Street Fighter IV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Street Fighter IV
image

Éditeur Capcom
Développeur Dimps
Capcom
Concepteur Yoshinori Ono (producteur)
Daïgo Ikeno (directeur artistique)

Date de sortie Arcade
Icons-flag-jp.png 18 juillet 2008[1]

Xbox 360 et PS3[2],[3]
Icons-flag-jp.png Icons-flag-kr.png 12 février 2009
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 17 février 2009
Icons-flag-eu.png 20 février 2009

Windows
Icons-flag-jp.png 2 juillet 2009[4]
Icons-flag-eu.png 3 juillet 2009[5]
Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 7 juillet 2009

iPhone
Monde 10 mars 2010[6]
Genre Combat
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme
Arcade
Ordinateur(s)
Console(s)
Téléphone(s) mobile(s)
Média Blu-ray, DVD-ROM, Disque dur (arcade)
Contrôle Joystick + 6 boutons, manette, clavier

Évaluation ESRB : T
PEGI : 12 ans et plus

Street Fighter IV (ストリートファイター IV, Sutorīto Faitā Fō?) est un jeu vidéo de combat développé conjointement par Dimps et Capcom, puis édité par Capcom, sorti en 2008 sur borne d'arcade sur le système Taito Type X². Il est adapté début 2009 sur les consoles PlayStation 3 et Xbox 360. Une version PC pour Windows est sortie début juillet 2009, et une adaptation pour iPhone OS a suivi en mars 2010.

Le jeu fait partie de la série Street Fighter. Il reprend les vétérans de Street Fighter 2, auxquels ont été ajoutés six nouveaux personnages. La particularité de cette suite est le rendu en 3D des décors et des personnages, le gameplay restant quant à lui en 2D. De nouveaux mécanismes de jeu font leur apparition comme le focus et l'ultra combo, qui a la particularité de déclencher une séquence cinématique. Pour la première fois dans la série Street Fighter, des scènes cinématiques sont utilisées pour introduire et clore le tournoi.

Le jeu bénéficie d'un très bon accueil critique avec une moyenne de 94/100 sur Metacritic et réalise de très bonnes ventes avec un total de 3,34 millions d'unités écoulées au 17 février 2011[7]. Dans la plus pure tradition des jeux Capcom, une nouvelle version plus aboutie nommée Super Street Fighter IV est sortie en avril 2010.

Antériorité[modifier | modifier le code]

Le premier opus sorti en 1987 a participé aux prémices du genre « jeu de combat ». En effet, au lieu d'avoir un défilement horizontal ou vertical pour avancer dans l'histoire[8], il y avait une succession de niveaux assez restreints, semblables à des arènes, où l'on devait affronter un personnage important représentant un pays et un style de combat[9].

Sa suite datant de 1991 a considérablement amélioré le genre en apportant un système de jeu riche et la possibilité de choisir plusieurs personnages aux systèmes de combat et aux styles de combat différents. Street Fighter II a eu un énorme succès et a profondément changé le game design des jeux de combat. De plus il imposa un mode où deux joueurs pouvaient s'affronter l'un contre l'autre, une révolution pour l'époque sachant que très peu de jeux proposaient des modes multijoueurs non-coopératifs[8],[10],[11].

La popularité de la série Street Fighter est basée en partie sur la représentation identitaire : le fait qu'il y ait deux héros, l'un représentant le Japon et l'autre les États-Unis n'est pas anodin, les États-Unis et le Japon étant les deux pays les plus consommateurs de jeu vidéo du monde. La carte mondiale y est présente et tous les personnages sont associés à un pays existant. De nombreux joueurs coréens ont manifesté leur envie de voir apparaître un personnage représentant la Corée du Sud dans la série par la mise en place de pétitions (personnage qui ne verra le jour qu'en 2010 dans Super Street Fighter IV). Mais « ce qui fait le charme de Street Fighter, ce sont aussi ses personnages un peu étranges et décalés » déclare le producteur Yoshinori Ono[12].

Un système de jeu riche associé à différents types de personnages plus ou moins représentatifs d'un pays et une réalisation globale de bonne facture font partie des forces de la série principale. Street Fighter IV est en quelque sorte un retour au passé mis au goût du jour puisqu'il intègre tous les personnages du second opus sauf deux qui n'ont pas été finalisé. Il continue d'utiliser un système de jeu en deux dimensions dans une période où les jeux à gros budgets adoptent quasiment tous des déplacements en trois dimensions.

Trame[modifier | modifier le code]

Un nouvel ennemi : l'organisation S.I.N.[modifier | modifier le code]

Chronologiquement situé entre la série Street Fighter II et la série Street Fighter III[13], l'histoire est centrée autour du groupe S.I.N. (Sin signifie péché en anglais), une entreprise d'armement dirigé par Seth, l'un des robots numérotés de l'organisation secrète Shadaloo. Ce robot n'a pas oublié son but principal qui est d'analyser et de repérer tous les meilleurs combattants du monde (Cf. Street Fighter II: Le film). Dans sa quête de puissance ultime, il met à sa disposition tous ses meilleurs collaborateurs, comme entre autres C. Viper, à la recherche de ces individus (Cf. Street Fighter IV: The Ties That Bind). Les fausses annonces de tournois, le kidnapping et même le meurtre, son organisation est prête à tout pour arriver à ses fins. Ayant acquis une conscience, il n'a pas fait qu'analyser toutes les meilleures techniques de combat, il les a assimilées. Bien qu’il soit un robot numéroté de M. Bison, il a acquis une volonté telle qu'il veut prendre le contrôle du monde. Bison le chef de l'organisation criminelle Shadaloo et indirectement de S.I.N. est porté disparu depuis sa rencontre avec Akuma dans le second opus, il fait sa réapparition mais Seth compte malgré tout le doubler.

Indépendamment de l'histoire principale, les protagonistes ont chacun leurs motivations propres (voir Personnages du jeu).

