Sulfure de diméthyle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sulfure de diméthyle
Sulfure de diméthyle
Identification
Nom IUPAC sulfure de diméthyle
Synonymes

DMS
Diméthylsulfure
Diméthyl thioéther
Méthylthiométhane
Sulfure diméthylique

No CAS 75-18-3
No EINECS 200-846-2
FEMA 2746
SMILES
InChI
Apparence liquide incolore, d'odeur caractéristique[1].
Propriétés chimiques
Formule brute C2H6S  [Isomères]
Masse molaire[3] 62,134 ± 0,007 g/mol
C 38,66 %, H 9,73 %, S 51,61 %,
Moment dipolaire 1,45 D [2]
Diamètre moléculaire 0,481 nm [2]
Propriétés physiques
fusion -98 °C[1]
ébullition 37,3 °C[1]
Solubilité dans l'eau : nulle[1]
Paramètre de solubilité δ 18,5 J1/2·cm-3/2 (25 °C)[2]
Masse volumique 0,85 g·cm-3[1]
d'auto-inflammation 205 °C[1]
Point d’éclair -49 °C[1]
Limites d’explosivité dans l’air 2,219,7 %vol[1]
Pression de vapeur saturante à 20 °C : 53,2 kPa[1]
Point critique 55,3 bar, 229,85 °C [5]
Thermochimie
Cp
Propriétés électroniques
1re énergie d'ionisation 8,69 ± 0,02 eV (gaz)[7]
Constante diélectrique 6,70[7]
Propriétés optiques
Indice de réfraction \textit{n}_{D}^{25} 1,432 [2]
Précautions
Transport[8]
33
   1164   
NFPA 704

Symbole NFPA 704

SIMDUT[9]
B2 : Liquide inflammableD2B : Matière toxique ayant d'autres effets toxiques
B2, D2B,
Écotoxicologie
LogP 0,84[1]
Seuil de l’odorat bas : 0,0098 ppm
haut : 0,02 ppm[10]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le sulfure de diméthyle ou diméthylsulfure (DMS) est un composé organosulfuré de formule moléculaire (CH3)2S. C'est un liquide volatil, inflammable, insoluble dans l'eau et dont la caractéristique principale est une odeur très désagréable à haute concentration. Il apparaît notamment lors de la cuisson de certains végétaux comme le maïs, le chou ou la betterave. Il est également le signe d'une infection bactérienne dans le brassage. C'est un produit de la décomposition du diméthylsulfoniopropionate (DMSP). Il est également produit lors du métabolisme bactérien du méthanethiol.

Sources naturelles et lien avec le climat[modifier | modifier le code]

Le DMS est le plus abondant des composés biologiques contenant du soufre émis dans l'atmosphère[11]. Les émissions océaniques sont causées par le phytoplancton. Le DMS est également produit naturellement par la transformation bactérienne, dans les réseaux d'égouts, de déchets contenant du diméthylsulfoxyde (DMSO). Ce phénomène peut conduire à des problèmes environnementaux malodorants[12]. Le DMS est oxydé dans l'atmosphère marine en une grande variété de composés sulfurés comme le dioxyde de soufre, le diméthylsulfoxyde (DMSO), l'acide sulfonique et l'acide sulfurique[13]. Parmi ces composés, l'acide sulfurique a la capacité de former de nouveaux aérosols qui se comportent comme des noyaux de condensation de nuages. Par cette influence sur la formation des nuages, la présence massive de DMS dans l'atmosphère océanique pourrait avoir un impact significatif sur le climat terrestre[14].

Odeur[modifier | modifier le code]

Le DMS a une odeur de chou très caractéristique qui peut être très incommodante à haute concentration. Son seuil de perception olfactive est très bas: il varie entre 0,02 et 0,1 ppm selon les individus. Toutefois, il est disponible en tant qu'additif alimentaire servant, en très faible quantité, à donner du goût (arôme alimentaire). La betterave[15], le chou, le maïs, les asperges[16] et les fruits de mer dégagent du DMS lors de leur cuisson. Le phytoplancton produit lui aussi du DMS. Andrew Johnston (University of East Anglia) a caractérisé l'odeur du DMS comme "l'odeur de la mer"[17]. Il serait plus précis de dire que le DMS est un composant de l'odeur de la mer, un autre étant les phéromones (Dictyopterene (en)) de certaines algues. Le DMS est également un composé émis par le procédé kraft de transformation du bois en pâte à papier et par l'oxydation de Swern.

