Structure de Richat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

21° 07′ 29.67″ N 11° 24′ 12.96″ O / 21.1249083, -11.4036 ()

Photo satellite de la structure de Richat en Mauritanie avec de fausses couleurs.
Image satellite de la structure de Richat.

La structure de Richat ou dôme de Richat, surnommé « l'œil de l'Afrique » ou traditionnellement Guelb er Richât, est une structure géologique située dans le désert du Sahara en Mauritanie près de Ouadane. Longtemps considérée comme une « énigme scientifique », elle mesure environ 50 km de diamètre et ne s'observe pleinement que depuis l'espace. Largement révélée en 1965 par une mission Gémini américaine, ce serait d'après les dernières interprétations scientifiques géologiques[1], le résultat d'un phénomène volcanique géant, vieux de 100 millions d'années (Crétacé), totalement effondré à la suite d'une longue érosion différentielle.

C'est la source d'un ancien cours d'eau appelé O. Saguiet el Hanura.

Découverte et localisation[modifier | modifier le code]

Cette structure a été pour la première fois signalée dans les cartes au 1/200 000 de l'Institut géographique national français en 1963. Elle fut visitée par divers géologues dont Théodore Monod[2], dès les années 1950[3]. Elle a par la suite attiré l'attention des premières missions spatiales à cause de sa forme caractéristique en oculus dans un paysage désertique assez monotone.

Décrite de façon imagée comme une ammonite gigantesque dans le désert, la structure, qui a un diamètre de près de 50 kilomètres et des dénivelés de 30 à 40 m, est devenue un point de repère pour les équipages des navettes spatiales.

Elle se situe dans le désert de Maur Adrar, aux confins du massif de l’Adrar et de l’erg de la Maqteir ou Majâbat Al Koubra.

Le terme pluriel de Richat ou Richât (Rich au singulier), proviendrait d'un mot assanya (langue arabe parlée en Mauritanie) signifiant « les plumes »[2] ou « les bras de plumes »[4], faisant allusion aux formes de mini cuesta circulaires. Semsiyyât, autre mot local signifiant « les enfants », désignerait des formes plus petites de ces reliefs[2].

Interprétation scientifique[modifier | modifier le code]

Initialement interprétée comme une structure d'impact de météorite à cause de sa forte circularité, les géologues pensèrent ensuite à un soulèvement symétrique de type anticlinal circulaire.

Théodore Monod qui étudia ce phénomène avec ses collègues, publia dès 1973 des hypothèses proches de l'explication communément acceptée aujourd'hui[2].

Depuis les années 2000 il est en effet acquis que la structure de Richat est issue d'une forme rare de volcanisme géant, vieille de 100 millions d'années (Crétacé), qui a créé un dôme magmatique associé à des remontées géothermales. Le terrain en place situé au-dessus du dôme, composé de sédiments déformés par la poussée, a fini par s'effondrer totalement à la suite d'une longue et lente érosion après dissolution des couches calcaires[1].

Les quartzites du paléozoïque, qui composaient les couches de la structure alternant avec le calcaire, ont mieux résisté à l'érosion et forment aujourd'hui les anneaux résiduels concentriques de la structure.

D'autres phénomènes semblables, quoique moins spectaculaires, sont maintenant reconnus[5].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La large diffusion des images et des explications relatifs à ce phénomène insolite ont créé un flux de visiteurs, touristes ou scientifiques, vers ce lieu reculé de la planète. Ce relatif afflux de personnes a entraîné la création d'une installation d'accueil sommaire sur place[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Archive vidéo de l'émission « Découverte » de Radio-Canada en septembre 2006 disponible plus facilement sur Youtube (visité le 29 novembre 2010).
  2. a, b, c et d www.annales.org : 'Travaux du Comité français d'histoire de la géologie, deuxième série, Tome 4, 1986 - "Théodore MONOD Souvenirs sahariens d'un vieux géologue amateur".
  3. palomar.hostultra.com : La semaine de France Culture du 17 au 23 décembre 2000
  4. La Mauritanie d'après Jean Finore
  5. (en) Structures of probably magmatic doming origin in North-Africa, Norbert Brügge, Germany [mis à jour le 4 septembre 2010 - visité le 29 novembre 2010]
  6. www.lexicorient.com Hotel au centre de la structure.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :