Stuart O'Grady

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir O'Grady.
Stuart O'Grady
Image illustrative de l'article Stuart O'Grady
Stuart O'Grady lors du Tour du Danemark 2006
Informations
Nom O'Grady
Prénom Stuart
Date de naissance 6 août 1973 (1973-08-06) (40 ans)
Pays Drapeau de l'Australie Australie
Spécialité Sprinteur
Classiques flandriennes
Équipe professionnelle
1995-1998
1998-2003
2004-2005
2006-2008
2009-2010
2011
01.2012-04.2012
05.2012-12.2013
Gan
Crédit agricole
Cofidis
Team CSC
Saxo Bank
Leopard-Trek
GreenEDGE
Orica-GreenEDGE
Principales victoires
Championnats et Jeux olympiques

Olympic flag.svg Champion olympique de l'américaine 2004
Arc en ciel.png Champion du monde de poursuite par équipes 1993 et 1995
MaillotAustralia.PNG Championnat d'Australie sur route 2003
3 courses par étapes dont :
Tour Down Under 1999 et 2001
2 classiques
Paris-Roubaix 2007
HEW Cyclassics 2004
2 étapes dans les grands tours

Tour de France (2 étapes)

Stuart O'Grady (né le 6 août 1973 à Adélaïde) est un coureur cycliste australien. Il a été professionnel de 1995 à 2013. Il a couru sur piste et sur route. Sur piste, il a notamment été champion du monde de poursuite par équipes 1993 et 1995, champion olympique de l'américaine en 2004. Sur route, il a notamment remporté Paris-Roubaix en 2007, la HEW Cyclassics en 2004 et deux étapes du Tour de France. Il a participé à dix-sept tours de France consécutifs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Adelaïde, Stuart O'Grady grandit dans une famille de cyclistes. Son père représenta l'Australie-Méridionale sur route et sur piste, et son oncle fut membre de l'équipe australienne aux Jeux olympiques d'été de 1964 à Tokyo. Stuart O'Grady débute sa carrière sur la piste, et fut notamment médaillé d'argent en poursuite par équipe en 1992 aux Jeux olympiques de Barcelone. Aux Jeux olympiques de 1996 à Atlanta, il reçut deux médailles de bronze, à la course aux points et en poursuite par équipe.

Il signa son premier contrat professionnel avec l'équipe française Gan (qui devint en 1998 l'équipe Crédit agricole).

Au Tour de France 1998, il porta le maillot jaune durant trois jours et y remporta sa première étape. Il prit la troisième place du classement par points. En 2001, il revêtit à nouveau la tunique de leader du classement général, pendant cinq jours cette fois. En compétition avec Erik Zabel pour le gain du maillot vert, il fut battu à la dernière étape à Paris. Stuart O'Grady fut élu, ces deux années, cycliste australien de l'année.

En 2002, il fut opéré de l'artère iliaque, et fit son retour à la compétition au Tour de France. Les deux années suivantes, il fut devancé au classement par points du Tour de France par ses compatriotes Baden Cooke (2003) et Robbie McEwen (2004). Il parvint néanmoins à remporter sa deuxième étape sur le Tour, en 2004.

Rejoignant Cofidis en 2004 afin de se concentrer sur les classiques de printemps (notamment Paris-Roubaix et le Tour des Flandres, O'Grady connut un début de saison difficile avec une côte fracturée[1] et surtout l'affaire de dopage impliquant l'équipe. De retour dans le peloton, il gagna deux étapes et le classement par points du Critérium du Dauphiné libéré. Il poursuivit en juillet avec une victoire d'étape sur le Tour de France à Chartres, ce qui lui permit de porter le maillot vert pendant quelques jours. Il termina sa saison sur route avec un succès en Allemagne sur la HEW Cyclassics. Entretemps, il était devenu champion olympique de l'américaine avec Graeme Brown à Athènes.

