Sulfate de cuivre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sulfate de cuivre(II))
Aller à : navigation, rechercher
Sulfate de cuivre
cristal de sulfate de cuivre hydraté
cristal de sulfate de cuivre hydraté
Identification
Nom IUPAC Sulfate de cuivre(II)
Synonymes

Couperose
Sulfate cuprique

No CAS anhydre 7758-98-7 pentahydrate 7758-99-8
No EINECS 231-847-6
No E E519
Apparence cristaux blancs hygroscopiques. (anhydre)[1],
solide bleu de forme variable. (pentahydrate)[2]
Propriétés chimiques
Formule brute CuO4SCuSO4
CuSO4,5H2O (hydraté)
Masse molaire[3] 159,609 ± 0,009 g/mol
Cu 39,81 %, O 40,1 %, S 20,09 %,
249,6 g/mol (pentahydrate)
Propriétés physiques
fusion (décomposition) : 110 °C (pentahydrate)[2]
ébullition Se décompose au-dessous du point d'ébullition à 650 °C (anhydre)[1]
Solubilité dans l'eau à °C : 317 g·l-1 ; (pentahydrate)[2]
dans l'eau à 100 °C : 2 033 g·l-1[réf. nécessaire]
Masse volumique 3,6 g·cm-3 (anhydre)[1],
2,3 g·cm-3 (pentahydrate)[2]
Thermochimie
S0solide 109,05 J·K-1·mol-1
ΔfH0solide -769,98 kJ/mol
Cp 67 cal/K/mol
Propriétés optiques
Spectre d’absorption λmax = 800 nm
Précautions
Directive 67/548/EEC
Nocif
Xn
Dangereux pour l’environnement
N



Transport
90
   3077   
SIMDUT[5]
D2B : Matière toxique ayant d'autres effets toxiques
D2B,
SGH[6]
SGH07 : Toxique, irritant, sensibilisant, narcotiqueSGH09 : Danger pour le milieu aquatique
Attention
H302, H315, H319, H410,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le sulfate de cuivre(II), couramment désigné sous le simple nom de sulfate de cuivre , est le sel formé par le cation cuivre(II) (Cu2+) et l'anion sulfate (SO42- ). Il a donc pour formule : CuSO4. Il est commercialisé soit anhydre, avec cette formule, soit pentahydraté et a alors la formule CuSO4,5H2O, comme sur la figure ci-contre. Il existe également sous forme mono- ou trihydratée.

Fabrication[modifier | modifier le code]

Le sulfate de cuivre est obtenu industriellement comme sous-produit du décapage chimique du cuivre par l'acide sulfurique. Cet acide n'attaquant pas le cuivre métallique, seule sa forme oxydée présente en surface sous forme d'oxydes, de carbonates (vert de gris) et autres, passe en solution. Dans ces conditions, seul le degré d'oxydation II (forme cuivrique) est stable.

La solution bleue de décapage est ensuite cristallisée dans des bacs (en cuivre) dans lesquels plongent des barres (en cuivre également). Les cristaux de sulfate de cuivre hydraté - d'un beau bleu profond - se forment en quelques heures à la surface du récipient et des barres. La couche de cristaux peut atteindre plusieurs centimètres d'épaisseur (5 à 15 ou plus). Ces cristaux sont récupérés et broyés. Lorsqu'ils sont broyés assez fin (1 à 3 mm de diamètre environ), leur couleur passe au bleu pâle terne, indiquant que la surface des cristaux ne possède plus la qualité optique initiale. Ils sont vendus sous cette forme sous l'appellation « sulfate de cuivre neige ».

