Stephen Girard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stephen Girard à la fin de sa vie

Stephen Girard, né Étienne Girard le à Bordeaux, mort le à Philadelphie, est un armateur, un banquier et un philanthrope américain d'origine française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étienne Girard naît à Bordeaux en 1750 dans une famille de négociants. À 13 ans, il s'engage comme marin, et à 23 ans, il devient capitaine de navire dans la flotte de son père. En 1774, Girard fait du commerce entre les Antilles et New York, mais en 1776, la marine britannique organisant le blocus des treize colonies rebelles, oblige Girard à se réfugier à Philadelphie, où il décide de s'installer et devient l'une des figures des réfugiés français de Saint-Domingue en Amérique. En 1777, Girard épouse Mary Lum, mais en 1785 Mary commence à souffrir de troubles mentaux et en 1791 Girard, sur les conseils du docteur Benjamin Rush, se résout de la faire interner à l'hôpital de Philadelphie.

Le 27 octobre 1778, Girard prend la nationalité américaine sous le nom de Stephen Girard. Travailleur infatigable et doué pour le négoce, Girard s'enrichit beaucoup grâce au commerce avec les Antilles mais aussi avec la Chine. En 1811, alors que la charte de la Première Banque des États-Unis d'Amérique arrive à expiration, Girard rachète la majorité des actions ainsi que les bâtiments et fonde sa propre banque, la Girard Bank. La banque Girard bat monnaie et devient le principal bailleur de fonds du gouvernement américain lors de la guerre de 1812. Dans le courant du conflit, face à l'urgence et au désistement d'autres banquiers, il a à un moment garanti 95 % de la garantie des bons de guerre émis. En 1816, il devient un des directeurs de la Seconde Banque des États-Unis d'Amérique. Il finance aussi la création du journal L'Abeille Américaine de Jean-Simon Chaudron, son associé dans une société d'orfèvrerie, qui assure un trait d'union entre les réfugiés français de Saint-Domingue en Amérique, dont Stephen Girard fut probablement le premier.

Girard est considéré par les historiens de l'économie comme le 4e homme le plus riche de l'histoire des États-Unis à la fin de sa vie, (l'une des bases de calcul étant le rapport de sa fortune au PIB du pays à son époque) avec une fortune de 7,5 millions de dollar US (soit 1/150e du PNB américain). Il décide de léguer sa fortune aux œuvres caritatives de Philadelphie et de La Nouvelle-Orléans et fonde à Philadelphie le Girard College, un internat destiné à accueillir et à scolariser les orphelins de la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :