Steve Bozek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Steve Bozek (né le 26 novembre 1960 à Kelowna, dans la province de Colombie-Britannique, au Canada) est un joueur professionnel canadien de hockey sur glace[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Bozek débute sa carrière avec les Wildcats de Northern Michigan dans la Central Collegiate Hockey Association en 1978-1979[3]. Dès la fin de cette première saison dans le championnat universitaire, il compte 12 buts et autant de passes décisives ; il est mis en avant au sein de son équipe en recevant le trophée du joueur ayant le plus progressé au cours de la saison[4].

À la fin de la saison 1979-1980, Bozek est sélectionné dans les All-League team et All-Academic Team de la CCHA[5]. Il est également désigné comme meilleur attaquant de son équipe[4]. Suite à la fin de la saison, il participe au repêchage d'entrée[Note 1] dans la Ligue nationale de hockey de 1980. Il est choisi par les Kings de Los Angeles au cours du cinquième tour, le cinquante-deuxième joueur choisi de la séance[1].

Il joue une dernière saison avec les Wildcats lors de la saison 1980-1981. Il est finaliste du Trophée Hobey Baker remis annuellement au meilleur joueur[Note 2] de la NCAA[6]. La même année, il reçoit plusieurs honneurs de la NCAA : il est sélectionné dans l'équipe All-America[6]. Suite à son passage au sein de l'université, le trophée Steve-Bozek est remis chaque année depuis 1982-1983 au joueur de l'équipe avec le meilleur différentiel plus / moins[Note 3],[7]. Il est alors le troisième meilleur pointeur de l'histoire de l'équipe[8].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Bozek joue l'intégralité de la saison 1981-1982 dans la LNH avec les Kings. Quatrièmes de la division Smythe, les Kings jouent leur premier tour des séries éliminatoires de la Coupe Stanley contre les Oilers d'Edmonton, premiers de la division avec 48 points d'avance sur les Kings[9]. Au cours du troisième match de la série, les Kings parviennent à combler un retard de 5-0 notamment grâce à Bozek qui inscrit le cinquième but de son équipe alors qu'il ne reste que 5 secondes de jeu dans le temps réglementaire[10]. Finalement, les Kings l'emportent sur le score de 6-5 en prolongation puis éliminent les Oilers lors du match suivant[9]. Malgré ce retour, surnommé Miracle on Manchester, les Kings sont éliminés au tour suivant par les Canucks de Vancouver en cinq rencontres[11].

Alors qu'à la fin de la saison 1981-1982, Bozek compte cinquante-six points, son total chute à vingt-six filets à l'issue de la saison suivante tandis que les Kings manquent les séries[1]. Le 20 juin 1983, Bozek est échangé aux Flames de Calgary en retour de Carl Mokosak et de Kevin LaVallee[1]. Il passe un peu plus de quatre saisons avec les Flames, les aidant même à atteindre la finale de la Coupe Stanley au cours de la saison 1985-1986[2].

Le 7 mars 1988, il est échangé aux Blues de Saint-Louis en compagnie de Brett Hull et en retour de Rick Wamsley et de Rob Ramage[12]. Il ne joue que la fin de la saison 1987-1988 avec les Blues puisque le 6 septembre 1986, il est virtuellement de retour avec les Flames puis rejoint les Canucks de Vancouver au cours d'un échange entre les trois équipes. Dans un premier temps, il est échangé aux Flames en compagnie de Mark Hunter, Doug Gilmour et Michael Dark en retour de Craig Coxe, Mike Bullard et Tim Corkery. Puis Bozek rejoint l'équipe de Vancouver en compagnie de Paul Reinhart et en retour du choix du troisième tour des Canucks lors du futur repêchage de 1989[1].

