Stephen Michael Stirling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

S. M. Stirling

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

S. M. Stirling en 2007

Nom de naissance Stephen Michael Stirling
Activités Romancier, nouvelliste
Naissance 30 septembre 1953 (61 ans)
Metz, Drapeau de la France France
Langue d'écriture Anglais américain
Genres Fantasy, science-fiction

Œuvres principales

  • Nantucket
  • Légion de Falkenberg
  • Terminator 2

Stephen Michael Stirling ou S. M. Stirling est un auteur canado-américain de science-fiction et de fantasy. Ses romans décrivent souvent des situations militaires et des cultures militaristes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stirling est né à Metz en France, le 30 septembre 1953 d’une mère anglaise et d’un père canadien. Il a vécu dans plusieurs pays et réside actuellement au Nouveau-Mexique, États-Unis, avec son épouse Jan.

Hormis l’insistance sur le militaire, l’aventure et l’exploration dans ses livres, il décrit souvent des sociétés avec des valeurs culturelles sensiblement différentes des vues occidentales modernes, particulièrement avec une attitude plus libérale envers la sexualité (des personnages de lesbiennes sont souvent représentés), d’une manière sympathique ou au moins neutre. Un de ses thèmes récurrents est l’influence de la culture sur les perspectives et les valeurs d’un individu, avec une emphase particulière sur le fait que la plupart des personnes et sociétés se considèrent comme étant (en général) morales.

Dans le passé il a fréquemment collaboré avec d’autres auteurs tel David Drake, Jerry Pournelle et Anne McCaffrey.

Stirling est probablement le plus connu pour sa série Draka, romans d’Histoire alternative et le plus récent ‘’Island in the Sea of Time‘’ trilogie conjuguant voyage dans le temps et Histoire alternative. Ses romans ‘’Go Tell The Spartans’’ and ‘’Prince of Sparta’’ se déroulent dans l’univers de « CoDominium » de Jerry Pournelle.

Stirling, le critique[modifier | modifier le code]

Stirling est connu pour être franc et tranché quand il en vient à ses avis politiques. Il est d’accord avec la position conservatrice des '’faucons" américains sur le Moyen-Orient et soutient les théories socio-économique radicales sur le marché commercial. Il a également énoncer l’opinion que l’état du monde s’améliorerait si l’Islam disparaissait, ce qui a été interprété par certains en tant qu’approbation du génocide de tous les musulmans. Cependant, il a clairement indiqué qu’il n’est pas chrétien et qu’il ne doit pas être mis dans le même panier que la faction évangélique des néo-conservateurs américains.

En dehors des É.-U., il a particulièrement été la cible à la critique au sujet de sa série Draka, qui aux yeux de certains semble vanter (ou au moins exagérer l’efficacité) d’une société totalitaire, raciste et génocidaire. Certainement, la société des livres de la série Draka a, de manière irréaliste, peu d’inconvénients et de faiblesses (excepté d’un point de vue moral) en dehors d’un progrès scientifique plus lent. En outre, les protagonistes sont décrits d’une manière très positive, comme des hommes et femmes d’honneur, même alors qu’ils conquièrent et subjuguent brutalement un monde entier.

Il est connu pour être consterné par cette analyse de son travail. Il décrit la série Draka comme une dystopie basée sur la "supposition que tout s’était passé aussi mal que possible ces derniers siècles". La page titre d’un de ses romans (‘’ Conquistador ‘’) reprend la citation : « il y a un terme technique pour quelqu’un qui confond les avis d’un personnage d’un livre avec ceux de l’auteur. Ce terme est idiot. »

Stirling a également été accusé d’être nettement anti-Chrétien dans son œuvre, en particulier vis-à-vis des chrétiens et des Wicca (re: série Dies the Fire).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Série Les Seigneurs de la création (The Lords of Creation)[modifier | modifier le code]

Et si Mars et Vénus étaient vraiment habitables et habités, comme dans beaucoup d’histoires de Science-fiction du début des années 1960 et avant ? Dans cette série Mars et Vénus ont été terraformées il y a longtemps et « semées » avec les espèces de la Terre, y compris plusieurs espèces humaines différentes. Sur Terre, tout est le même jusqu’au début de l’exploration de l’espace, mais alors la Guerre froide se transforme en véritable course spatiale…’’ The Sky People’’ se déroule sur Vénus, In the Halls of the Crimson Kings sur Mars.

  • The Sky People (à venir)
  • In the Halls of the Crimson Kings (à venir)

Série Nantucket[modifier | modifier le code]

Dans la série Island in the Sea of Time, l’île de Nantucket est transportée par un phénomène inconnu (appelé "The Event"/"The Change" dans la série) en arrière à temps jusqu’à l’âge du bronze, environ 1250 avant J.C. (correspondant au dernier Âge Héroïque de la mythologie grecque).

La trilogie décrit le conflit entre les différentes factions de la population de l’île - certains essayant de dominer le monde pour leur propre avantage, d’autres essayant de l’améliorer - et les différentes civilisations de l’âge en bronze.

