Sud-picène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le sud-picène , ou picène du sud, est une langue italique parlée dans la partie sud de la Picénie (en), une région de l'Italie antique s'étendant d'Ancône au nord (quoiqu'il n'est pas exclu que les Picènes ait occupé la zone plus au nord d'Ancône) jusqu'à Ascoli Piceno environ, dans la région moderne des Marches.

Inscriptions et langue[modifier | modifier le code]

La langue sud-picène est connue par plusieurs inscriptions, nous en donnerons ici deux. Son déchiffrement, délicat, est cependant sans commune mesure avec celui de sa voisine septentrionale.

Inscription de Castignano[modifier | modifier le code]

matereíf . patereíf . fu ::|ítúd . fapíríf . arít(i)f . ím(i)f . puíf

púpúnum . estu . k . apaiús .|adstaíúf . súaís . manus .|meitimúm

Cette inscription est importante en ce que les deux premiers mots, dans lesquels on reconnaît aisément mater et pater, suivis d'une déclinaison de datif pluriel avec -f < -*fs < -*b's < -*bh(y)os, indiquent clairement l'origine indo-européenne de l'idiome. La traduction du reste de la première ligne reste incertaine, malgré les rapprochements que certains peuvent faire avec des formes équivalentes latines.

La deuxième ligne est aussi énigmatique. Púpúnum représente un cas oblique de Púpúnis, attesté par ailleurs sur une autre inscription, probablement un génitif pluriel (?). Estu . k est probablement un démonstratif à comparer avec le latin istuc où la particule déictique k est séparée du reste de l'adjectif ; selon première inscription la nasale pénultième a été omise, il convient donc de lire estunc. apaiús pourrait être un gentilice quelconque, adstaíúf une forme verbale, suite à quoi il est admis que súaís . manus représente effectivement une forme osque de « ses mains » à l'instrumental dual ou pluriel. meitimúm pourrait désigner l'objet lui-même, diminutif apparenté au latin meta < *me(i)ta : colonnette, petit cône. Si l'on admet un rapprochement de adstaíúf avec une éventuelle forme de perfectum d'un composé de stare au sens d'être debout, ériger, on aurait peut-être quelque chose comme : « Apaius érigea de ses mains cette colonnette des Pomponius. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]