Applications industrielles[modifier | modifier le code]

Il est utilisé en raffinage et en pétrochimie pour contrôler la formation de coke et de monoxyde de carbone. Il est employé dans plusieurs synthèses organiques et est un sous-produit de l'oxydation de Swern. Il est également utilisé dans des arômes alimentaires, pour donner du goût. Il peut aussi être oxydé en diméthylsulfoxyde (DMSO), utilisé notamment pour ses qualités de solvant. Le plus gros producteur de DMS est l'entreprise Gaylord Chemical Corporation, un maillon important de l'industrie papetière à Bogalusa en Louisiane.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Le DMS est volatil, inflammable, irritant et a une odeur déplaisante même à faible concentration.

Cycle du soufre[modifier | modifier le code]

Robert Charlson, James Lovelock, Meinrat Andreae et Stephen Warren font de cette molécule un élément important du cycle du soufre et de la régulation du climat dans l'hypothèse CLAW.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr) thèse de Merzouk, Anissa, janvier 2007 « Contrôle des variations à court terme de la production biologique de diméthylsulfure (DMS) en milieu marin »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j SULFURE DE DIMETHYLE, fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  2. a, b, c et d (en) Yitzhak Marcus, The Properties of Solvents, vol. 4, England, John Wiley & Sons Ltd,‎ 1999, 239 p. (ISBN 0-471-98369-1)
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. a, b et c (en) Robert H. Perry et Donald W. Green, Perry's Chemical Engineers' Handbook, USA, McGraw-Hill,‎ 1997, 7e éd., 2400 p. (ISBN 0-07-049841-5), p. 2-50
  5. « Properties of Various Gases », sur flexwareinc.com (consulté le 12 avril 2010)
  6. (en) Carl L. Yaws, Handbook of Thermodynamic Diagrams, vol. 1, Huston, Texas, Gulf Pub. Co.,‎ 1996 (ISBN 0-88415-857-8)
  7. a et b (en) David R. Lide, Handbook of chemistry and physics, CRC,‎ 2008, 89e éd., 2736 p. (ISBN 9781420066791), p. 10-205
  8. Entrée du numéro CAS « 75-18-3 » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 27 novembre 2008 (JavaScript nécessaire)
  9. « Sulfure de diméthyle » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 23 avril 2009
  10. « Dimethyl sulfide », sur hazmap.nlm.nih.gov (consulté le 14 novembre 2009)
  11. (en) Simpson, David; Winiwarter, Wilfried; Börjesson, Gunnar; Cinderby, Steve; Ferreiro, Antonio; Guenther, Alex; Hewitt, C. Nicholas; Janson, Robert; Khalil, M. Aslam K.; Owen, Susan; Pierce, Tom E.; Puxbaum, Hans; Shearer, Martha; Skiba, Ute; Steinbrecher, Rainer; Tarrasón, Leonor; Öquist, Mats G., « Inventorying emissions from nature in Europe », Journal of Geophysical Research, vol. 104, no D7,‎ 1999, p. 8113–8152 (DOI 10.1029/98JD02747)
  12. (en) Glindemann, D., Novak, J., Witherspoon, J., « Dimethyl Sulfoxide (DMSO) Waste Residues and Municipal Waste Water Odor by Dimethyl Sulfide (DMS): the North-East WPCP Plant of Philadelphia. », Environmental Science and Technology, vol. 40, no 1,‎ 2006, p. 202–207 (DOI S0013-936X(05)01312-X 10.1021/es051312a S0013-936X(05)01312-X)
  13. (en) Lucas, DD; Prinn, RG, « Parametric sensitivity and uncertainty analysis of dimethylsulfide oxidation in the clear-sky remote marine boundary layer. », Atmospheric Chemistry and Physics, vol. 5,‎ 2005, p. 1505–1525
  14. (en) Malin, G; Turner, SM; Liss, PS, « Sulfur: The plankton/climate connection. », Journal of Phycology, vol. 28, no 5,‎ 1992, p. 590–597
  15. Blackwell Synergy - J Food Science, Volume 42 Issue 6 Page 1592-1593, November 1977 (Article Abstract)
  16. « http://www.springerlink.com.libproxy.tkk.fi/content/djbrepd4mjpjqgwn/ » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-08
  17. University of East Anglia press release, Cloning the smell of the seaside, February 2, 2007