Street Fighter III Street Fighter II Street Fighter Alpha Street Fighter (jeu vidéo)

Personnages du jeu[modifier | modifier le code]

Personnages de la version arcade[modifier | modifier le code]

Les salles d'arcade au Japon.

La liste des personnages jouables de la version arcade comprend les douze personnages de Street Fighter II (comprenant les quatre protagonistes de Shadaloo) et quatre nouveaux personnages. Akuma provenant de Super Street Fighter II Turbo apparaît aussi, c'est un adversaire secret mais il est possible de le contrôler, on arrive à un total de 17 personnages jouables. Enfin, le jeu comprend deux autres personnages non-jouables : Seth le boss final, et Gouken un adversaire secret, il y a donc au total 19 combattants.

Crimson Viper (C.ヴァイパー, C. Vaipā?) est une femme d'affaires et une espionne pour le compte de S.I.N. Les émotions humaines lui importent peu, elle est prête à tout pour atteindre ses propres objectifs. Elle porte sur elle des gadgets ingénieux incorporés dans ses vêtements, ses chaussures lui permettent de voler et ses gants lui octroient une force redoutable. Seth (セス, Sesu?), quant à lui, a recueilli des données des meilleurs combattants du monde et les a assimilées[14].

Afin de dédramatiser l'histoire de SF IV, Capcom a intégré des personnages tel Rufus (ルーファス, Rūfasu?) ou bien El Fuerte (エル・フォルテ, Eru Forute?) : l'un étant un motard obèse mais malgré tout très souple et qui ne peut s'empêcher de parler et de jalouser Ken Masters ; l'autre mélangeant un style catch mexicain (plus connu sous le nom de lucha libre) tout en portant une toque de cuisine sur la tête et se servant d'une poêle comme accessoire[15]. Il se bat seulement en espérant faire reconnaître ses talents de chef gastronome au monde et non pour démontrer qu'il est un bon combattant. Un français fait son apparition : Abel (アベル, Aberu?), pratiquant du judo mixé de plusieurs styles de combat faisant référence aux combattants du Free Fight. Il est amnésique. À la recherche d'indice sur son passé, il finit par avoir l'intuition que l'organisation S.I.N. est pour quelque chose dans son malheur[16].

Les deux personnages secrets sont les frères Gouken et Akuma. Gouken est le maître de Ryu, auparavant laissé pour mort. Il fait ses débuts en tant que combattant dans la série. Ce personnage naît d'une rumeur datant de Street Fighter II sur un possible personnage caché du nom de Sheng Long[17]. Personnage caché qui n'avait jamais existé mais Capcom donna suite en le faisant apparaître dans un anime[18]. Son frère Akuma est un personnage récurrent caché. Il apparaît dans la version arcade en tant que boss final secret dans le mode joueur solo[19], il est possible de le contrôler si on arrive à le vaincre[20]. Il est le mal incarné et est la cause de la disparition de Gouken.

Les douze autres personnages proviennent directement du jeu Street Fighter II: The World Warrior datant de 1991.

Les shōtōkans
Ryu et Ken, les deux rivaux amicaux qui ont eu le même enseignement sportif et philosophique. Pratiquant le karaté shōtōkan, ils sont vêtus d'un kimono l'un blanc et l'autre rouge[21]. Ils sont les premiers combattants jouables de la série depuis Street Fighter premier du nom et apparaissent dans tous les jeux.
Les membres de l'organisation criminelle Shadaloo
Grâce à son pouvoir télékinésique, M. Bison règne en maître absolu. Il a deux hommes de mains, Balrog un ex-professionnel de boxe radié par la fédération à cause de son extrême violence et Vega un ninja espagnol extrêmement narcissique. Sagat quant à lui est un champion de boxe thaï qui s'est rangé au côté de Bison[22].
Les personnages étranges
Blanka est un combattant très sauvage qui a grandi dans la forêt amazonienne au Brésil, il fut victime d'un accident d'avion dont il est le seul survivant. De son prénom Jimmy, il apparaît dans le jeu plus humain voir enfantin puisqu'il ne pense qu'à sa maman. Dhalsim est un maître dans la pratique du yoga. Il passe son temps à méditer et se bat seulement afin d'aider son village qui fait face à une pénurie d'eau. Il a le pouvoir d'allonger ses membres et maîtrise le feu[23].
Les officiers
Guile est un officier de l'US Air Force. Il se bat souvent aux côtés de Chun-Li, une chinoise gradée d'Interpol pour lutter contre la criminalité internationale. Chun-Li ayant perdu son père à cause de Bison, elle ne cesse depuis qu'à vouloir se venger. Sur la piste d'étranges disparitions, les deux collègues font face à l'entreprise d'armement S.I.N.
Les poids lourds
Zangief est un catcheur professionnel soviétique. Dans SF IV, il veut redorer son blason auprès des enfants de son pays. Edmond Honda est un champion sumo japonais. Il fuit les tournois nationaux de son pays pour prouver au niveau international que le sumo est le meilleur style de combat au monde.

Ajouts de la version console[modifier | modifier le code]

Huit personnages qui ne sont pas disponibles dans la version arcade peuvent être débloqués dans la version console. Tout d'abord, Seth et Gouken, personnages non-jouables en arcade, sont maintenant jouables dans la version console de salon. Six personnages provenant d'autres jeux Street Fighter ont été ajoutés, amenant ainsi le total à 25 personnages jouables. Les combattants introduits sont Fei-Long, Sakura, Cammy, Gen, Rose et Dan, un personnage habillé d'un kimono rose présenté comme le personnage comique de la série[24].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Tandis que les personnages et les décors de Street Fighter IV ont un rendu 3D, le système de jeu reste sur un plan 2D traditionnel, la caméra ayant la liberté de se déplacer en 3D à certains moments au cours du combat pour un effet cinématique. Le producteur, Yoshinori Ono, a déclaré qu'il voulait garder le jeu au plus proche de Street Fighter II. Un nouveau système appelé attaque focus (« saving attack » pour la version originale japonaise) a été introduit, tout comme des changements tel l'Ultra. Le traditionnel système de contrôle à six boutons est resté le même, il a cependant été complémenté de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux mouvements spéciaux.

