Sun City (Afrique du Sud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

25° 20′ 25″ S 27° 05′ 27″ E / -25.34028, 27.09083 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sun City.
Une piscine de Sun City.
Le palais de Lost City
Un pont décoré de statues d'éléphants à l'intérieur des jardins de Lost City.

Sun City est un complexe de loisirs d'Afrique du Sud situé dans la Province du Nord-Ouest à proximité de la ville de Rustenburg et à deux heures de route de Johannesburg. Frontalier du parc national Pilanesberg, il a été ouvert le 7 décembre 1979 dans ce qui était alors le bantoustan "indépendant" du Bophuthatswana.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sun City a été créé par Sol Kerzner, propriétaire du groupe Sun International. Inauguré le 7 Décembre 1979 dans ce qui est, à l'époque, le bantoustan indépendant du Bophuthatswana, Sun City est un complexe hôtelier comprenant piscines, casino, salles de spectacles, auditorium de 6230 places, etc.

Sa situation au Bophuthatswana lui permet de s'affranchir des règles moralistes et raciales d'Afrique du Sud, proposant notamment des revues sein nues, des spectacles de strip-teaseuses, des jeux d'argents dans une ambiance multiraciale à 2h de routes des grandes régions métropolitaines de Pretoria et de Johannesburg. Sun City devient rapidement devenu une destination de vacances et de loisirs très populaires. Plusieurs artistes se produisent comme Julio Iglesias ou Rod Stewart.

Si en 1980, les Nations Unies décident un boycott culturel de l'Afrique du Sud, en raison de sa politique d'apartheid, de nombreux artistes viennent se produire à Sun City comme Frank Sinatra[1] (1981), Ray Charles[1], Shirley Bassey[1], Liza Minnelli[1], Julio Iglesias[1], Olivia Newton-John (1982)[2], Paul Anka[2], Cher[2], Rod Stewart[1] (juillet 1983), les Beach Boys (1981)[3], le groupe Sha Na Na[3], Elton John (octobre 1983)[4], Johnny Mathis (1986), Status Quo (1987)[5] ou le groupe Queen de Freddy Mercury (octobre 1984). La venue médiatique de Queen intervient alors que les townships sont en pleine révolte contre le gouvernement PW Botha. La violation du boycott par Queen amène la British Musicians' Union à leur imposer une amende tandis que les Nations-Unies ajoutent leur nom à la liste noire des artistes se produisant en Afrique du Sud (de 1980 à 1983, plus de 211 artistes étrangers sont venus se produire à Sun City[3]). Refusant de faire amende honorable, le groupe Queen affirme son apolitisme et vouloir continuer à se produire sur scène devant tout le monde. Il fait néanmoins une donation à une école pour sourd et aveugles pour prouver ses valeurs philanthropiques[6].

En 1985, Steven Van Zandt guitariste de E Street Band lance Artists United Against Apartheid, une œuvre collective de 49 artistes unis contre l'apartheid (Bruce Springsteen, Bono, Peter Gabriel, Bob Dylan, Ringo Starr, Lou Reed, etc) qui s'en prennent à Sun City, affirmant, dans leur titre phare que jamais ils ne se produiraient à Sun City au cas où on le leur proposerait.

Après l'arrivée au pouvoir de Frederik de Klerk, l'étau se desserre autour de Sun City. Peu de temps après l’agrandissement du site hôtelier avec l'inauguration du palais de Lost City, le complexe accueille le concours Miss Monde 1992 et investit dans le tourisme familial (développant les attractions familiales telles que les tours en montgolfières, les plages artificielles de sable blanc, les fausses cascades, les piscines à vagues, les toboggans aquatiques, les promenades à dos d'éléphants, etc.) délaissant, sans l'abandonner totalement, sa réputation de Las Vegas sud-africain.

Sun City de nos jours[modifier | modifier le code]

Outre deux terrains de golf, le site comporte actuellement quatre hôtels :

  • Sun City Hotel ;
  • Cascades Hotel ;
  • The Cabanas ;
  • The Palace of the Lost City.

Le palais de la cité perdue (Palace of the Lost City) est un hôtel cinq étoile grand luxe, au style diversifié destiné au tourisme familial. Il est censé représenter une résidence royale d'une civilisation détruite par un tremblement de terre inspiré des romans Le livre de la jungle et Les mines du roi Salomon. On y trouve notamment plusieurs grandes piscines, mais aussi un pont suspendu, un lagon artificiel, des toboggans aquatiques et une machine à vagues, une ferme de crocodiles, etc.

Des safaris sont organisés depuis Lost City vers le parc national Pilanesberg, où le complexe hôtelier est situé.

De nombreuses manifestations artistiques et sportives y sont organisées.

Le site a accueilli la dix-huitième édition des championnats du monde de karaté en 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Sun City, le palais de la cité disparue, Frédéric Taddei, Le Figaro Magazine, 2 février 2012
  2. a, b et c WHY BOPHUTHATSWANA NEEDS AMERICAN STARS, New York Times, 29 octobre 1982
  3. a, b et c Entertainement boycott, Spokane Chronicle, 26 octobre 1983
  4. Elton John South Africa tour jogs memories of Sun City gigs, The Nation, 11 janvier 2008
  5. In the Army now, tour 1987
  6. The sins of St Freddie, The Guardian, 14 janvier 2005

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]