Stokesosaurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Stokesosaurus

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Comparaison des tailles des deux spécimens connus à un humain d'un mètre 80.

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Ordre Saurischia
Sous-ordre Theropoda
Super-famille Tyrannosauroidea
Famille Proceratosauridae

Genre

Stokesosaurus
Madsen, 1974

Espèces de rang inférieur

  • Stokesosaurus clevelandi Madsen, 1974

Stokesosaurus (en français Stokesosaure, nom signifiant « lézard de Stokes ») est un genre de dinosaures de la super-famille des Tyrannosauroidea. Ce dinosaure petite taille (environ 3 à 4 mètres de longueur) a vécu au début du Jurassique supérieur dans ce qui est maintenant l'Utah et l'Angleterre. Il porte le nom du géologue William Lee Stokes[1]. Les restes peut-être attribuables à Stokesosaurus ont été récupérés dans la zone stratigraphique 2 de la Formation de Morrison[2].

Description[modifier | modifier le code]

Ilion gauche de Stokesosaurus clevelandi, provenant de la Formation de Morrison (Utah).

L'holotype (UUVP 2938, anciennement UUVP 2938[3]) a été découvert dans le Membre du Bassin de Brushy de la Formation de Morrison, datant du Tithonien inférieur, vieux d'environ 150 millions d'années. Il se compose d'un ilion (os de la hanche) gauche, appartenant à un individu juvénile. Madsen a attribué un paratype, UUVP 2320, un ilion droit 50% plus grand. En outre il a également attribué à ce genre un prémaxillaire droit, UUVP 2999[1]. ​​Ce dernier reste fossile a été réattribué à Tanycolagreus en 2005[4]. Stokesosaurus et Tanycolagreus sont de la même taille, et il est possible que ce dernier soit un synonyme junior du premier. Toutefois, l'os iliaque (le meilleur et peut-être le seul élément connu de Stokesosaurus) de Tanycolagreus n'a jamais été retrouvé, rendant difficile toute comparaison directe[2].

En 1976, Peter Malcolm Galton a considéré Stokesosaurus comme une seconde espèce d'Iliosuchus, genre possible de Tyrannosauroidea primitif, qu'il nomma Iliosuchus clevelandi[5]. Cette interprétation n'a pas été acceptée par les autres chercheurs[6] et en 1980 Galton a lui-même invalidé cette hypothèse[7].

Certaines découvertes ultérieures ont été attribuées à Stokesosaurus. Elles comprenait des ischions et des vertèbres caudales en 1991[8], et une boîte crânienne partielle en 1998[9]. Un autre, très petit ischion attribué à Stokesosaurus, trouvé dans le Dakota du Sud[10], a été perdu, mais pourrait en fait appartenir au genre apparenté Aviatyrannis[11]. D'autres restes fragmentaires, probablement attribuables à Stokesosaurus ont été récupérés dans la zone stratigraphique 2 de la Formation de Morrison, datée du Kimméridgien supérieur et âgée d'environ 152 millions d'années[12],[2].

Une deuxième espèce, Stokesosaurus langhami, a été décrite par Roger Benson en 2008 en se basant sur un squelette partiel. Le squelette est constitué par un bassin complet ainsi que d'une jambe presque complète et de vertèbres cervicales, dorsales et caudales[6]. Ce second squelette, découvert en 1984 dans le Dorset et mentionné dans plusieurs documents, n'a été formellement décrit qu'en 2008. La nouvelle espèce a été nommée en l'honneur de Pierre Langham, qui a recueilli le spécimen. Le nouveau spécimen a été découvert dans des couches datant du Tithonien, le dernier étage du Jurassique supérieur, ce qui signifie que le fossile date d'environ 150 millions d'années[6]. Cependant, une étude plus approfondie a montré que cette espèce devrait être réattribuée à un nouveau genre, nommé en 2013 Juratyrant. Benson et Brusatte ont conclu que pas un seul os n'a été à juste titre attribué à Stokesosaurus, y compris le paratype, ne laissant que l'os iliaque holotype comme le seul fossile connu du taxon[13].

Classification[modifier | modifier le code]

En 1974, Madsen classe le genre Stokesosaurus dans la famille des Tyrannosauridae[1]. Des analyses cladistiques modernes indiquent toutefois une position phylogénétique plus basale. En 2012, l'étude de Brusatte et Benson place Stokesosaurus en tant que membre de base de la super-famille Tyrannosauroidea, et comme un proche parent de d'Eotyrannus et de Juratyrant[3]. Le cladogramme suivant, issu de l'analyse phylogénétique de Loewen et ses collègues, place Stokesosaurus dans le groupe des Proceratosauridae[14].

