Studentenverbindung

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Studentenverbindungen ou simplement Verbindungen (de Student et Verbindung, mots allemands signifiant respectivement "étudiant" et "lien") sont des fraternités étudiantes que l'on trouve dans le Sprachraum allemand, comparables dans une certaine mesure aux fraternités et sororités américaines. Elles s'en distinguent principalement par leur ancienneté bien plus grande et ont des sources et traditions différentes.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le terme Studentenverbindung est générique, il regroupe différents types de fraternités, mais on peut déterminer une organisation générale commune à toutes. Chaque type de Studentenverbindung peut être décrit par un ensemble de principes, et il existe deux principes communs à toutes : le Conventsprinzip ou Demokratieprinzip et le Lebensbundprinzip. Le premier principe dit que les Studentenverbindungen sont démocratiques, et que toutes les décisions sont prises au sein des Convente, réunions des membres actifs. Le Lebensbundprinzip établit le fait que l'on reste membre de la fraternité tout au long de sa vie, même après la fin des études.

Un autre trait commun des Studentenverbinungen est l'organisation de ses membres. On peut regrouper tous les membres d'une Studentenverbindung dans deux groupes distincts, les actifs (Aktivitas) qui sont les membres étudiants, et les anciens (Alte Herren) qui ont fini leurs études et sont dans la vie active.

Chaque Verbindung possède dans la ville où elle est établie une maison, qui sert de lieu de rencontre pour les membres, et qui a des appartements dans lesquels les membres actifs peuvent habiter, s'ils le souhaitent.

Une Studentenverbindung est financée par les anciens, qui payent en général une contribution mensuelle, couvrant les frais d'entretien de la maison, l'organisation des fêtes, réunions et autres rassemblements, et toutes les autres dépenses décidées par la Verbindung.

Histoire[modifier | modifier le code]

La grande majorité des Verbindungen ont été fondées au début du XIXe siècle.

Traditions[modifier | modifier le code]

Signes de reconnaissance[modifier | modifier le code]

Les membres d'une Studentenverbindung portent couramment le Couleur, qui se compose d'un ruban aux couleurs de la fraternité (Band) et d'une Mütze, une sorte de casquette, également aux couleurs de la fraternité. Le couleur se porte lorsque les membres se réunissent, lorsqu'ils se trouvent dans la maison de la fraternité, et lors de toutes les fêtes et réunions.

Des rubans, des coiffures typiques, fait de porter :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir


Chaque Verbindung a aussi un blason et un Zirkel, qui est un entrelacement monogrammartique de lettres, qui comporte en général les initiales de la fraternité et/ou les initiales de la devise de la fraternité.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Kneipe[modifier | modifier le code]

Les fraternités organisent régulièrement des Kneipenou Kommers, qui sont un rassemblement des membres actifs et anciens dans la grande salle de la maison, lors desquelles sont chantées des chansons étudiantes allemandes.

Lors d'une Kneipe, les membres sont assis selon un schéma déterminé, les trois Chargierte, c.à.d. les trois responsables élus pour la durée du semestre, sont assis côte à côte à un bout de la pièce, et dirigent les activités de la Kneipe, qui se composent principalement de chants et de discours, entrecoupées par des périodes où les membres peuvent discuter librement.

Les chants qui peuvent être chantés lors d'une Kneipe se trouvent dans le Allgemeines Deutsches Kommersbuch, une compilation des principaux chants étudiants allemands, dont certains des plus anciens, comme la célèbre chanson "Gaudeamus Igitur", sont en latin.

Escrime académique[modifier | modifier le code]

Certains types de Studentenverbindungen, dont les Corps et Burschenschaften, pratiquent l'escrime académique, une forme ancienne d'escrime, dont les racines principales sont les duels d'honneur et la nécessité des étudiants lors de certaines périodes historiques de pouvoir se défendre. Lors d'un duel, appelé la Mensur, un membre d'une fraternité est toujours opposé à un membre d'une autre fraternité.

Lors d'une Mensur, les combattants ne sont pas totalement protégés. Les coups sont portés seulement au niveau de la tête, et la protection comporte une cotte de maille, plusieurs couches de protections en cuir et en cotte de maille autour du cou, et de lunettes en métal, protégeant les yeux le nez et les oreilles. Les blessures que l'on risque obtenir lors d'une Mensur sont appelées Schmiss, et étaient dans le passé une marque d'honneur, voire d'un certain statut social.

L'escrime académique est rejetée par certains types de fraternités, telles les Verbindungen catholiques, qui interdisent formellement sa pratique à leurs membres.

Types[modifier | modifier le code]

Il y a un grand nombre de types de Studentenverbindungen, mais certains sont clairement dominants, aussi bien au niveau de leur nombre que de leur importance historique. Les types les plus communs sont:

Type Caractéristiques Nombre
Corporation catholique porte le Couleur 200
Corps porte le Couleur, pratique l'escrime académique 161
Burschenschaft porte le Couleur, pratique l'escrime académique 158
Corporation catholique ne porte pas de Couleur 126
Landsmannschaft porte le Couleur, pratique l'escrime académique 84
Autres corporations catholiques variable 61
Sängerschaft porte le Couleur, l'escrime académique est optionnelle 20
Turnerschaft porte le Couleur, l'escrime académique est optionnelle 34

Critiques[modifier | modifier le code]

La plupart des Verbindungen n'acceptent, comme les fraternités américaines, que des hommes. Certaines sont mixtes, et certaines ne comportent que des femmes, mais elles sont rares. Cette organisation, datant des débuts des corporations étudiantes au XVIIIe siècle, est en général considérée comme une caractéristique importante et normale des Verbindungen, qui n'a rien à voir avec un comportement misogyne, même si les critiques des fraternités portent souvent sur ce point.

Certaines Verbindungen, surtout certaines Burschenschaften, qui ont dans leurs conditions d'admission d'être de nationalité allemande, sont régulièrement critiquées, et on leur reproche des tendances extrémistes. Les cas où une telle tendance est réelle sont en fait très limités, et la grande majorité des fraternités se distancent ouvertement et catégoriquement de ces tendances. Les Corps, par exemple, ont comme principe le plus important le Toleranzprinzip : tout étudiant masculin peut être admis, indépendamment de ses opinions politiques, de son origine, de sa nationalité et de ses croyances.

Articles connexes[modifier | modifier le code]