Kleckner Stephen de 1UP.com a déclaré que le jeu ressemble à Super Street Fighter II Turbo, mais qu'il a aussi quelques traits de Street Fighter III: 3rd Strike[25]. Comme dans Street Fighter III, les chopes sont effectuées en appuyant sur deux boutons d'attaque légers. Appuyer sur deux boutons d'attaque lourde exécute l'action personnelle du personnage ou une animation de provocation. En appuyant sur les deux boutons d'attaque moyenne, le joueur effectue une attaque focus. Les déplacements rapides avant et arrière sont également présents dans le jeu.

Il était prévu que des niveaux bonus tels que celui où il faut casser une voiture seraient de retour. Ono a déclaré plus tard que les scènes bonus ne seraient pas dans le jeu d'arcade, citant comme raison que les joueurs passent du temps sur les scènes bonus et que cette période pendant laquelle ils n'ont aucune chance de perdre n'arrangeait donc pas les opérateurs d'arcades[26].

L'attaque focus[modifier | modifier le code]

L'attaque focus (en anglais Focus Attacks), connu sous le nom « Saving Attack » dans la version japonaise, est un nouveau système introduit dans Street Fighter IV. L'attaque focus permet au joueur d'absorber une attaque et de lancer une contre-attaque, et elle est effectuée en appuyant sur les boutons de coups de poing et pied moyens en même temps.

Dans la première phase, le joueur se déplacera dans une nouvelle position, à laquelle il ou elle est capable d'absorber un coup de l'adversaire. Au cours de la première phase de l'attaque focus, le joueur peut procéder à un arrêt, en faisant un mouvement rapide vers l'avant ou l'arrière par exemple (appelé dash dans le jargon technique). Des attaques qui ont été absorbées au cours de la première phase d'une attaque focus causent des dommages, mais la vie perdue contre les attaques de l'adversaire sera rapidement régénérée par la suite.

La deuxième phase est la contre-attaque. Plus le joueur reste appuyé sur les deux boutons plus le coup sera puissant. Si les boutons sont tenus assez longtemps, l'attaque devient imparable et provoque chez l'adversaire un évanouissement très lent vers le sol, permettant au joueur de faire des enchaînements de coup.

Enfin, au coût de la moitié de la jauge de super combo, de nombreux coups spéciaux peuvent être annulés grâce à une attaque focus[27].

Ono a déclaré que ce système a été intégré afin de mettre l'accent vers un système plus réaliste, il a comparé ce système à la boxe, dans laquelle « il faut lire les déplacements de votre adversaire avant qu'il ou elle commence à se déplacer... Nous n'avons pas oublié les enchaînements de coup (combo dans le jargon) et les mouvements qui peuvent être liés à des enchaînements (les links dans le jargon), mais la focus fait en sorte que vous devez lire votre adversaire. »[28]. Le système rend les attaques au sol importantes tout comme l'était le saut dans les précédents jeux. Le système de focus est un élément essentiel du système de jeu global de Street Fighter IV.

Ultra combos[modifier | modifier le code]

En plus des versions de coups spéciaux mises en place dans les précédents Street Fighter tels que les super combos et les déplacements spéciaux EX, le jeu introduit également un nouveau type de coup spécial officiellement baptisé ultra combo. Les ultra combos sont des séquences cinématiques de plusieurs secondes qui se déclenchent grâce à une combinaison de coups de poing, coups de pied et autres techniques de combat. Tout comme il y a une jauge de super combo. Il y a aussi une jauge d'ultra combo, mais à contrario de la jauge de super combo qui se remplit lorsque le joueur frappe son adversaire ou effectue un coup spécial, la jauge d'ultra se remplit lorsque l'on subit des dommages causés par l'adversaire (similaire à la groove K dans Capcom vs. SNK 2). Avec les super combos, l'ultra combo est l'une des seules fois où la caméra bouge de sa position fixe et devient plus dynamique lors de la scène cinématique.

Développement[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Yoshinori Ono a proposé l'idée à Keiji Inafune, le directeur de la division R&D de Capcom, d'un nouveau jeu Street Fighter II en dépit du fait qu'il soit très âgé. Étant données les bonnes réactions face au dernier épisode nommé Hyper Street Fighter II: The Anniversary Edition sur Xbox Live et compte tenu de la demande des fans, M. Inafune a donné son feu vert au commencement du projet[Quand ?][29]. Ono sera donc producteur d'un jeu de la série Street Fighter, ayant déjà été directeur manager sur Street Fighter III: 3rd Strike et ayant déjà produit Capcom Fighting Jam. L'équipe de développement va utiliser au maximum l'expérience acquise sur Super Street Fighter II Turbo[30].

Le jeu est prévu sur le Type Taito X² d'arcade et doit tirer parti des spécificités de la borne : « les capacités du réseau permettent aux joueurs ayant des machines séparées de jouer en réseau local (LAN) »[31].

M. Ono a fait appel à Takashi Nishiyama, le président de la société Dimps. Il a travaillé sur le tout premier Street Fighter et dans les années 90, de nombreux employés ont signé certains jeux de combat SNK, un des principaux concurrents de Capcom à l'époque. Capcom s'est chargé de l'univers et des personnages de la série, Dimps a apporté la programmation et le codage du jeu, tout en s'assurant de l'équilibre du système de combat[13].