Tyrannosauroidea
Proceratosauridae


Proceratosaurus bradleyi



Kileskus aristotocus



Guanlong wucaii





Sinotyrannus kazuoensis




Juratyrant langhami



Stokesosaurus clevelandi







Dilong paradoxus




Eotyrannus lengi




Bagaraatan ostromi




Raptorex kriegsteini




Dryptosaurus aquilunguis





Alectrosaurus olseni



Xiongguanlong baimoensis





Appalachiosaurus montgomeriensis





Alioramus altai



Alioramus remotus




Tyrannosauridae











Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Madsen, « A new theropod dinosaur from the Upper Jurassic of Utah », Journal of Paleontology, vol. 48,‎ 1974, p. 27–31
  2. a, b et c J. Foster, (2007). "Appendix." Jurassic West: The Dinosaurs of the Morrison Formation and Their World. Indiana University Press. pp. 327-329.
  3. a et b (en) Stephen L. Brusatte et Roger B.J. Benson, « The systematics of Late Jurassic tyrannosauroid theropods from Europe and North America », Acta Palaeontologica Polonica, vol. 58, no 1,‎ 2013, p. 47-54 (DOI 10.4202/app.2011.0141, lire en ligne).
  4. K. Carpenter, C.A. Miles, and K.C. Cloward, 2005, "New small theropod from the Upper Jurassic Morrison Formation of Wyoming", In: K. Carpenter (ed.), The Carnivorous Dinosaurs. Indiana University Press, Bloomington pp. 23-48
  5. (en) P. M Galton, « "Iliosuchus", a Jurassic dinosaur from Oxfordshire and Utah », Paleontology, vol. 19, no 3,‎ 1976, p. 587–589
  6. a, b et c (en) R. B. J. Benson, « New information on Stokesosaurus, a tyrannosauroid (Dinosauria: Theropoda) from North America and the United Kingdom », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 28, no 3,‎ 2008, p. 732-750 (DOI [732:NIOSAT2.0.CO;2 10.1671/0272-4634(2008)28[732:NIOSAT]2.0.CO;2]).
  7. (en) P. M. Galton et H. P. Powell, « The ornithischian dinosaur Camptosaurus prestwichii from the Upper Jurassic of England », Palaeontology, vol. 23,‎ 1980, p. 411-443.
  8. B. Britt, « Theropods of Dry Mesa Quarry (Morrison Formation, Late Jurassic), Colorado, with emphasis on the osteology of Torvosaurus tanneri », Brigham Young University Geology Studies, vol. 37,‎ 1991, p. 1-72.
  9. (en) Chure and Madsen, « An unusual braincase (?Stokesosaurus clevelandi) from the Cleveland-Lloyd Dinosaur Quarry, Utah (Morrison Formation; Late Jurassic) », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 18, no 1,‎ 1998, p. 115–125
  10. (en) Foster and Chure, « An ilium of a juvenile "Stokesosaurus" (Dinosauria, Theropoda) from the Morrison Formation (Upper Jurassic: Kimmeridgian), Meade County, South Dakota », Brigham Young University Geology Studies, vol. 45,‎ 2000, p. 5–10
  11. (en) Oliver W. M. Rauhut, « A tyrannosauroid dinosaur from the Upper Jurassic of Portugal », Palaeontology, vol. 46, no 5,‎ 2003, p. 903–910.
  12. Turner, C.E. and Peterson, F., (1999). "Biostratigraphy of dinosaurs in the Upper Jurassic Morrison Formation of the Western Interior, U.S.A." Pp. 77–114 in Gillette, D.D. (ed.), Vertebrate Paleontology in Utah. Utah Geological Survey Miscellaneous Publication 99-1
  13. (en) S.L. Brusatte et R.B.J. Benson, « The systematics of Late Jurassic tyrannosauroids (Dinosauria: Theropoda) from Europe and North America », Acta Palaeontologica Polonica, vol. 58, no 1,‎ 2013, p. 47-54 (DOI 10.4202/app.2011.0141, lire en ligne).
  14. (en) M.A. Loewen, R.B. Irmis, J.J.W. Sertich, P. J. Currie et S. D. Sampson, « Tyrant Dinosaur Evolution Tracks the Rise and Fall of Late Cretaceous Oceans », PLoS ONE, vol. 8, no 11,‎ 2013, e79420 (DOI 10.1371/journal.pone.0079420).

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Stokesosaurus » (voir la liste des auteurs)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]