Struth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Struth (homonymie).
Struth
La synagogue
La synagogue
Blason de Struth
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Canton La Petite-Pierre
Intercommunalité C.C. du Pays de La Petite-Pierre
Maire
Mandat
Jean-Claude Berron
2008-2014
Code postal 67290
Code commune 67483
Démographie
Population
municipale
249 hab. (2011)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 41″ N 7° 15′ 24″ E / 48.8947, 7.2567 ()48° 53′ 41″ Nord 7° 15′ 24″ Est / 48.8947, 7.2567 ()  
Altitude Min. 248 m – Max. 367 m
Superficie 4,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Struth

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Struth

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Struth

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Struth

Struth est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

La commune fait partie du Parc naturel régional des Vosges du Nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée de la commune de Struth

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village fut fondé au XVIIe siècle lorsque les familles propriétaires des terres - de Steinkallenfels (1648-1692) et de Fouquerolles (1706-1756) - les louèrent à des exploitants. L'établissement d'une verrerie près du village voisin de Tieffenbach a pu contribuer à le peupler. La famille de Fouquerolles étant religieusement tolérante, et le territoire dépendant du Saint-Empire romain germanique et non du royaume de France, toutes les confessions furent accueillies. Un recensement effectué en 1756 indique qu'il existait à Struth 7 familles luthériennes, 8 familles réformées, 19 familles catholiques, 3 familles anabaptistes et 7 familles juives.

La seigneurie de Struth, petite enclave alsacienne immédiate de l'Empire germanique, fut annexée à la Première République française malgré le droit de M. de Fouquerolle, « prince possessionné ».

La diversité religieuse se maintint sous les lois de la République et des régimes suivants, et en 1868, on comptait 161 juifs, 88 catholiques, 110 réformés et 100 luthériens. Les anabaptistes avaient émigré aux États-Unis. Une synagogue fut construite en 1836, ainsi qu'une école israélite avec un mikve (bain rituel) en sous-sol en 1862.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Du germanique struot « fourré marécageux ».
  • Strude (XVIIIe siècle), Struth (1793), Strouth (1801).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Struth

Les armes de Struth se blasonnent ainsi :
« Coupé : au premier de sinople au léopard d'argent, au second d'azur au chevron d'or, chargé à senestre d'un lion de sable. »[1].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Jean-Claude Berron[2]    
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Berron    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 249 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
191 252 363 512 520 518 501 471 482
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
430 442 459 474 460 413 396 399 418
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
449 464 480 420 406 368 319 337 309
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
261 233 213 192 204 221 221 220 244
2011 - - - - - - - -
249 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux

  • Patrimoine israélite. On peut voir à Struth une synagogue du XIXe siècle en excellent état de conservation, inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 16 juillet 1987. Elle contient dans son mobilier de style néoroman intégralement conservé un banc de circoncision en bois datant de 1886, inscrit sur l'inventaire supplémentaire des monument historique depuis novembre 1995. Le bâtiment, construit en 1836, est de style classique avec un chevet néogothique polygonal ajouté en 1903[5], [6]. En raison de la diminution de la population israélite du village, les offices réguliers se sont interrompus en 1969. La synagogue appartient depuis le 2 juillet 1996 à la commune, qui s'est engagée à en réserver l'usage aux offices religieux et aux activités culturelles organisées sous l'égide du Consistoire israélite du Bas-Rhin ou de l'Association de sauvegarde du patrimoine historique israélite de Struth.

Il existe également un cimetière[7] et une école juifs[8]. Cette dernière abrite un mikvé (bain rituel) au sous-sol ; construite en 1862, elle est restée en fonction jusqu'en 1924. Elle joue actuellement le rôle de Foyer Communal.

Autre patrimoine

  • Banc-reposoir napoléonien[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]