Vers la fin du troisième livre, Nantucket est le membre dominant d’un réseau d’alliés important et en augmentation constante, plutôt réminiscence de l’empire britannique (bien que la Grande-Bretagne elle-même est ici un des protectorats et une source de « tribus de guerrier » à inscrire comme mercenaires dans les armées de Nantucket).

  • Island in the Sea of Time (1998-03-01)
  • Against the Tide of Years (1999-05-01)
  • On the Oceans of Eternity (2000-04-01)

Série The Emberverse[modifier | modifier le code]

Dies the Fire (2004) montre les effets de The Event sur le reste de la planète, le monde que l’île de Nantucket a quitté - un monde où l’électricité, les armes à feu, les moteurs à combustion, et la puissance de la vapeur ne fonctionnent plus.

  • Dies the Fire ( 1er janvier 2004)
  • The Protector's War (6 septembre 2006)
  • A Meeting at Corvallis (5 septembre 2006)

Série Fifth Millennium[modifier | modifier le code]

Collection de romans de fantasy post-holocauste où la civilisation a été détruite (probablement par une guerre nucléaire) à une période proche de la nôtre et des nouvelles civilisations se sont développées. Les romans se déroulent dans les années 5 000 ap. J.-C.

Il y a des éléments de magie ou psi, mais ils sont assez faibles. Deux romans additionnels (Lion’s Heart et Lion’s Soul écrits par Karen Wehrstein) se passent en parallèle mais n’ont pas été écrits ou coécrits par Stirling. Shadow’s Daughter par Shirley Meier fait également partie de la série.

Série Draka[modifier | modifier le code]

Les romans de la série Draka postulent un empire africain (blanc) esclavagiste, militariste (fondé par des Américains loyalistes échappés en Afrique du Sud après la Guerre d'indépendance des États-Unis et plus tard rejoints par les Confédérés défaits après la guerre de Sécession).

La série suit son développement historique durant les 19èmes et 20èmes siècles. La culture de Draka est remarquable pour combiner strictement une société de classes hiérarchisées avec une égalité des sexes presque complète (soldats féminins y compris dans les unités militaires combattantes). Comparé à la société occidentale actuelle, la nudité et la sexualité sont beaucoup moins taboues.

Les trois premiers livres font la chronique de l’expansion de Draka, commençant par leur invasion et la conquête de l’Europe pendant la fin de la Seconde Guerre mondiale (jusqu’à ce point, la partie européenne de cette Histoire alternative était pratiquement inchangée), ce qui mène à un scénario de guerre froide, guerre cachée où ils font face au monde libre mené par l’Amérique.

Le livre final (The Stone Dogs) décrit la poursuite de cette guerre dans l’espace, et la bataille nucléaire apocalyptique finale entre les deux factions antagonistes.

  • Marching Through Georgia (1988)
  • Under the Yoke (1989)
  • The Stone Dogs (1990)
  • Drakon (1995) (Scenario d’une Terre Alternative, Drakas essaye d’envahir notre monde)
  • The Domination (2000) (Édition Omnibus des 3 premiers romans)
  • Drakas ! (2000) (Anthologie éditée par Stirling)

Série du Général[modifier | modifier le code]

Réécriture de la vie de Bélisaire sur une planète colonie avec la technologie de la fin du XIXe siècle. Ces romans sont actuellement disponibles en éditions omnibus. (2005).

avec David Drake

  • The Forge (1991)
  • The Hammer (1992)
  • The Anvil (1993)
  • The Steel (1993)
  • The Sword (1995)
  • The Chosen (1996)
  • The Reformer (1999)

Série La Légion de Falkenberg[modifier | modifier le code]

À noter que des volumes antérieurs de cette série, commençant par The Mercenary, étaient l’œuvre de Jerry Pournelle seul.

Faisant partie de la série « CoDominium », incluant également he Mote in God’s Eye (La poussière dans l’œil de dieu, pour la traduction française) et The Gripping Hand de Pournelle et Larry Niven (en 2002, tous les livres de la série Falkenberg, y compris ces deux, ont été édités en un seul volume, The Prince.)

Avec Jerry Pournelle

  • Go Tell the Spartans (1991)
  • Prince of Sparta (1993)

Série Flight Engineer[modifier | modifier le code]

avec James Doohan

  • The Rising (1996)
  • The Privateer (1999)
  • The Independent Command (2000)

Série Terminator 2[modifier | modifier le code]

  • T2: Infiltrator (2001)
  • T2: Rising Storm (2002)
  • T2: The Future War (2003) HarperCollins

Autres romans[modifier | modifier le code]

Appartenant à une série d’un autre auteurs[modifier | modifier le code]

Isolés[modifier | modifier le code]

  • The Rose Sea (1994) avec Holly Lisle
  • The Peshawar Lancers (2001) Les Lanciers de Peshawar pour l’édition française de 2004.
  • Conquistador (2003)

Traductions francophones[modifier | modifier le code]

  • (en) Stephen Stirling, Les lanciers de Peshawar, Paris, Fleuve noir, coll. « Rendez-Vous Ailleurs »,‎ 2004 (ISBN 2265077046)
  • Les Lanciers de Peshawar, Fleuve noir, Collection Rendez-Vous Ailleurs, (ISBN 2265077046)