Visuels[modifier | modifier le code]

Tous les personnages et les environnements dans Street Fighter IV sont rendus sous forme de modèles 3D avec des polygones, semblable à la sous série Street Fighter EX de Capcom produit avec Arika. Cependant, il y a quelques différences importantes. Le directeur artistique et character designer, Daigo Ikeno, qui a déjà travaillé sur Street Fighter III: 3rd Strike, opte pour un rendu qui ne soit pas réaliste mais plus proche du cartoon avec l'utilisation de cel-shading, l'ajout d'effets visuels calligraphiques, des taches d'encre et des pulvérisations d'encre au cours des combats[32].

Principaux membres de l'équipe de développement
Directeur Dimps : Takashi Tsukamoto
Producteur exécutif : Keiji Inafune, Takashi Nishiyama, Hiroshi Matsumoto
Producteur : Yoshinori Ono
Directeur artistique : Daigo Ikeno
Directeur compositeur : Hideyuki Fukasawa

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale du jeu a été composée par Hideyuki Fukasawa[33].

Versions et éditions[modifier | modifier le code]

Configuration minimum - PC
Système d’exploitation Windows XP
Processeur Pentium 4 2 GHz
Mémoire vive 1 Go
Carte graphique 256 Mo de mémoire nécessaire avec DirectX 9.Oc
Espace disque 10 Go d'espace libre[34]

Versions[modifier | modifier le code]

Version PC[modifier | modifier le code]

La version Windows de Street Fighter IV est similaire aux versions PlayStation 3 et Xbox 360 mais avec quelques ajouts. Le jeu propose une résolution plus élevée et trois nouveaux filtres visuels nommés Encre, Aquarelle et Postérisation[35]. Dans certaines pré-commandes américaines, le jeu était accompagné d'un DVD comprenant un comics animé appelé Street Fighter: Round One - FIGHT[36].

Version iPhone[modifier | modifier le code]

Une version de Street Fighter IV pour iPhone OS est sortie en 2010. Il y a naturellement quelques différences : en plus d'avoir une résolution et une navigation adaptées, le nombre de combattant est réduit à huit personnages : Abel, Blanka, Dhalsim, Ken, Chun-Li, Ryu, M. Bison et Guile[37]. Une mise à jour va cependant ajouter un 9e personnage : Cammy[38]. Le 17 septembre 2010, autre mise à jour, Viper et Honda sont disponibles sur iPhone OS[39].

Logo de Volt Battle Protocol sur iPhone OS.

À l'E3 2011, Capcom annonce avec l'intermédiaire d'une bande annonce, la venue d'une nouvelle version baptisée Street Fighter IV: Volt Battle Protocol. Cette version propose un mode Versus en ligne et quatre personnages supplémentaires[40].

Éditions[modifier | modifier le code]

Pour les marchés occidentaux, trois différents packages ont été préparés - un pour la sortie européenne[41], un autre pour la sortie nord-américaine[42], et l'édition collector qui comprend[43] :

  • un mini guide stratégique en forme de bande dessinée créée par Prima (qui a également publié un guide de stratégie complet pour le jeu aux États-Unis), avec des dessins réalisés par UDON ;
  • un film d'animation de 65 minutes titré Street Fighter IV: The Ties That Bind (新たなる 絆, Arata Naru Kizuna?), produit par Studio 4°C[44], c'est un peu comme un prologue pour le jeu, et une sélection de trailer du jeu (un disque Blu-ray pour la version PS3 et DVD avec le film en 720p pour la Xbox 360) ;
  • un CD soundtrack (mais pas en Europe) ;
  • des figurines Crimson Viper et Ryu (dans la version américaine, les possesseurs de PS3 auront une figurine Ryu, tandis que les propriétaires de Xbox 360 obtiennent une figurine Crimson Viper ; en Europe, sur la PS3 et sur la Xbox 360, on avait le droit aux deux figurines à la place d'un CD soundtrack) ;
  • cinq costumes de personnages à télécharger, qui est connu sous le nom de « Pack bagarreur » qui comprend les costumes de rechange pour : Zangief, E. Honda, Rufus, El Fuerte et Abel.
Le stick arcade Street Fighter IV FightStick Tournament Edition.

Mad Catz a produit six contrôleurs pour le jeu, deux joysticks arcades et une manette de jeu chacun pour la PlayStation 3 et Xbox 360. Ces produits comprennent un joystick de base, le Street Fighter IV FightStick ; un joystick plus lourd et plus robuste, le Street Fighter IV FightStick Tournament Edition, et une manette de jeu à six boutons, la Street Fighter IV FightPad[45]. Pendant ce temps le constructeur de périphériques Hori a aussi produit deux joysticks, pour les Japonais ou le marché asiatique, basées sur des modèles de joystick plus ancien de cette même société.

Contenus téléchargeables[modifier | modifier le code]

Des contenus téléchargeables pour Street Fighter IV sont mis à disposition sur les plates-formes Xbox Live de Microsoft et le PlayStation Network de Sony[46].

Le premier pack d'extension datant du 24 avril 2009, intitulé « Mode championnat », est gratuit. Il offre aux joueurs un mode replay, un nouveau système de points et un tournoi amélioré[47]. Le mode championnat est un mode de jeu où une série de joueurs s'affrontent les uns contre les autres pour des points de classement. Dans la version PS3, il est possible de voter pour des parties enregistrées provenant des 100 meilleurs joueurs du championnat. La version Xbox 360 permet au joueur de télécharger leurs combats enregistrés à la console.

Cinq packs de costumes alternatifs sont disponibles à l'achat : le Pack Bagareurs disponible depuis le 17 février en Amérique du Nord et le 20 février 2009 en Europe ; le Pack Femmes Fatales disponible depuis le 24 février 2009 en Amérique du Nord et le 27 février 2009 en Europe ; le Pack Shoryuken disponible depuis le 3 mars 2009 en Amérique du Nord et le 6 mars 2009 en Europe ; le Pack Shadaloo disponible depuis le 10 mars 2009 en Amérique du Nord et le 13 mars 2009 en Europe ; et enfin le Pack Classic disponible depuis le 17 mars 2009 en Amérique du Nord et le 20 mars 2009 en Europe[48]. Un regroupement de ces packs appelé « Pack Complet Costumes Alternatifs » est mis à disposition en téléchargement le 5 mai 2009 en Amérique du Nord, et le 8 mai 2009 en Europe.

