Suède durant la Seconde Guerre mondiale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La politique de la Suède durant la Seconde Guerre mondiale fut de rester neutre. La neutralité suédoise était alors appliquée depuis plus d'un siècle déjà, depuis la fin des guerres napoléoniennes.

Au début des hostilités, le 1er septembre 1939, l'avenir de la Suède est flou. En 1939, 20 pays décident de conserver une politique de neutralité, mais seulement cinq d'entre eux seront en mesure de la maintenir tout au long de la guerre.

La Suède pendant la guerre d'Hiver[modifier | modifier le code]

Lors de l'attaque de l'Union soviétique sur la Finlande en novembre 1939, une grande partie de la population suédoise désirait un engagement dans le conflit, à la fois pour des raisons humanitaires et militaires. L'intérêt de la Suède pour la Finlande était renforcé par le fait que ce pays avait fait partie de la Suède du Moyen Âge à 1809, année où la Suède avait perdu ses provinces outre-baltiques. Malgré des sollicitations répétées de la part du gouvernement finlandais, le gouvernement suédois choisit d'éviter un engagement militaire contre l'Armée rouge dans la guerre d'Hiver.

Toutefois, la Suède fut déclarée non belligérante plutôt que neutre pendant cette guerre, acceptant l'engagement de 8 000 Suédois volontaires, et envoyant des aliments, des vêtements, des médicaments et une quantité limitée d'armes ainsi que de munitions destinées à l'aide de la Finlande attaquée. En plus, 70 000 des enfants finlandais furent accueillis par des familles suédoises. Toutefois, la Suède n'a pas autorisé le transit de troupes franco-britanniques armées sur son territoire. Bien que la Suède ne se soit pas déclarée neutre dans la guerre d'Hiver, elle était neutre dans le conflit opposant la France et l'Angleterre à l'Allemagne, qui n'avait alors pas encore rompu le Pacte germano-soviétique de non-agression ayant rendu possible l'agression soviétique sur la Finlande. À l'époque, permettre le passage de troupes alliées sur son territoire aurait été considéré comme une entorse trop grande aux lois sur la neutralité.

Lors de la guerre de Continuation, pendant laquelle la Finlande se lia avec l'Allemagne hitlérienne contre l'Union soviétique, l'aide suédoise resta beaucoup plus limitée.

La Suède pendant le reste de la guerre[modifier | modifier le code]

Soldat suédois durant la Seconde Guerre mondiale

Par contre, quand le Danemark et la Norvège furent à leur tour attaqués par l'Allemagne, en avril 1940, la Suède n'aida pas ces pays, se voyant forcée de respecter sa politique de neutralité, surtout de peur de se voir elle-même envahie par l'armée allemande.

Comment expliquer que la Suède ait fait partie des pays capables de maintenir une neutralité et ainsi d'éviter l'engagement dans le théâtre européen? On peut avancer sa position nordique dans la péninsule Scandinave et sa position neutre depuis longtemps dans les relations internationales, sa structure militaire dévouée, ainsi qu'une succession imprévisible d'évènements en sa faveur.

Mais l'action pendant la Seconde Guerre mondiale fut surtout une politique pragmatique. Le gouvernement suédois étant obligé de faire des concessions à l'Allemagne, comme d'autoriser l'utilisation des chemins de fer suédois par la Wehrmacht pour transporter l'infanterie de la Norvège à la Finlande et pour transporter des soldats entre la Norvège et l'Allemagne. Ces concessions sont dues à la crainte d'une invasion. Cependant, l'incapacité de la Suède à prendre position est partiellement liée à sa position géographique (par opposition à celle du Royaume-Uni).

La coopération de la Suède fut critiquée notamment par le journal Göteborgs Handels- och Sjöfartstidning et a aussi souvent été le sujet de débats dans la Suède de l'après-guerre, ainsi que dans les pays voisins. On ne peut cependant pas dire qu'elle ait été pire que celle de nombreux autres pays en Europe : on pourrait argumenter que la Suède, jamais envahie, était plus ou moins occupée par défaut. Il faut aussi noter que la Suède a secrètement collaboré avec les Alliés, en autorisant leurs unités de renseignement à espionner en Suède, et a finalement été très près de se joindre à l'effort de guerre des Alliés. La Suède aurait préféré aider les Alliés, puisqu'elle était opposée aux politiques nazies, mais la réalité de la situation a donné un scénario différent. Le choix de la Suède a été le sujet de nombreux débats dans ce pays, mais à l'époque, c'était considéré comme l'option la plus valable. D'autant plus qu'elle était une voie de sortie privilégiée de l'or nazi volé aux populations déportées.

Articles connexes[modifier | modifier le code]