Sulfamate d'ammonium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sulfamate d'ammonium [1]
Formule semi-développée
Formule semi-développée
Identification
Nom IUPAC Sulfamate d'ammonium
No CAS 7773-06-0
No EINECS 231-871-7
No RTECS WO6125000
PubChem 24482
SMILES
InChI
Apparence poudre ou cristaux incolores
Propriétés chimiques
Formule brute H6N2O3S
Masse molaire[2] 114,124 ± 0,007 g/mol
H 5,3 %, N 24,55 %, O 42,06 %, S 28,1 %,
pKa 6
Propriétés physiques
fusion 125 °C[3]
ébullition 160 °C (décomposition)[3]
Solubilité 1 950 g·l-1 à 20 °C[3]
Masse volumique 1,725 g·ml-1 à 20 °C
d'auto-inflammation non-inflammable
Précautions
Directive 67/548/EEC
Nocif
Xn



NFPA 704

Symbole NFPA 704

 
Inhalation Irritation des muqueuses
respiratoires.
Peau Irritation
Yeux Irritation
des muqueuses oculaires
Ingestion irritation
du système digestif.
Écotoxicologie
DL50 2 000 mg·kg-1, (rat, oral)[4]
3 100 mg·kg-1 (souris, oral)[5]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le sulfamate d'ammonium ou ammonium amidosulphate (2006/797/CE) (à ne pas confondre avec le sulfate d'ammonium dont les propriétés sont très différentes) est une molécule biocide (pesticide ; désherbant à large spectre), également utilisée en chimie organique.

C'est un « sel » résultant de l'attaque d'ammoniac par de l'acide sulfamique.

Description[modifier | modifier le code]

À température ambiante, il est incolore et inodore, et très soluble dans l’eau.

Le sulfamate d'ammonium a l'aspect de cristaux (cristaux solides mais déliquescents) ou d'une poudre quand il est sec et broyé.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • pour les anglophones :
- Ammonium sulfamate
- Sulfamic acid monoammonium salt

Utilisations[modifier | modifier le code]

Ce produit a été utilisé ou l'est encore (dans d'autres pays que l'UE en tant que pesticide) comme :

En tant qu'intrant chimique, il n'a jamais été autorisé en agriculture biologique, et ne l'est plus pour les autres usages pesticides en Europe, mais il y a quelques années, le Henry Doubleday organisation [11] groupe spécialisé dans le jardinage bio a publié un article sur le sulfamate d’ammonium relatant divers succès dans la lutte contre des plantes invasives, proposant ce produit comme alternative quand les autres solutions n'ont pas suffi.
Ce désherbant peut notamment efficacement tuer  :

Il avait la réputation d'être plus efficace que le glyphosate, mais des tests ont montré que ce n'était pas toujours le cas (pour tuer des souches de noisetiers par exemple, il est moins efficace que le glyphosate, et pour le frêne moins efficace que le triclopyr et le glyphosate) [12].

Il a également été utilisé illégalement comme antimousse ou contre les algues et lichens sur murs de pierre, dallage, toitures, mais étant très soluble dans l'eau, il est alors susceptible de polluer l'environnement proche.

Commercialisation[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui interdit comme biocide en Europe, il était commercialisé (principalement comme herbicide) sous les noms de

  • amicide,
  • Amidosulfate,
  • Ammate,
  • Amcide,
  • Ammate X-NI,
  • AMS,
  • Fyran 206K,
  • Ikurin,
  • sulfamate,
  • AMS and Root-Out.
  • Attilex

Retrait d'autorisation[modifier | modifier le code]

Ce produit n’étant pas réputé toxique pour l'environnement, il n’a pas fait l’objet de beaucoup d’études de toxicité.
Fautes d’études approfondies au moment du renouvellement d'autorisation, peu d’informations semblaient disponibles sur d’éventuels effets environnementaux directs ou indirects, immédiat ou différés sur la faune, flore et fonge sauvage et sur les écosystèmes.
Dans l'Union européenne l'agrément du sulfamate d'ammonium a été retiré, non pas en raison de sa toxicité, mais parce que son dossier d’agrément ne contenait pas, selon le rapporteur du dossier, assez de détails sur la toxicité de ce produit (avec ou sans additifs) pour l'animal (en particulier, absence d'expérimentation de toxicité sur le chiens ; le titulaire n'ayant pas estimé ces essais justifiés).

En France, les sociétés détentrices se sont vu notifier les décisions de retrait d'autorisation de mise sur le marché et les délais d'écoulement autorisé des stocks et d'utilisation autorisée par les particuliers, forestiers, etc.
Les spécialités concernées, détenues par les distributeurs après la date limite de commercialisation et par les utilisateurs après la date limite d'utilisation, sont alors des déchets aux yeux de la loi. Le détenteur de ces déchets est responsable de leur élimination et est tenu de procéder à leur élimination conformément à l'article L. 541-2 du code de l'environnement [13].