Bien qu'initialement Capcom a déclaré qu'il n'y avait pas de planification pour ajouter des combattants supplémentaires pour le jeu, voulant se concentrer sur le gameplay[49], Yoshinori Ono a révélé plus tard que les versions inachevées de Dee Jay et T. Hawk (les deux seuls personnages manquant de Super Street Fighter II Turbo) ont été réalisés[50], et compte tenu de la demande, ces personnages trouveront leur place finalement dans Super Street Fighter IV.

Tournois et compétitions[modifier | modifier le code]

Comme de nombreux opus précédents de la série, Street Fighter IV est créé en partie pour satisfaire des joueurs de jeux de combats expérimentés et encourager le jeu à haut niveau. En premier lieu le mode en ligne du jeu permet de stimuler la compétition. Avec la mise à jour, nommée « Mode Championnat », on participe à un tournoi libre divisé en quatre catégories (SG, G1, G2, G3)[51]. Les rares joueurs atteignant la catégorie SG sont généralement ceux qui participent aux tournois arcades.

Rapidement, Street Fighter IV est intégré à des tournois et compétitions organisés autour du globe comme l'Evolution Championship Series (ou EVO) américain, le Tougeki japonais ou le Stunfest français. Capcom et Microsoft se sont associés pour sponsoriser des tournois officiels[52]. Un tournoi a eu lieu au World Game Cup 2010 à Canne (appelé WGC, à ne pas confondre avec World Cyber Games 2010)[53].

Plusieurs joueurs sont reconnus tel Daigo Umehara ou encore Justin Wong[54].

Avec l'intérêt grandissant pour les matchs de haut niveau, il s'est aussi développé le commentaire des matchs par des amateurs passionnés dans les conditions du direct. En France, un commentateur connu sous le pseudonyme de Ken Bogard connaît une certaine popularité auprès des amateurs de Street Fighter IV[55].

La sortie de Super Street Fighter IV apporte beaucoup au mode en ligne[56]. Le jeu favorisera les groupes de joueurs en plus des habituels 1 contre 1. Une polémique a aussi eu lieu sur la possible non-adaptation du jeu en arcade. Finalement le 4 avril 2010, la version arcade a été confirmée par Yoshinori Ono lors de la finale du tournoi national de Street Fighter IV au Japon[57].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse papier
Média Note
Edge (GB) 9/10 (arcade)[58]
Famitsu (JP) 34/40[59]
Presse numérique
Média Note
1UP.com (US) A[60]
Gamekult (FR) 9/10[61]
IGN (US) 9,5/10[62]
Jeuxvideo.com (FR) 18/20[63]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 93/100[64]
Metacritic 94/100[65]

Dans l'ensemble, la presse spécialisée a tenu à saluer la réussite de la mise en 3D de la licence, sans aucune comparaison avec celle de la série « EX » qui n'avait pas été appréciée par tous, comme le précise un journaliste de Jeuxvideo.fr : « Le passage à la 3D est une sacrée réussite qui devrait convaincre jusqu'aux plus sceptiques d'entre nous ! »[66]. Street Fighter IV avait deux ambitions : le passage à la 3D (même si le système de combat est resté 2D) et renouer un lien très fort avec Street Fighter II, le titre traditionnel de la série. « Alliant modernité et tradition, 2D et 3D, sobriété et profondeur, Street IV est redevenu ce jeu fédérateur capable de séduire même les plus réfractaires » selon un journaliste de Gamekult. Le magazine japonais Famitsu lui a décerné la note de 34/40.

L'expérience du jeu en arcade a été fidèlement reproduite dans la version console, « Street Fighter IV réussit à intégrer l'expérience en ligne et hors ligne de façon élégante » selon Simon Parkin du Eurogamer anglophone. Il affirme aussi que « L'option pouvant permettre à d'autres joueurs du monde entier de vous défier alors que vous jouez dans le mode arcade est à la fois ingénieux et d'une mise en œuvre exquise. » Il est en effet possible que le joueur soit défié par un autre joueur alors qu'il est en train de participer à un tournoi contre l'intelligence artificielle[67].

À Official Xbox Magazine en ligne, Dan Amrich donne à Street Fighter IV une note de 9,5 sur 10. « Dans une industrie dominée par des graphismes 3D, Street Fighter IV est certainement considéré 2D, du moins dans son gameplay », dit-il. « Les personnages et les arènes sont tous en 3 dimensions, mais vous n'avez jamais à vous soucier de contourner votre adversaire ou d'avoir un problème de caméra rotative. C'est simple, et c'est en partie pourquoi dans SFIV on ne s'y perd pas. » Amrich soutient que le titre sera tout aussi agréable pour les nouveaux arrivants, ainsi « si vous êtes un débutant, un mode de formation et huit niveaux de difficulté vous aidera à trouver votre chemin. Si vous êtes un habitué, SFIV contient toute la profondeur que vous avez toujours aimée dans la série, sans compromis. Capcom donne la sensation d'approcher de la perfection avec ce Street Fighter »[68].

Cependant, des points négatifs sont traités à propos de l'interface et quelques problèmes liés au contrôleur. « Les menus du jeu sont maladroits, limite ennuyeux car vous êtes constamment habitué à passer de menu en menu pour ajuster les paramètres de votre bouton et vérifier la liste des coups spéciaux », d'après Chris Kohler de Wired. « Un menu vous dira souvent à appuyer sur le bouton A pour confirmer votre choix, mais en appuyant sur celui-ci, rien ne se passera. » Kohler poursuit « et je ne vois pas comment le menu qui vous permet de réaffecter les boutons de votre contrôleur pourrait avoir été conçu pour être intuitif. Vous aurez beaucoup trop besoin d'aide, surtout si vous achetez un contrôleur du style joystick arcade - que je ne vous conseillerais jamais assez, surtout si vous avez une Xbox 360. Le défaut du contrôleur de cette console est absolument exaspérant pour ce jeu »[69].

Autres points négatifs misent en avant : l'inégalité des décors en termes de réalisation, « Le meilleur (le niveau de la jungle) côtoie bien souvent le pire (le volcan en fusion) » noté par Virgile de Jeuxvideo.fr. Sans oublier l'équilibre imparfait des combattants souligné aussi par Puyo de Gamekult. En effet deux personnages sortent du lot, Sagat est bien trop fort et Dan bien trop faible[70].

Pour la version Windows, « on pourra difficilement reprocher à Capcom d'avoir pris son temps vu la qualité de cette adaptation PC » en phrase introductive d'un test sur Jeuxvideo.com[71]. Street Fighter IV faisant partie des meilleurs jeux PC de l'année 2009 d'après les moyennes effectuées par Metacritic[72].

Les critiques sur la version iPhone OS sont axées sur le faible nombre de personnages, ainsi qu'une traduction approximative et des décors statiques qui rendent le jeu moins vivant que sur les versions consoles. « Street Fighter fascine toujours autant, sa réalisation parfaite en fait la référence du jeu de combat à l'heure actuelle sur iPhone. Dommage toutefois que la galerie de personnages n'ait pas été plus étoffée et que la possibilité de jouer à distance ne soit toujours pas une réalité. » d'après Arnaud Catala, un rédacteur de Pocket Gamer[73].

Ventes[modifier | modifier le code]

En mai 2009, 2 millions de copies de Street Fighter IV se sont écoulées dans le monde. La célèbre franchise a donc bel et bien renoué avec le succès grâce à ce nouvel opus[74]. Le jeu est placé 8e dans la liste des meilleures ventes de jeu développé par Capcom en tant que titre individuel au 31 mars 2009 avec 2,5 millions d'exemplaires vendus[75].

Compléments[modifier | modifier le code]

Street Fighter est aussi connu pour ses mangas animés.

Anime[modifier | modifier le code]

Street Fighter IV: The Ties That Bind est un OAV (manga animé) réalisé par Jiro Kanai qui a été inclus dans un disque bonus dans l'édition collector de Street Fighter IV pour la PlayStation 3 et la Xbox 360. L'intrigue commence par Cammy et son équipe Delta qui découvrent une étrange énergie. Chun-Li, une agent d'Interpol et Guile, un officier de l'US Air Force, enquêtent sur des disparitions inhabituelles. Crimson Viper est parti rechercher Ryu, le vagabond solitaire sur les ordres de Seth qui s'intéresse de très près au pouvoir du Hado.

Comics[modifier | modifier le code]

UDON a publié 4 minis bande-dessinées basées sur Street Fighter IV, le premier numéro étant publié 18 février 2009. Chaque bande dessinée met l'accent sur un nouveau personnage (Abel, Crimson Viper, El Fuerte, et Rufus) et leurs interactions avec les combattants habituels de la série.

Il existe aussi un comics animé appelé Street Fighter: Round One - FIGHT[36].

Postérité[modifier | modifier le code]

Article connexe : Super Street Fighter IV.

Super Street Fighter IV est la suite de Street Fighter IV. Avec le succès critique et commercial, il n'est pas étonnant que Capcom se soit penché vers une version améliorée, une habitude chez l'éditeur. L'apport évident dans cette version Super est l'ajout de nouveaux personnages. T. Hawk et Dee Jay, qui étaient initialement destinés à être dans l'original Street Fighter IV mais dont l'idée fut abandonnée, sont de retour. Les autres personnages de retour sont Adon, Guy, Cody, Ibuki, Makoto et Dudley. Deux tout nouveaux personnages font leur apparition : Juri, une espionne coréenne pratiquant le taekwondo, et Hakan, un père de famille turque pratiquant la lutte turque[76].

Les bonus-stages sont de nouveaux présents, le système de combat a été rééquilibré, de nouveaux ultra combos pour chaque personnage ainsi qu'un jeu en ligne beaucoup plus complet que dans la version de 2009 sont apparus. En effet, les joueurs peuvent par exemple organiser des combats par équipe tout en ayant la possibilité de regarder les affrontements lorsqu'ils attendent leur tour[77].


Article connexe : Street Fighter X Tekken.

Yoshinori Ono a promis que Street Fighter IV s'arrêtera à Super Street Fighter IV[78], admettant que c'était une erreur de Capcom de créer, dans le passé, de multiples versions améliorées d'une série Street Fighter. Yoshinori a déclaré cependant que « Super Street Fighter IV n'est rien comparé à ce qui va être annoncé prochainement »[79].

En effet le 26 juillet 2010, à la conférence de Capcom au Comic Con 2010, Yoshinori Ono habillé pour l'occasion en kimono blanc parle du future en ce qui concerne Street Fighter. Soudain une personne l'interpelle dans le fond de la salle. Il s'agit du producteur de Tekken 6, Katsuhiro Harada. Toute la salle est stoïque, ne prenant pas conscience du but de cette apparition. Se suit une longue mise en scène bon enfant par les deux producteurs qui se termine par une confrontation dans une partie de jeu vidéo. Sans aucune annonce officielle, les spectateurs assistent au premier crossover mixant le monde de Tekken et le monde de Street Fighter. Il ne s'agit pas seulement d'une bande-annonce, Ono et Harada vont confronter Ryu et Kazuya Mishima, personnage emblématique de la série Tekken, en temps réel. Le système de jeu et les graphismes sont basés sur Street Fighter IV[80].

