papy Champi, le fidèle sujet de la princesse et de cinq Toads ( Toad Violet, Toad Vert, Toad Rouge, Toad Bleu et Toad Jaune ), eux aussi sujets de la princesse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Alors que Mario s'apprête à profiter de vacances paisibles sur l'île Delfino avec Peach, Papy Champi et les Toads, ils découvrent une île polluée et salie par des graffitis. À cause de cette pollution, les soleils (Shines sprites) ont disparu, ce qui plonge l'île dans l'ombre. Mario est arrêté car un criminel a, sous son apparence, saccagé l'île en peignant des graffiti un peu partout. Mario est jugé et reconnu coupable. Il est alors condamné à nettoyer les dégâts et à rétablir la tranquillité sur l'île. Pour la nettoyer, Mario est aidé par J.E.T., un canon à eau en forme de sac à dos[6].

Entre temps, la princesse Peach est kidnappée par le mystérieux individu qui s'appelle Antimario et Mario doit la sauver. Il suit Antimario jusque sur l'île Pinna où est construit un parc d'attractions. Là, Mario doit faire face à un gigantesque robot en forme de Bowser. Après le combat, Antimario révèle sa véritable identité : il s'agit en fait de Bowser Jr., le fils de Bowser. Ce dernier a annoncé à son fils que Peach était en réalité sa mère[7]. Bowser Jr. s'enfuit en ballon vers le Mont Corona. Mario aura de nouveau affaire à Bowser Jr. toujours déguisé en Antimario dans les autres endroits de l'île. L'affrontement final a lieu dans le volcan, Mario grimpe la cheminée puis y trouve Bowser dans une baignoire ainsi que son fils et Peach. Mario sauve Peach en détruisant les extrémités de la baignoire et tous tombent. On retrouve Mario et Peach sur un petit îlot, en face de Place Delfino, qui assistent au retour des soleils sur l'île. Durant la chute, J.E.T. sera endommagé mais ensuite réparé[8]. Enfin, les vacances peuvent commencer pour Mario tandis que Bowser de son côté, explique à son fils que Peach n'est pas réellement sa mère[9].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le gameplay de Super Mario Sunshine ressemble beaucoup à celui de l'opus précédent, Super Mario 64, mais Mario peut utiliser de nouvelles fonctions comme l'attaque en vrille, qui lui permet de sauter et d'attaquer tout en tournant sur lui-même. Toutefois, les deux jeux n'ont aucun lien scénaristique. À la différence de Super Mario 64, dans Super Mario Sunshine, Mario dispose d'un Jerrican Expérimental Transformable (J.E.T.) sur son dos. Comme dans Super Mario 64, le joueur peut découvrir l'environnement dans toutes les directions sans limite de temps. Toutefois, l'environnement de Super Mario Sunshine est plus réaliste que dans son prédécesseur comme le montre certains éléments du décor (habitations, parc d'attractions, fruits, insectes...)[10] et le fait que Mario peut avoir une insolation[11]. Les niveaux regorgent d'ennemis qui attaquent Mario mais aussi de personnages qui aident Mario ou demandent un service.

Mode de jeu et contrôles[modifier | modifier le code]

Super Mario Sunshine est un jeu qui se joue en solo. L'écran d'accueil propose de choisir entre trois profils (A, B et C) qui permettent de jouer à trois parties différentes.

Dans ce jeu, Mario dispose de plusieurs mouvements distincts. La plupart des mouvements tire parti du stick analogique (par exemple, Mario marche ou court selon l'inclinaison du stick), du bouton A (ce bouton permet à Mario de sauter, nager...) et du bouton B (Mario peut parler, porter, lancer ou encore glisser)[12]. Il est possible d'exécuter des sauts spéciaux : le triple saut (consiste à sauter trois fois de suite), la roue ou les rebonds sur un mur qui lui permettent d'atteindre des endroits élevés[13]. Il est possible de nager et de plonger avec le bouton B mais le joueur doit faire attention à surveiller sa réserve d'air[14]. Mario peut aussi se servir de J.E.T. avec le bouton R[15].