Au Tour de France 2005, Stuart O'Grady fut à nouveau second du classement par points, cette fois derrière le Norvégien Thor Hushovd. À la fin de l'année, il signa un contrat d'un an avec Bjarne Riis pour courir en 2006 dans l'équipe CSC. Cette saison fut cependant marquée par les blessures. Il se brisa plusieurs côtes en début d'année en Italie, puis une vertèbre sur le Tour de France. Il resta tout de même en course et se classa troisième de la dernière étape.

En 2007, il acquiert sa principale victoire sur route, en devenant le premier Australien à remporter Paris-Roubaix, succédant à son coéquipier Fabian Cancellara[2]. En juillet, il fut contraint à l'abandon sur le Tour de France après une chute lors de la huitième étape lui causant plusieurs fractures[3].

En 2012, O'Grady est sixième de la course en ligne des Jeux olympiques. Victime d'une chute lors de la Vattenfall Cyclassics, il se casse une clavicule ainsi que plusieurs côtes[4].

Stuart O'Grady lors du Paris-Tours 2002

Stuart O'Grady est membre du club des Champions de la Paix, un collectif de 54 athlètes de haut niveau créé par Peace and Sport, organisation internationale basée à Monaco et œuvrant pour la construction d'une paix durable grâce au sport.

En 2013, il participe à son 17e Tour de France consécutif. Au terme de ce dernier, il annonce mettre un terme à sa carrière[5].

Le 24 juillet 2013, il avoue dans une interview au journal The Advertiser avoir eu recours à l'EPO durant le Tour de France 1998.[6]. Le lendemain le Comité olympique australien demande à O'Grady de quitter la commission des athlètes dont il faisait partie[7].

Palmarès, résultats et distinctions[modifier | modifier le code]

Route[modifier | modifier le code]

Stuart O'Grady au contre-la-montre du Tour de France 2005

Années[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]
Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Par courses[modifier | modifier le code]

Course d'un jour[modifier | modifier le code]
  • Classic Haribo (1999)
  • HAW Cyclassics (2004)
  • Grand Prix de Villers-Coterrêts (2004)
  • Paris-Roubaix (2007)
Courses à étapes[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

17 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

2 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

5 participations

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

  • Barcelone 1992
    • médaille d'argent, Jeux olympiques Médaillé d'argent de la poursuite par équipes
  • Atlanta 1996
    • médaille de bronze, Jeux olympiques Médaillé de bronze de la poursuite par équipes
    • médaille de bronze, Jeux olympiques Médaillé de bronze de la course aux points
  • Athènes 2004
    • médaille d'or, Jeux olympiques Champion olympique de l'américaine (avec Graeme Brown)

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

  • Hamar 1993
    • Arc en ciel.png Champion du monde de poursuite par équipes
  • Bogota 1995
    • Arc en ciel.png Champion du monde de poursuite par équipes
    • Médaillé de bronze de la poursuite individuelle

Jeux du Commonwealth[modifier | modifier le code]

  • 1994
    • Médaillé d'or de la poursuite par équipes
    • Médaillé d'or du scratch

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Trophée Sir Hubert Opperman en 1998 et 2001[9]
  • Cycliste sur route australien de l'année en 1998, 2001 et 2004[10]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. «  O'Grady confirms broken rib », Cyclingnews.com, 30 mars 2004.
  2. « Stuart O'Grady, Austral gagnant », L'Humanité, 16 avril 2007.
  3. « Fractures pour O'Grady », L'Équipe/AFP, 15 juillet 2007.
  4. (en) « Hard day for Orica-GreenEdge at Vattenfall Cyclassics », sur cyclingnews.com,‎ 19 août 2012
  5. « Stuart O'Grady dit stop », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 22 juillet 2013
  6. « Dopage: Stuart O'Grady avoue avoir pris de l'EPO », sur 20minutes.fr,‎ 25 juillet 2013
  7. « O'Grady chassé du comité olympique australien », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 25 juillet 2013
  8. A.Schleck et O'Grady virés ! - Cyclisme - Vuelta
  9. « Sir Hubert Opperman Trophy and 'Oppy Medal' », sur cycling.org.au (consulté le 23 juillet 2012)
  10. « Male Cyclist of the Year Awards », sur cycling.org.au (consulté le 23 juillet 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :