Substantivation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La substantivation consiste à transformer en substantif un mot qui n'appartient pas originellement à cette catégorie[1], notamment un adjectif ou un verbe (principalement à l'infinitif).

Selon l'Académie française, tous les infinitifs ne peuvent pas être substantivés, contrairement au latin ou au grec. « On dit le coucher, mais non le dormir. Si certains verbes substantivés peuvent parfois avoir un complément à l’infinitif (le savoir-faire, le savoir-vivre), on évitera d’avoir recours, comme tend à le faire une mode actuelle, à la substantivation de groupes formés d’un infinitif et d’un adverbe » (ex. « le vivre ensemble »)[2].

Dans le cas de la substantivation d'un adjectif, le sens du nom commun est proche de l'adjectif dont il dérive[3]. Des cas de substantivation peuvent se produire même lorsqu'un substantif préexiste.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • beau → le beau (à comparer avec la beauté)[3]
  • drôle → un drôle de bonhomme, la drôle de guerre[4]

« Je passe le plus clair de mon temps à l'obscurcir, parce que la lumière me gêne. »

— Boris Vian, L'Écume des jours

.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Denis Apothéloz, La Construction du lexique français : principes de morphologie dérivationnelle, Ophrys, coll. « L'essentiel français »,‎ 2002, 164 p. (ISBN 2708010085)
  • Claude Buridant, La Substantivation de l'infinitif en français : étude historique,‎ 2008, 375 p. (ISBN 2745317539)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Substantivation » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. « Dire, ne pas dire » sur le site de l'Académie française, 7 mars 2013.
  3. a et b Apothéloz 2002, p. 101.
  4. Grammaire Larousse, 1964, p.204.