Toxicologie[modifier | modifier le code]

Comme de nombreux pesticides, c’est un produit dangereux pour l’homme à des doses relativement faibles (1 500 mg·m-3 1 est considéré comme la dose de Danger immédiat pour la vie et la santé (DIVS) au Canada [14],[15]:

Risques, dangers, précautions d'usage[modifier | modifier le code]

Comme pesticide :
Aux doses respectant la réglementation et utilisé conformément aux prescriptions des fabricants, il est réputé comme faiblement polluant sur l'environnement (en termes de rémanence et impact à moyen et long terme) en raison de sa dégradation en sous-produits ou résidus environnementalement peu dangereux.

Il est classiquement utilisé en pulvérisation foliaire à raison de 1 kg de produit dissous dans 5 litres d'eau (pour traiter plus de 10 mètres carrés). L'ajout de quelques gouttes de liquide vaisselle comme agent mouillant augmente son efficacité sur les plantes à feuilles cireuses.

Aux doses habituelles, il n'est pas réputé nécessaire d'éloigner les enfants et animaux des zones traitées. Une fois appliqué, ce produit est lentement (en 3 à 4 mois en climat tempéré) dégradé dans le sol en sulfate d'ammonium assimilable dans danger par les plantes. Il ne faut pas semer de plantes avant que ce processus de dégradation soit terminé.

Pour traiter des plantes réputées invasives et résistantes aux désherbants :

  • Selon le département "recherche forestière» du gouvernement britannique l'application d'une solution à 40 % sur les souches fraîchement coupées (ou en pulvérisation foliaire) suffit à tuer le Rhododendron ponticum.

[modifier] renouée japonaise

  • le sulfamate d'ammonium est efficace contre la Renouée du Japon (résistante à d'autres désherbants totaux tels que le glyphosate) Il est autorisé en Europe, mais soumis à un contrôle légal dans certains pays (dont au Royaume-Uni).

Il est appliqué sur la base des « cannes » préalablement rabattues (coupées) à 30 cm du sol, avec une solution à 400 grammes par litre, injectée à la base des tiges. Une autre solution consiste à placer un amas de cristaux de sulfamate d'ammonium juste au-dessus de la base de tiges fraîchement coupées (avec plus de risque d'intoxiquer des animaux).

L'armillaire est un champignon parasite peu apprécié des arboriculteurs. L'association anglaise Henry Doubleday (maintenant « Organic England ») de même que la Royal Horticultural Society (RHS) estiment que le sulfamate d'ammonium peut être utilisé « en dernier recours » pour tuer une souche porteuse de ce champignon et pour hâter sa désintégration (après avoir brûlé les copeaux et restes de bois ou après les avoir éliminés loin des arbres à cultiver, sans utiliser les copeaux comme mulch ou paillage)[16].

Dans les locaux ou en présence de fortes teneurs :
En raison de sa toxicité, si la concentration dans l’air du milieu de travail dépasse la « VEMP » (10 mg·m-3 d'air), il est recommandé de protéger les voies respiratoires, les yeux et la peau par les moyens suivants par un appareil de protection respiratoire (à approvisionnement d'air ou autonome), dont le type est à adapter aux circonstances et à la dose de produit présent dans l’air ou supposé présent). En dessous de 50 mg·m-3, et pour une intervention ponctuelle, un appareil de protection respiratoire à particules suffit[14], au-delà des masques plus performants sont recommandés (de 250 mg·m-3 à 500 mg·m-3, un masque à pièce faciale étanche et ajustée, fonctionnant à débit continu avec filtre à haute efficacité contre les particules (HEPA)est recommandé (filtre N100 sans présence d'huile, P100 ou R100 en présence d'huile). De 500 à 1 500 mg·m-3, un appareil de protection respiratoire à approvisionnement d'air fonctionnant à surpression (pression positive) est recommandée, de même qu'une combinaison protégeant intégralement la peau et les yeux (en cas de risque d'éclaboussures), à adapter à l’appareil de protection respiratoire utilisé s’il n’en comprend pas).

Ce n’est pas un produit inflammable, mais en cas d’incendie d’un local contenant ce produit, on recommande au Canada le port d’un appareil respiratoire autonome muni d'un masque facial complet et des vêtements protecteurs appropriés. Refroidir avec de l'eau les contenants exposés [14].