Pouvoirs[modifier | modifier le code]

Mario ne possède aucune transformation mais J.E.T., la pompe à eau, en a quatre. Ces quatre fonctions sont appelées buses. La buse d'arrosage, qui est active en permanence chez J.E.T., permet de projeter de l'eau devant soi, à la manière d'un tuyau d'arrosage, et est utilisée principalement pour nettoyer les différents graffitis de l'île, et faire disparaître la boue souillant les niveaux. Elle peut aussi servir à tuer certains ennemis. Mais le J.E.T a d'autres buses interchangeables. En effet, on peut utiliser, en plus de la buse d'arrosage, trois buses différentes : la première, l'Aérobuse, est disponible dès le début du jeu et permet à Mario de planer un court instant dans les airs ; la deuxième, la Catabuse, sert de réacteur vertical et permet de faire des sauts gigantesques et de détruire certains blocs ; la troisième enfin, la Turbobuse, est une autre sorte de réacteur, mais horizontal cette fois, donnant à Mario la possibilité de courir ou de nager très rapidement[16].

Sur l'île, Mario peut aussi chevaucher Yoshi en lui donnant le fruit qui est demandé. Yoshi peut ainsi cracher du jus. La couleur du dinosaure et de son jus diffère selon le fruit mangé. Ce jus peut servir à dissoudre des obstacles comme les substances orange et transformer les ennemis en plates-formes qui peuvent être utilisées comme ascenseurs suivant le fruit mangé. Yoshi disparaît quand il plonge dans une eau profonde ou lorsque son réservoir de nectar est vide[17].

Niveaux[modifier | modifier le code]

Le principe du jeu est d'alterner les différentes buses selon la situation et d'utiliser Yoshi pour atteindre de nouvelles zones dans les niveaux et récolter ainsi les 120 soleils.

Ces soleils sont équivalents aux étoiles de puissance de Super Mario 64 et le but du jeu est de tous les obtenir. Pour cela, le joueur peut se rendre librement et dans n'importe quel ordre dans les huit lieux de l'île, depuis Place Delfino. Chaque lieu est divisé en 8 épisodes, présentant chacun ses propres objectifs (généralement évoqués dans le titre de l'épisode) et donnant donc accès à un soleil distinct. Ces défis peuvent inclure un combat contre un boss, récupérer les huit pièces rouges, battre Antimario ou encore réussir une épreuve sans l'aide de J.E.T. De plus, le joueur devra collecter 100 pièces dans chaque lieu (y compris Place Delfino) et trouver les deux soleils cachés[18]. D'autres soleils se trouvent en dehors des lieux (sur la Place Delfino, dans le Mont Corona, ou sur l'Aéroport) et sont accessibles selon des manières que doit découvrir le joueur. Il faut également retrouver les 240 pièces bleues qui ont été disséminées sur toute l'île. Ces pièces intéressent une certaine personne qui les achète en l'échange d'un soleil. Il faut 10 pièces bleues pour obtenir un soleil[19].

Développement[modifier | modifier le code]

Shigeru Miyamoto, créateur de Mario et producteur de Super Mario Sunshine.

Une suite de Super Mario 64 était déjà en projet depuis plusieurs années. Super Mario 64 2 et Super Mario 128, dont les sorties ont été annulées, présentaient déjà quelques idées pour une suite de Super Mario 64. Certains éléments de Super Mario 128 ont été utilisées pour la conception de Super Mario Galaxy[20]. Le jeu a été présenté, pour la première fois, au Spaceworld 2001[21] puis a été présenté une nouvelle fois à l'E3 2002[22].

Yoshiaki Koizumi, coréalisateur de Super Mario Sunshine.

Au cours d'une interview avec le producteur Takashi Tezuka et les réalisateurs Yoshiaki Koizumi et Kenta Usui au sujet du développement de Super Mario Sunshine, ceux-ci disent qu'ils ont rapidement eu beaucoup d'idées comme de pouvoir nettoyer les graffitis ou de planer dans les airs. Certaines avaient déjà été évoquées dans The Legend of Zelda: Majora's Mask[23]. Takashi Tezuka dit : « le concept a repris des éléments de Super Mario 64 en ajoutant leurs idées[23] ». Les développeurs ont d'abord commencé par l'ajout d'une pompe à eau dans le gameplay. Il y avait dix sortes de buses à eau différentes, mais J.E.T. a été retenu en raison de sa convenance dans le décor du jeu bien qu'il ne soit pas le favori[23]. Certains types de buses ont dû être retirés car ils ont fait polémique aux États-Unis[23]. Par ailleurs, certaines caractéristiques de Yoshi ont également été enlevées[23]. Les développeurs ont aussi crée un univers quatre fois plus grand que dans Super Mario 64 et l'ont rendu plus réel[23].

