Sungods in Exile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sungods in Exile (« L'exil des dieux-soleil ») est un livre publié en 1978 sous le pseudonyme de David Agamon. Cet ouvrage prétend être basé sur les notes d'un Dr Karyl Robin-Evans, qui, selon Agamon, aurait été professeur à l'université d'Oxford.

Explication[modifier | modifier le code]

L'histoire est celle d'une expédition menée en 1947 au Tibet et pendant laquelle une équipe scientifique visite la cordillère de Bayan Har et rencontre la tribu Dropa, d'origine extraterrestre et dont le vaisseau se serait écrasé sur la Terre. Le livre présente des photographies de la tribu et de pierres circulaires (les dropas) qui contiendraient des messages de ces entités.

Les dropas apparaissent régulièrement dans la sous-culture ufologiste, et l'auteur Hartwig Hausdorf en a popularisé l'histoire dans son livre Le Roswell chinois publié en 1998. Diverses variations sur le même thème ont par la suite ajouté un professeur Tsum Um Nui de l'université de Pékin, qui aurait décodé les inscriptions sur les pierres.

En 1995, l'auteur britannique David Gamon admit dans un entretien au magazine Fortean Times qu'il était bel et bien l'auteur de Sungods in exile[1], inspiré par la popularité d'Erich von Däniken et sa théorie des anciens astronautes. L'essentiel des sources utilisées pour la rédaction du livre proviennent d'un article de Russian Digest des années 1960 et d'un livre de science-fiction de l'auteur français Daniel Piret intitulé Les disques de Biem-Kara.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fortean Times 75 (1995), page 57.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Hartwig Hausdorf, The Chinese Roswell: UFO encounters in the Far East from ancient times to the present, Boca Raton, New Paradigm Books,‎ 1998, 1e éd. (ISBN 978-1-892138-00-2 et 189213800X, liens OCLC? et LCCN?).

Liens et références externes[modifier | modifier le code]