Sultanat de Pontianak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pontianak et Kabupaten de Pontianak.
Le drapeau du sultanat de Pontianak
Réception chez le sultan de Pontianak vers 1930

Le sultanat de Pontianak est un état princier d'Indonésie situé dans la province de Kalimantan occidental dans l'île de Bornéo. Le palais des sultans, appelé « palais Kadariah » du nom du fondateur du sultanat, Abdurrahman al Kadrie, se trouve dans la ville de Pontianak, la capitale de la province.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1771 un aventurier arabe originaire du Hadramaout, Abdurrahman al Kadrie, qui se disait descendant du prophète de l'islam Mahomet[1], attiré par des rumeurs sur l'existence de mines de diamant dans l'ouest de Bornéo, fonde Pontianak sur l'emplacement d'un ancien comptoir maritime. Afin de légitimer sa position, il épouse d'abord une fille du prince de Mempawah puis une fille du sultan de Banjar.

Peu de temps après la fondation du sultanat, en 1775, des Chinois fondent une kongsi (association économique) pour exploiter l'or dans l'intérieur.

Al Kadrie s'allie à la VOC (Compagnie hollandaise des Indes orientales). Celle-ci le reconnaît comme sultan de Pontianak en 1779.

Au début du XIXe siècle, l'ouest de Bornéo est marqué par la rivalité entre Anglais et Hollandais. Les Hollandais signent des traités avec les différents États de la côte, dont le sultanat de Pontianak. Cet intérêt hollandais pour la région se heurte à la résistance des kongsi chinoises qui contrôlent les mines d'or de l'intérieur.

L'expansion de Pontianak, avec l'appui des Hollandais, est marquée par la prise de Sambas, dans le nord aux Bugis, et la destruction du royaume de Sukadana dans le sud. Pontianak est en concurrence avec l'État pirate de Sambas pour le contrôle des habitants de l'amont des fleuves et des entreprises chinoises (kongsi) qui exploitent les mines d'or et de diamants. Puis les Hollandais se retirent de Pontianak.

Le sultan Hamid II de Pontianak (à droite) conversant avec le prince balinais Ida Anak Agung Gde Agung (1949)

En 1953, le sultan Hamid II est condamné à 10 ans de prison pour avoir pris le parti des Hollandais lors de la période dite de la « Révolution », c'est-à-dire la lutte pour la défense de la jeune République d'Indonésie (1945-49). Après sa mort en 1978, le trône reste vacant. Son palais Qadriah, au bord du fleuve Kapuas, est transformé en musée.

En janvier 2004, un neveu de Hamid est intronisé comme nouveau sultan[2].

Liste des sultans de Pontianak[modifier | modifier le code]

No Nom Règne
1 Abdurrahman al Kadrie 1771-1808
2 Kasim 1808-1819
3 Osman 1819-1855
4 Hamid 1855-1872
5 Yusuf 1872-1895
6 Muhammad 1895-1944
7 Thaha 1944-1945
8 Hamid II 1945-1950
9 Abubakar[3] -

Notes et références[modifier | modifier le code]