Équipe de développement[modifier | modifier le code]

La musique a été composée par Koji Kondo et Shinobu Tanaka[1]. Certaines pistes proviennent d'anciens jeux de Mario mais celles-ci ont été modifiées comme le thème Underground[24]. Pour les voix dans Super Mario Sunshine, ce sont les acteurs habituels qui prêtent leur voix aux personnages. Ainsi Charles Martinet a donné sa voix à Mario et Papy Champi, Jen Taylor pour Peach et Toad, Scott Burns pour Bowser et Dolores Roger pour Bowser Jr[25].

Super Mario Sunshine est développé par le studio Nintendo EAD pour Nintendo. L'équipe complète comporte une centaine de membres environ[1]. Les réalisateurs sont Yoshiaki Koizumi et Kenta Usui tandis que la production est dirigée par Shigeru Miyamoto et Takashi Tezuka. Futoshi Shirai dirige le map design et Koichi Hayashida l'équipe des programmeurs[1].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse papier
Média Note
Famitsu (JP) 37 sur 40[26]
Presse numérique
Média Note
1UP.com (US) A[27]
Eurogamer (GB) 9 sur 10[28]
Gamekult (FR) 9 sur 10[29]
GameSpot (US) 8 sur 10[30]
Jeuxvideo.com (FR) 18 sur 20[31]
GameSpy 5 étoiles[32]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 91 % (75 tests)[33]
MobyGames 89 %[34]

Super Mario Sunshine a été un succès commercial. Il a été vendu à près de 5,5 millions d'unités en juin 2006[35] puis 6,3 au 14 septembre 2009[3]. Le jeu était en 2002, le dixième meilleur jeu vendu aux États-Unis selon le NPD Group[36].

Super Mario Sunshine a reçu les éloges de la presse spécialisée. IGN a apprécié l'ajout d'un canon à eau pour améliorer le gameplay ; Mario n'a plus à attendre qu'une plate-forme arrive vers lui, il peut utiliser J.E.T[37]. et GameSpy a ajouté une critique positive sur la conception du décor et des niveaux aux hauteurs[32]. Le jeu a reçu une très bonne note de la part de Nintendo Power qui commente la qualité des graphismes, de la musique, de la mise en scène, des cinématiques et des énigmes[38]. GamePro a également donné une note parfaite au jeu toujours pour la qualité des niveaux[39]. L'Official Nintendo Magazine place le jeu à la 46e place parmi les 100 meilleurs jeux Nintendo de tous les temps[40].

Néanmoins, la presse a trouvé des inconvénients. GameSpot a critiqué le système de caméra et que le jeu peut parfois être ennuyeux car il oblige à refaire les niveaux plusieurs fois pour finir le jeu. Il a également critiqué certains ajouts comme Yoshi qui « n'est pas très utile ». Il a critiqué les voix des personnages : la voix de Mario est limitée à des interjections, et les voix de Peach et des ennemis sont décevantes. Les voix des habitants sont elles aussi limitées à des interjections et des onomatopées alors qu'il aurait été plus agréable de les entendre parler[30].

Héritage[modifier | modifier le code]

Nouveaux personnages[modifier | modifier le code]

Super Mario Sunshine présente de nouveaux personnages dans la série. Tout d'abord les habitants de l'île, Piantas et Nokis font ici leur première apparition. Les Piantas sont des montagnards forts, sociables et curieux. Les arbres sur leurs têtes les protègent du climat de l'île. Les Nokis sont recouverts par des coquilles qui sont les vestiges du temps où ils vivaient dans la barrière de corail. Ils s'occupent du Parc Pinna[5].

Bowser Jr. apparaît aussi dans ce volet[41], déguisé en Antimario. Il est devenu un personnage récurrent de la série principale en tant qu'adversaire (New Super Mario Bros où il est l'antagoniste principal, New Super Mario Bros Wii, Super Mario Galaxy et Super Mario Galaxy 2) et dans les spin-off sportifs en tant que personnage jouable (dans la série des Mario Kart depuis Mario Kart: Double Dash!!, Mario Golf: Toadstool Tour, Mario Power Tennis, Mario Strikers Charged Football , Mario Super Sluggers ou encore Mario & Sonic aux Jeux Olympiques d'Hiver). Ce fut la première apparition de Papy Champi[42], qui revient souvent dans les jeux sportifs en tant qu'arbitre (ou plus rarement jouable comme dans Super Mario Sluggers) et surtout dans la série des Mario & Luigi. Ce fut également la première apparition de Flora Piranha[43] qui sera ensuite présent dans Mario Kart: Double Dash!!, Mario Strikers Charged Football , New Super Mario Bros. ou Super Princess Peach.

Postérité[modifier | modifier le code]

Une réédition de Super Mario Sunshine intitulée Super Mario Sunshine (Player's Choice) est sortie en 2003. Le Player's Choice sélectionne les jeux les plus populaires et les vendent à des prix réduits[44].