Réactivité et stabilité[modifier | modifier le code]

Il est hygroscopique et instable en présence  ;

  • d’humidité, il absorbe l'humidité de l'air [14]
  • de forte chaleur (à 160 degrés Celsius il se décompose en ammoniac et oxydes de soufre)[14].
  • agents oxydants forts en solution aqueuse (il s'hydrolyse alors en sulfate d'ammonium[14].
  • en solution aqueuse ou au contact d'alcalis, il se décompose et libère de l'ammoniac[14].

Ce produit doit donc être conservé en récipients hermétiques dans un lieu frais, sec, ventilé, à l'abri des matières oxydantes et acides ou alcalis. Ne pas manger ni boire lors de son utilisation.

Toxicologie, écotoxicologie[modifier | modifier le code]

Le produit pénètre les voies respiratoires et digestives. Il est source d'irritation de la peau, des yeux et des voies respiratoires. Sa DL50 (Dose létale 50) est

  • 3 900 mg·kg-1 chez le rat (par voie orale)
  • 5 760 mg·kg-1 chez la souris (Orale)

Normes, seuils ou valeurs d'exposition admissibles (pour l’air)[modifier | modifier le code]

Valeur d'exposition moyenne pondérée (VEMP) : 10 mg·m-3 d’air

Étiquetage[modifier | modifier le code]

Quand il était autorisé ou pour ses usages autorisés, pour toute concentration égale ou supérieure à 1,0 % dans un produit, la dénomination chimique et le taux de cet ingrédient devaient être écrits sur la fiche signalétique du produit[17]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Forsberg, K. et Keith, L.H., Instant Gloves + CPC Database. Version 2.0. Blacksburg, VA : Instant Reference Sources Inc. (1999). (Base de données) http://www.instantref.com/inst-ref.htm
  • American Conference of Governmental Industrial Hygienists, Documentation of the TLVs and BEIs with other worldwide occupational exposure values, CD-ROM 2005. Cincinnati, OH : ACGIH. (2005). Publication 0105DiskCD. [CD-120001] (CD-ROM) http://www.acgih.org
  • Règlement sur la santé et la sécurité du travail [S-2.1, r.19.01]. Québec : Éditeur officiel du Québec. (2007). [RJ-510071] http://www.csst.qc.ca/portail/fr/lois_politiques/index_loi.htm

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.sigmaaldrich.com/catalog/search/ProductDetail/FLUKA/09958 Chemical properties from Sigma-Adrich
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. a, b et c Entrée du numéro CAS « 7773-06-0 » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 10/11/09 (JavaScript nécessaire)
  4. AMA Archives of Industrial Health. Vol. 14, Pg. 178, 1956.
  5. Gigiena Truda i Professional'nye Zabolevaniya. Labor Hygiene and Occupational Diseases. Vol. 7(5), Pg. 56, 1963.
  6. Décision de la Commission N°2006/797/CE du 22 novembre 2006 et en France ; JORF du 21 février 2007 (retrait d'AMM (Autorisation de mise sur le marché) à partir du 15 mai 2007, et interdiction d'usage en France à partir du 30 juin 2008 ; la molécule active sulfamate d'ammonium ne figurant plus sur l'annexe I (produits autorisés dans le cadre de la Directive 91/414/CE)
  7. Fiche Avertissements agricoles (SRPV, région Centre) « Pour de bonnes pratiques agricoles - Grandes cultures n° 3 - 07/03/2007 (3 pages)»
  8. British Trust for Conservation Volunteers
  9. National Trust website
  10. Gilleo, K. B., Nylon Flammability-Effects of Thiourea, Ammonium Sulfamate, and Halogen Compounds. Product R&D 1974, 13 (2), 139-143
  11. Garden Organic nouvelle dénomination de l'association britannique Henry Doubleday Research Association (HDRA)
  12. Demolis, C., Gama, A. ; Dévitalisation chimique de souches de noisetier et de frêne (1990), résumé ou Article complet
  13. Légifrance : JORF n°44 du 21 février 2007 page 3107 ; Texte n° 135 ; « Avis aux fabricants, distributeurs et utilisateurs de produits phytopharmaceutiques contenant les substances sulfamate d'ammonium, hexaconazole, 8-hydroxyquinoléine et tétrathiocarbonate de sodium »
  14. a, b, c, d, e, f et g http://www.reptox.csst.qc.ca/Produit.asp?no_produit=299&nom=Sulfamate+d%27ammonium Fiche toxicologique canadienne (Consultée 2009 11 09)
  15. Cairelli, S.G., Ludwig, H.R. et Whalen, J.J., Documentation for immediately dangerous to life or health concentrations (IDLHS). Springfield (VA) : NTIS. (1994). PB-94-195047. [RM-515102] Site CDC
  16. Site Web de Dax Products, producteur d'un destructeur de racines (Root Out)
  17. Numéro CAS : 7773-06-0 (Classification selon le SIMDUT)