En 1991, il est amis au Temple de la renommée de son université[8]. Le 9 août 1991, il signe en tant qu'agent libre avec la nouvelle franchise des Sharks de San José pour lesquels il ne jouera qu'une unique saison.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Carrière en club[modifier | modifier le code]

Statistiques par saison[3],[13]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1978-1979 Wildcats de Northern Michigan CCHA 33 12 12 24 21
1979-1980 Wildcats de Northern Michigan CCHA 41 42 47 89 32
1980-1981 Wildcats de Northern Michigan CCHA 44 35 55 90 46
1981-1982 Kings de Los Angeles LNH 71 33 23 56 68 10 4 1 5 6
1982-1983 Kings de Los Angeles LNH 53 13 13 26 14
1983-1984 Flames de Calgary LNH 46 10 10 20 16 10 3 1 4 15
1984-1985 Flames de Calgary LNH 54 13 22 35 6 3 1 0 1 4
1985-1986 Flames de Calgary LNH 64 21 22 43 24 14 2 6 8 32
1986-1987 Flames de Calgary LNH 71 17 18 35 22 4 1 0 1 2
1987-1988 Flames de Calgary LNH 26 3 7 10 12
Blues de Saint-Louis LNH 7 0 0 0 2 7 1 1 2 6
1988-1989 Canucks de Vancouver LNH 71 17 18 35 64 7 0 2 2 4
1989-1990 Canucks de Vancouver LNH 58 14 9 23 32
1990-1991 Canucks de Vancouver LNH 62 15 17 32 22 3 0 0 0 0
1991-1992 Sharks de San José LNH 58 8 8 16 27
1992-1993 Hockey Club Bolzano Série A 9 4 3 7 8 6 2 2 4 11
1992-1993 Hockey Club Bolzano Alpenliga 17 13 11 24 6
1993-1994 HDD Olimpija Ljubljana Alpenliga 1 0 0 0 0
Totaux LNH 641 164 167 331 309 58 12 11 23 69

Carrière internationales[modifier | modifier le code]

Statistiques internationales[1]
Année Équipe Compétition PJ  B   A  Pts Pun Résultat
1991 Drapeau du Canada Canada Championnat du monde 8 1 1 2 4 médaille d'argent Médaille d'argent

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme « repêchage » est un terme canadien correspondant à l'anglicisme draft et désigne un événement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, comparable à une bourse aux joueurs, où les équipes sélectionnent des sportifs issus de l'université, de l'école secondaire ou d'une autre ligue, voire d'une autre équipe.
  2. Le terme francophone de « meilleur joueur » correspond au terme québécois de « joueur le plus utile » et au terme anglais de « Most valuable player » - MVP.
  3. Le différentiel plus / moins d'un joueur est calculé en comptant +1 si le joueur est sur la glace au moment où son équipe marque un but sans être en supériorité numérique et -1 s'il est sur la glace au moment où son équipe encaisse un but sans être en infériorité numérique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Diamond 1998, p. 893
  2. a et b (en) « Steve Bozek, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 13 juillet 2012)
  3. a et b (en) « Steve Bozek hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database
  4. a et b NMU Hockey Records 2011, p. 4
  5. NMU Hockey Records 2011, p. 2
  6. a et b NMU Hockey Records 2011, p. 1
  7. NMU Hockey Records 2011, p. 6
  8. a et b (en) « NMU Sports Hall of Fame », sur www.nmu.edu (consulté le 13 juillet 2012)
  9. a et b Diamond 1998, p. 278
  10. (en) « Miracle on Manchester, Still Greatest NHL Playoff Upset of All Time », sur thehockeywriters.com,‎ 29 avril 2010 (consulté le 13 juillet 2012)
  11. (en) « 1981-82 NHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 13 juillet 2012)
  12. (en) Paul Hunter, « Rob Ramage And Brett Hull Key Men In Four-Player Swap », Toronto Star,‎ 8 mars 1988 (lire en ligne)
  13. (en) « Steve Bozek », sur www.eliteprospects.com (consulté le 13 juillet 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) NMU Hockey Records • Honors and Awards, www.nmu.edu,‎ 2011, 7 p. (lire en ligne)
  • (en) Dan Diamond, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports,‎ 1998, 1879 p. (ISBN 978-0836271140)