Annexes[modifier | modifier le code]

Doublages[modifier | modifier le code]

Doublages (Jap / US)[81]

Personnages

  • Ryu
  • Ken
  • Chun Li
  • Edmond Honda
  • Blanka
  • Zangief
  • Guile
  • Dhalsim
  • Balrog
  • Vega
  • Sagat
  • M. Bison
  • Akuma
  • Sakura
  • Dan
  • Fei Long
  • Cammy White
  • Gen
  • Rose
  • Abel
  • El Fuerte
  • Crimson Viper
  • Rufus
  • Seth
  • Gouken

Drapeau du Japon Voix japonaise (Seiyū)

Hiroki Takahashi
Yuji Kishi
Fumiko Orikasa
Yoshikazu Nagano
Yuji Ueda
Kenta Miyake
Hiroki Yasumoto
Daisuke Egawa
Satoshi Turuoka
Junichi Suwabe
Daisuke Endou
Norio Wakamoto
Taketora
Misato Hukuen
Toshiyuki Kusuda
Yuuichi Nakamura
Miyuki Awashiro
Yohei Tadano
Akeno Watanabe
Kenji Takahashi
Daisuke Ono
Mie Sonozaki
Wataru Hatano
Akio Ohtsuka
Toru Okawa

Drapeau des États-Unis Voix américaine

Kyle Hebert
Reuben Langdon
Laura Bailey
Joe Dimucci
Taliesin Jaffe
Anthony Landor
Travis Willingham
Christopher Bevins
Bob Carter
Doug Erholtz
Isaac C. Singleton Jr.
Gerald C. Rivers
Dave Mallow
Brittney Harvey
Ted Sroka
Matthew Mercer
Caitlin Glass
Michael Sorich
Gina Grad
E. Jason Albrecht
JB Blanc
Michelle Ruff
Chris Kent
Michael McConnohie
Rod Clarke

Notes :

