Substance mort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A Scanner Darkly.

Substance mort est un roman de l'écrivain américain Philip K. Dick[1], paru en 1977. Le titre original, A Scanner Darkly, est une référence à un passage de la première épître aux Corinthiens de Saint Paul : « for now we see through a glass, darkly... » (« Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière obscure... », Corinthiens 13:12, trad. Louis Segond, 1910). Ce roman a obtenu le prix British Science Fiction 1978.

A Scanner Darkly, un film adapté du roman, est sorti en 2006.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Bob Arctor est Fred, et Fred est Bob Arctor : un policier membre de la brigade des stupéfiants, infiltré dans un milieu de toxicomanes, et menant deux vies parallèles. Il vit avec deux autres hommes totalement déphasés de la réalité, Luckman et Barris. Donna, son amie, est dealeuse et consommatrice. Ils sont tous, exceptée Donna, accro à la Substance M, une drogue qui altère peu à peu leur identité, jusqu'à en faire des larves.

Pour Fred, ce sera le début de la fin quand ses supérieurs lui demanderont de surveiller Bob Arctor, ignorant sa véritable identité en raison des techniques d'enquête utilisées. Comment enquêter sur soi sans finir par devenir totalement schizophrène ?

Le « pourquoi » de Substance Mort[modifier | modifier le code]

Ce roman, Dick le dédie à ses anciens amis toxicomanes, morts ou gardant de cette époque des séquelles à vie. Il s'agit donc d'un livre très personnel, très dur, qui met en scène une Amérique peut-être pas si lointaine. Une Amérique où tout est sécurisé et contrôlé par les autorités, mais où la drogue règne en maîtresse. Parce que contrairement aux autres drogues, la substance M est bon marché… Mais ses effets sont bien plus désastreux que les autres.

Critiques[modifier | modifier le code]

  • « […] probablement le chef-d'œuvre de Philip K. Dick, certainement son livre le plus abouti, celui où s'exprime le mieux son art de distordre insidieusement le monde des apparences et de l'insérer dans le vécu. » (Philippe Curval, Le Monde, 21 juillet 1978)
  • « […] Substance Mort n'est pas un roman de S.F. : plus qu'un document sur notre époque, c'est un très grand roman. Cet ouvrage est à mon sens un des plus beaux, des plus authentiques, des plus émouvants qu'il ait écrit. Entièrement dépouillé d'artifice ou de recherche littéraire, Dick l'a littéralement écrit avec ses tripes. Une très belle œuvre. […] » (Antoine Griset, Le Magazine littéraire, n°140, septembre 1978)
  • « roman d'une infinie tendresse pour les personnages qu'il met en scène. […] On ne referme pas ce livre : on pousse une porte : elle claque derrière nous, avec un grand bruit qui résonne. » (Pierre Pelot, Fiction, n°293, revue aujourd'hui disparue)

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. couramment considéré comme auteur de science-fiction

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Consultez la liste des éditions de cette œuvre :
Substance mort (Philip K. Dick).