Utilisation[modifier | modifier le code]

Une des principales utilisations actuelle du sulfate de cuivre est la préparation (industrielle ou non) de fongicides pour l'agriculture y compris biologique. La forme la plus courante est la bouillie bordelaise constituée de sulfate de cuivre neutralisé par la chaux. Celle-ci permet en effet de neutraliser l'acidité crée par la mise en solution du sulfate de cuivre. Les végétaux traités par une préparation à base de sulfate de cuivre présentent des traînées bleu-pâle constituées de sels mixtes d'hydroxyde et de sulfate de cuivre.

Le sulfate de cuivre a été préconisé dès le début du XIXe siècle en traitement des semences, puis utilisé vers le milieu du siècle, sous une forme proche de la bouillie bordelaise, pour décourager les voleurs de raisin, puis comme fongicide anti-mildiou, sur vigne, à partir de 1880.

Le sulfate de cuivre était jadis appelé « vitriol bleu». Il a été longtemps utilisé comme désherbant chimique (en particulier des pommes de terre). Certains propriétaires de piscines familiales l'utilisent comme algicide, ce qui est à proscrire si l'on dépasse le dosage de 2g/m3 [réf. nécessaire]. En effet, le sulfate de cuivre ne se dégrade pas dans l'eau et cause à ce titre des allergies, il verdit les cheveux décolorés à l'eau oxygénée, provoque des coliques… En outre, il pénètre au cœur de la matière plastique des revêtements d'étanchéité des bassins (liner et membrane armée) et les tache de manière indélébile.[réf. nécessaire]

Le sulfate de cuivre est aussi employé comme apport d'oligo-élément (cuivre), aussi bien en cas de carence en cuivre des végétaux, que des animaux (maladie du tour de l'œil blanc des bovins par exemple). Dans les élevages de porcs, il est régulièrement employé en complément minéral dans la nourriture, pour favoriser la prise de poids. C'est un additif alimentaire autorisé dans les aliments comme fixateur de la couleur et conservateur alimentaire[7] (numéro E519).

Le sulfate de cuivre anhydre CuSO4 est blanc (grisâtre) et bleuit au contact de l'eau ou de la vapeur d'eau en formant le sulfate de cuivre pentahydraté CuSO4,5H2O. Cette propriété en fait un test de la présence d'eau dans un liquide.

Dangers, pollution[modifier | modifier le code]

Le sulfate de cuivre est un produit toxique

  • nocif en cas d'ingestion.
  • irritant pour les yeux et pour la peau.
  • très toxique pour les organismes aquatiques (marins tout particulièrement).
  • le cuivre qui le compose n'est pas biodégradable et peut s'accumuler dans les sols, notamment en pied de pente. L'érosion hydrique ou éolienne des sols peut alors devenir une source significative de transfert de pollution[8].

Utilisé de manière chronique (annuellement), il peut entraîner des effets néfastes à moyen et long terme pour l'environnement aquatique[9].

Ce produit est donc à manipuler avec attention, en utilisant gants, masque et lunettes de protection à chaque utilisation.

Hydratation[modifier | modifier le code]

Le sulfate de cuivre anhydre (initialement blanc gris) prend une coloration bleu ciel au contact de l'eau.

Cupric Sulfate.gif

Illustrations[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c SULFATE DE CUIVRE, ANHYDRE, fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  2. a, b, c et d SULFATE DE CUIVRE (II) PENTAHYDRATE, fiche de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée le 9 mai 2009
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. « sulfate de cuivre » sur ESIS, consulté le 25 février 2009
  5. « Sulfate de cuivre (II) pentahydraté » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  6. Numéro index 029-004-00-0 dans le tableau 3.1 de l'annexe VI du règlement CE N° 1272/2008 (16 décembre 2008)
  7. (en) Noms de catégorie et système international de numérotation des additifs alimentaires - Codex Alimentarius
  8. Quantification des flux de pesticides associés à l’érosion hydrique en contexte viticole (Cours en ligne, Université de Strasbourg, PDF, 2 pages
  9. PROLABO - CUIVRE KEEP.COMMON KEEP.COMMON SULFATE A 5 H2O PURIFIE