  • Le doublage n'est disponible qu'en japonais et en anglais ; cependant le jeu est sous-titré dans d'autres langues, dont le français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hirohiko Niizumi, « Street Fighter IV debuts in Japanese arcades 'late July' », GameSpot,‎ 18 février 2008
  2. « Street Fighter IV for PlayStation 3 », GameSpot
  3. « Street Fighter IV for Xbox 360 », GameSpot
  4. « Street Fighter IV PC Dated For Japan », Kotaku,‎ 1er mai 2009
  5. Tom Bramwell, « SFIV PC dated, Resident Evil 5 to follow », Eurogamer,‎ 5 mai 2009
  6. Chris Holt, « Street Fighter IV arrives in the App Store », Macworld,‎ 10 mars 2010
  7. « Software Totals », sur VG Chartz (consulté le 17 février 2011)
  8. a et b Mimic, « Street Fighter : 1987 en Arcade », sur Gameblog.fr,‎ 30 avril 2010
  9. All About Capcom Head-to-Head Fighting Game 1987-2000, pg. 11
  10. Mimic, « Street Fighter II The World Warrior : 1991 en Arcade », sur Gameblog.fr,‎ 30 avril 2010
  11. Akëdysséril, « Street Fighter II, Test Oldies », Jeuxvideo.com,‎ 20 janvier 2010
  12. Vincent Sannier, « Yoshinori Ono: « Je voulais que Super Street Fighter IV soit accessible » », 20minutes.fr,‎ 29 avril 2010
  13. a et b Nicolas Verlet, Yoshinori Ono, « Interview de Yoshinori Ono, producteur exécutif de Street Fighter IV », Gamekult,‎ jeudi 21 aout 2008
  14. Ryan Clements, « Street Fighter IV: Seth », IGN,‎ 20 février 2009
  15. Seth Killian, « Now… Fight a New Rival! », Capcom,‎ 12 mars 2008
  16. « One More SFIV Update », theBitBag,‎ 15 février 2008
  17. « Mais qui est donc Gouken alias Sheng Long », Gamekult,‎ février 2009
  18. « Street Fighter Alpha : Generations (2007) - Synopsis », Animeka,‎ 2007
  19. « 「豪鬼、現る!」 プロジェクトマネージャー:塩沢夏希 », Capcom,‎ 15 septembre 2008
  20. « 「いよいよ、豪鬼が?!」 プロジェクトマネージャー:塩沢夏希 », Capcom,‎ 22 septembre 2008
  21. Régis Déprez, « Street Figher IV : Ryu VS Ken again », Gamekyo,‎ 15 janvier 2008
  22. « Street Fighter IV - Shadaloo Represent! », Kotaku,‎ 2008
  23. kyoshiroo, « [PREVIEW Street Fighter IV »], ps3gen,‎ 19 mars 2008
  24. Maxime E, « Dan et Fei Long dans Street Fighter IV », ultimateps3,‎ 25 aout 2008
  25. Stephen Kleckner, « Previews - We take an in-depth look at combat -- current character move list included. », 1UP,‎ 21 février 2008
  26. « Interview Yoshinori Ono », GameTrailers,‎ 4 juin 2008
  27. « Street Fighter IV - Akuma et le système de Focus Attack », JeuxVideo.com,‎ 5 janvier 2009
  28. Vijay Sinha, Yoshinori Ono, « Street Fighter IV: Interview with Yoshinori Ono »,‎ 2008
  29. Shane Bettenhausen, « The Big Comeback », EGM, Ziff Davis,‎ 12 novembre 2007, p. 62–72
  30. « STREET FIGHTER IV YOSHINORI ONO INTERVIEW », GameTrailers,‎ 25 mars 2008
  31. « 【プレイリポートその1】『ストリートファイターIV』あいつらが帰ってきた!! », Famitsu,‎ 8 février 2008
  32. James Mielke, Daigo Ikeno, « Capcom art director Daigo Ikeno discusses Street Fighter IV's new visual style. », 1UP,‎ 24 décembre 2007
  33. « Street Fighter IV Original Soundtrack »,‎ 25 février 2009
  34. Jeff Haynes, « Street Fighter IV Specs », IGN,‎ 15 mai 2009
  35. « Captivate 09: Street Fighter IV PC », Capcom Unity,‎ 29 avril 2009
  36. a et b « Street Fighter: Round One - FIGHT! »,‎ 2009
  37. Maxence, « Street Fighter IV iPhone est dispo : notre avis », Jeuxvideo.fr,‎ 10 mars 2010
  38. « Cammy dans Street Fighter IV sur iPhone », JeuxVideo.com,‎ 15 avril 2010
  39. « Viper et Honda arrivent dans Street Fighter IV sur iPhone », Jeuxvideo.com,‎ 17 septembre 2010
  40. « Capcom annonce Street Fighter IV Volt Battle Protocol sur iOS », sur basgrospoing.fr,‎ 7 juin 2011
  41. Oro, « Street Fighter IV : Jaquette européenne dévoilée », PlayFrance,‎ 22 décembre 2008
  42. « La jaquette US de Street Fighter IV », Gamekult,‎ 25 octobre 2008
  43. Oro, « Street Fighter IV : Edition Collector détaillée », PlayFrance,‎ 5 décembre 2008
  44. « Street Fighter IV Game to Ship with Anime DVD in Japan », Anime News Network,‎ 3 novembre 2008
  45. Renaud, « Street Fighter IV, MadCatz sort le grand jeu », Jeuxvideo.fr,‎ 26 décembre 2008
  46. David Scammel, « Street Fighter IV DLC announced, dated & detailed », Dpadmagazine,‎ 5 février 2009
  47. Martin Robinson, « SFIV Championship Mode Dated », IGN,‎ 17 avril 2009
  48. « Hey Japan, Street Fighter IV Xbox 360 DLC Is More Expensive », Kotaku,‎ 4 février 2009
  49. Alex, « No New Characters Coming To Street Fighter IV », Gamingunion,‎ 25 mai 2009
  50. Fabien H., « Street Fighter IV : de nouveaux personnages en prévision », GNT,‎ 19 février 2009
  51. Kevone, « Le mode Championnat de Street Fighter 4 en détails », play3-live,‎ 27 avril 2009
  52. « Street Fighter IV Tournoi officiel - PrËt au combat? »,‎ avril 2009
  53. « Tournoi officiel SF IV Capcom WGC 2010 », JeuxActu.com,‎ mars 2010
  54. Ben, « Daigo Umehara, le meilleur joueur de Street Fighter IV au monde », Le Journal du Gamer,‎ 21 avril 2009
  55. Nicolas Verlet (Puyo), « Street Fighter IV, des vidéos de tournoi », Gamekult,‎ 23 janvier 2009
  56. Antoine Baryton, « Aperçu - Super Street Fighter IV », Jeuxvideo.com,‎ 18 janvier 2010
  57. Keits, « Arcade LIVES! Super Street Fighter 4 Confirmed! », Shoryuken.com,‎ 4 avril 2010
  58. « Street Fighter IV, Test », Edge,‎ 2 septembre 2008
  59. « Street Fighter IV, Test », Famitsu,‎ 2009
  60. « Street Fighter IV, Test », 1UP.com,‎ 17 février 2009
  61. Nicolas Verlet (Puyo), « Street Fighter IV, Test », Gamekult,‎ 20 février 2009
  62. Martin Robinson, « Street Fighter IV, Test », IGN,‎ 12 février 2009
  63. Miniblob, « Street Fighter IV, Test », Jeuxvideo.com,‎ 16 février 2009
  64. « Street Fighter IV, Test », GameRankings (consulté en avril 2010)
  65. « Street Fighter IV, Test », Metacritic (consulté en mars 2010)
  66. Nerces/Virgile, « Street Fighter IV, Test », Jeuxvideo.fr,‎ 6 juillet 2009
  67. Simon Parkin, « Street Fighter IV, Test »,‎ 16 février 2009
  68. Dan Amrich, « Street Fighter IV, Test »,‎ 17 février 2009
  69. Chris Kohler, « Review: Street Fighter IV Brings Back the Old Ultraviolence »,‎ 17 février 2009
  70. « Street Fighter 4 Tiers — Character Rankings », EventHubs,‎ 27 février 2010
  71. Miniblob, « Street Fighter IV, Test PC », JeuxVideo.com,‎ 29 juin 2009
  72. « Best of 2009 », Metacritic,‎ 2009
  73. Arnaud Catala, « Street Fighter IV, Test iPhone OS », Pocket Gamer,‎ 26 mars 2010
  74. Nicolas Verlet (Puyo), « Street Fighter IV: c'est déjà un succès », Gamekult,‎ 23 février 2009
  75. Nick Breckon, « Capcom Updates Lifetime Software Sales Figures; Resident Evil 5, Street Figher IV Stats Revealed », Shacknews,‎ 8 mai 2009
  76. « ストリートファイターIV』がスーパーになって帰ってきた », Famitsu,‎ 29 septembre 2009
  77. Lostarott, Yoshinori Ono, « Vidéo - Yoshinori Ono nous parle de Super Street Fighter IV », PlayFrance,‎ 21 avril 2010
  78. « Le nouveau jeu du producteur de Street Fighter IV bientôt dévoilé », sur Jeuxvideo.com,‎ 12 juillet 2010
  79. Mimic, « Le producteur de Street Fighter 4 sur un nouveau jeu ? », sur Gameblog.fr,‎ 6 juillet 2010
  80. Mimic, « Street Fighter X Tekken : le crossover de rêve en vidéos et images », sur Gameblog.fr,‎ 26 juillet 2010
  81. « CREDITS », Allgame,‎ 2009

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 15 juin 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.