Sur la console de la génération suivante, la Wii, Nintendo publie en 2007 une suite, Super Mario Galaxy, puis une autre, Super Mario Galaxy 2, sortie le 11 juin 2010. Le gameplay reste le même sauf que les développeurs ont cette fois-ci préféré des plates-formes de type sphériques qui ressemblent à des planètes. Ces éléments ont été introduit dans un décor ressemblant à l'espace puis la gravité a été ajoutée[45]. Shigeru Miyamoto confirma lors de l'E3 2007, la sortie du jeu le 12 novembre 2007 en Amérique du Nord et quatre jours plus tard en Europe, c'est-à-dire le 16 novembre 2007. Super Mario Galaxy ne reprend aucune nouveauté de Super Mario Sunshine. Cependant dans Super Mario Galaxy 2, il est possible de chevaucher Yoshi (comme dans Super Mario World) et ce dernier peut manger des fruits (comme dans Super Mario Sunshine) qui lui donnent des capacités particulières[46],[47].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Game credits pour le jeu Super Mario Sunshine », sur mobygames.com (consulté le 8 février 2010)
  2. (en) « Super Mario Sunshine, release summary », GameSpot (consulté le 11 février 2010)
  3. a et b (en) « Nombre de ventes de Super Mario Sunshine au 14 septembre 2009 », sur VGChartz (consulté le 8 février 2010)
  4. Super Mario Sunshine, Mode d'emploi,‎ 2002, « Les vacances de Mario tournent mal », p. 6
  5. a et b Nintendo EAD, Super Mario Sunshine, (Nintendo), Nintendo GameCube, « Carte de l'île : descriptions des lieux et des habitants »
  6. Super Mario Sunshine, Mode d'emploi,‎ 2002, « Les vacances de Mario tournent mal », p. 6-7
  7. « Bowser Jr. : Leave my mama alone, you bad man. I won't let you take mama Peach away ! / Peach : Mama ? Mama Peach ? I'm your... mama ? / Bowser Jr. : Yeah. Papa told me all about it. He told me my mama got kidnapped by a bad man named Mario. » (Super Mario Sunshine, 2002, Nintendo) « Bowser Jr. : Laisse ma maman tranquille, Méchant. Je ne te laisserai pas me prendre Maman Peach. / Peach : Maman ? Maman Peach ? Je suis ta... maman ? / Bowser Jr. : Ouais, Papa m'a tout raconté. Il m'a dit que maman avait été kidnappée par un homme nommé Mario. »
  8. « J.E.T. : The vacations starts now » (Super Mario Sunshine, 2002, Nintendo) « J.E.T. : Les vacances peuvent commencer »
  9. « Bowser : / Bowser Jr. : » (Super Mario Sunshine, 2002, Nintendo) « Bowser : Jr... J'ai quelque chose de difficile à te dire à propos de... la Princesse Peach / Bowser Jr. : Je sais qu'elle n'est pas vraiment ma maman »
  10. [image] « Mario à Place Delfino », sur homepage.mac.com (consulté le 5 mars 2010)
  11. [image] « Mario sur l'île Pinna sans sa casquette », sur mario-museum.net (consulté le 5 mars 2010)
  12. Super Mario Sunshine, Mode d'emploi,‎ 2002, « Les déplacements de Mario », p. 14-19
  13. Super Mario Sunshine, Mode d'emploi,‎ 2002, « Fonctions du bouton A », p. 16-17
  14. Super Mario Sunshine, Mode d'emploi,‎ 2002, « Les déplacements de Mario », p. 14
  15. Super Mario Sunshine, Mode d'emploi,‎ 2002, « Les différentes buses de J.E.T », p. 20
  16. Super Mario Sunshine, Mode d'emploi,‎ 2002, « Les différentes buses de J.E.T. », p. 20-23
  17. Super Mario Sunshine, Mode d'emploi,‎ 2002, « Yoshi », p. 25-26
  18. (fr) « Solution complète de Super Mario Sunshine », sur Jeuxvideo.com (consulté le 5 mars 2010)
  19. (en) « Analyse de Super Mario Sunshine par tboy », sur gamershell.com (consulté le 9 février 2010)
  20. (en) Anoop Gantayat, « Miyamoto opens the vault », sur IGN (consulté le 12 février 2010)
  21. (en) IGN Staff, « Spaceworld 2001: Mario Sunshine Impressions », sur IGN (consulté le 12 février 2010)
  22. (en) IGN Staff, « E3 2002: First Look: Nintendo's Booth », sur IGN (consulté le 12 février 2010)
  23. a, b, c, d, e et f (en) « The Making of the game », sur n-sider.com (consulté le 12 février 2010)
  24. (en) Craig Majaski, « Super Mario Sunshine review », sur gaming-age (consulté le 12 février 2010)
  25. (en) « Super Mario Sunshine (2002)(VG) Full cast and grew », sur imdb.com (consulté le 12 février 2010)
  26. (en) Kyle Orland, « Famitsu gives Super Mario Galaxy 38/40 », sur Joystiq (consulté le 11 février 2010)
  27. (en) « Super Mario Sunshine review », sur 1UP.com (consulté le 11 février 2010)
  28. (en) « Super Mario Sunshine review », sur Eurogamer (consulté le 11 février 2010)
  29. (fr) Gaël Fouquet, « Test de Super Mario Sunshine », sur Gamekult (consulté le 12 février 2010)</
  30. a et b (en) Jeff Gerstmann, « Super Mario Sunshine review », sur GameSpot (consulté le 11 février 2010)
  31. (fr) « Test de Super Mario Sunshine », sur JeuxVideo.com (consulté le 11 février 2010)
  32. a et b (en) Hector Guzman, « Super Mario Sunshine review », sur GameSpy (consulté le 11 février 2010)
  33. (en) « Super Mario Sunshine reviews », sur GameRankings (consulté le 11 février 2010)
  34. (en) « Super Mario Sunshine reviews », sur MobyGames (consulté le 11 février 2010)
  35. (en) Daniel Boutros, « A Detailed Cross-Examination of Yesterday and Today's Best-Selling Platform Games », sur Gamasutra (consulté le 12 février 2010)
  36. (en) « The NPD group reports annual 2002 U.S. video game Sales break record », sur npd.com (consulté le 12 février 2010)
  37. (en) Fran Mirabella III, « Super Mario Sunshine review », sur IGN Entertainment (consulté le 11 février 2010)
  38. Nintendo Power, t. 160, Nintendo,‎ 2002
  39. (en) Star Dingo, « Super Mario Sunshine review », sur GamePro (consulté le 12 février 2010)
  40. (en) « Super Mario Sunshine review », sur Official Nintendo Magazine (consulté le 12 février 2010)
  41. (fr) « Bowser Jr », sur www.jeuxvideopc.com (consulté le 27 février 2010)
  42. (fr) « Papy Champi », sur www.jeuxvideopc.com (consulté le 27 février 2010)
  43. (fr) « Flora Piranha », sur le-monde-de-mario.e-monsite.com (consulté le 27 février 2010)
  44. (en) Justin Calvert, « Nintendo Player's Choice range grows », sur GameSpot (consulté le 12 février 2010)
  45. (en) « How Super Mario Galaxy was born », sur us.wii.com (consulté le 10 février 2010)
  46. (en) « Video de Super Mario Galaxy 2, E3 2009 », sur www.gametrailers.com (consulté le 9 février 2010)
  47. (fr) « E3 2009 : Super Mario Galaxy 2 », sur Jeuxvideo.com (consulté le 24 février 2010)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 17 mars 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.