Suaire d'Oviedo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le reliquaire contenant le suaire d'Oviedo.
La croix des Anges et le suaire dans son reliquaire en cristal.

Le suaire d'Oviedo est une toile de lin d'environ 85 × 52 centimètres conservée dans la Cámara Santa de la cathédrale d'Oviedo en Espagne, conservée dans une châsse de chêne recouverte d'argent. Appelé aussi le Pañolón d'Oviedo, il est stocké dans cet endroit de façon historiquement prouvée depuis 1113.

Description du linge[modifier | modifier le code]

Le suaire (en grec soudarion) d'Oviedo est une toile de lin de 83 sur 53 centimètres. Il a été filé à la main selon la torsion dite "en Z" avec une trame orthogonale. Les fils du suaire seraient de même composition et de même grosseur que ceux du Linceul de Turin.

Selon la tradition, ce tissu aurait été appliqué sur le visage de Jésus après sa crucifixion. Des études comparatives avec l'image présente sur le suaire de Turin auraient été effectuées.

Des taches irrégulières et relativement symétriques sont visibles et du sang humain, de groupe AB, aurait été découvert sur le linge[1].

Une datation par le carbone 14, non officielle, effectuée par deux laboratoires, aurait estimé que le tissu datait du VIIe siècle environ.

Le suaire est exposé trois fois dans l'année : le vendredi saint, le 14 septembre pour la Fête de la Sainte Croix, et une semaine plus tard, pour l'octave, le 21 septembre.

Historique[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, le Suaire d'Oviedo aurait d'abord été conservé à Jérusalem. Il aurait quitté cette ville au début du septième siècle au moment où les Perses envahissent la Palestine. Le Suaire serait arrivé en Espagne après un périple par l'Afrique du Nord et aurait atteint Oviedo en devançant l'avancée des musulmans. Aujourd'hui le Suaire est conservé à la sacristie de la cathédrale d'Oviedo. Il n'est exposé à la dévotion des fidèles que le Vendredi saint et dans l'octave de la fête de la Sainte-Croix.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Pierre Milliez, La Résurrection au risque de la science, Edilivre, Paris, 2011 (ISBN 978-2812149412).
  • (fr) Jean-Maurice Clercq, Les grandes reliques du Christ : La Sainte Tunique d'Argenteuil, le Suaire d'Oviedo, le Linceul de Turin, François-Xavier de Guibert, 2007, (ISBN 978-275540075[à vérifier : ISBN invalide])
  • (es) Alberto Villar Movellán et María Teresa Dabrio González, La Sábana Santa de Turín y el Santo Sudario de Oviedo desde la Historia, la Ciencia y el Arte, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Córdoba, Collection Arca Verde, 2011 (ISBN 978-8499270623)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]