Stephen Chow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chow.

Stephen Chow

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Stephen Chow à Kuala Lumpur en 2008 pour la promotion de CJ7.

Nom de naissance Chow Sing-chi
Surnom Sing Jai
Naissance 22 juin 1962 (52 ans)
Flag of Hong Kong (1959-1997).svg Hong Kong
Nationalité Drapeau de Hong Kong Hongkongaise
Profession Acteur
Scénariste
Réalisateur
Producteur de cinéma
Films notables All for the Winner
Bons baisers de Pékin
Le Roi de la comédie
Shaolin Soccer
Crazy kung-fu

Stephen Chow, de son vrai nom Chow Sing-chi (chinois traditionnel : 周星馳 ; chinois simplifié : 周星驰; pinyin : Zhōu xīngchí), est un acteur, scénariste, réalisateur et producteur hongkongais né le 22 juin 1962 à Hong Kong. Il est également conseiller politique à la conférence consultative politique du peuple chinois.

Surnommé le « roi de la comédie », il est célèbre dans toute l'Asie et est le représentant emblématique de l'humour hongkongais apparu à partir des années 1970, connu sous le nom de mo lei tau (en) (« ça ne veut rien dire »), juxtaposition de parodie de thèmes chinois classiques, de kung-fu et de dialogues absurdes.

Lors d'un passage à Cannes à l'occasion du festival, il a affirmé être heureux de pouvoir se promener incognito en Europe, ce que lui interdit sa popularité en Asie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Hong Kong dans un milieu modeste, Stephen Chow a quatre frères et sœurs. Ses parents, originaires de Shanghai, divorcent à ses sept ans et sa mère assume les enfants toute seule. Il grandit en adorant Bruce Lee et en rêvant de devenir une grande vedette des films de kung-fu.

Après le lycée, il participe au 11e stage de formation d'acteurs de la Television Broadcast Limited (TVB). Il termine le stage et est employé à partir de 1983 comme animateur de l'émission pour enfants 430 Space Shuttle (en) avec Tony Leung. Il est assigné en 1987 à la division des séries TV et joue dans des dramas populaires tels que Justice of Life ou The Final Combat.

Il débute au cinéma en 1988 dans Final Justice de Parkman Wong, pour lequel il obtient le prix du meilleur rôle de soutien lors du gala des Taïwan Film Awards de 1989. Il participe ensuite à de nombreux films d'action, comme Dragon Fight de Hin Sing Tang et Tragic Heroes de John Woo.

C'est en 1990 avec le film All for the Winner (Du sheng) de Jeffrey Lau et Corey Yuen qu'il marque un tournant important dans sa carrière. Ce film est une parodie de God of Gamblers (Du shen : notez la ressemblance du titre original) avec Chow Yun-fat (qui fait d'ailleurs une apparition dans la parodie), dont l'humour est basé sur le visuel et l'absurde. Il collabore dans ce film pour la première fois avec Ng Man Tat (qui a aussi tourné dans God of Gamblers) qui deviendra son complice sur de nombreux tournages par la suite (au moins 27 films en 2006). All for the Winner rencontre un succès énorme au box-office et Stephen Chow et Ng Man-tat seront tous les deux nominés aux Hong Kong Film Awards 1991. C'est à partir de là que Stephen Chow fera de la comédie son genre de prédilection.

En 1991, Fight Back to School de Gordon Chan devient l'un des plus grands succès de l'histoire du cinéma hongkongais. Cette même année, Stephen Chow tourne dans pas moins de 8 films, dont une suite comique à La Fureur de vaincre de Bruce Lee : Fist of Fury 1991. La parodie est désormais la marque de fabrique de l'acteur, lequel a aussi joué une caricature de James Bond dans ses deux premiers films en tant que réalisateur : Bons baisers de Pékin (1994) et Forbidden City Cop (Daai laap mat taam 008 : notez le "008") (1996).

Mais Stephen Chow est très productif et continuera à tourner pour d'autres réalisateurs jusqu'en 1999. Entre 1996 et 2004, il a réalisé, scénarisé et produit quatre longs métrages qui furent tous d'immenses succès à Hong Kong, où il est considéré comme l'un des plus grands acteurs comiques. Shaolin Soccer (2001) sera son premier film à avoir été distribué sur les écrans français et sera suivi par Crazy kung-fu en 2004.

Sa productivité a fortement baissée ces dernières années, car Stephen Chow est de plus en plus exigeant avec lui-même. À la recherche de plus de naturel, il est aussi de plus en plus pointilleux au niveau technique. Le budget de Crazy kung-fu est ainsi estimé à plus de 20 millions de dollars. Ses films continuent en tout cas d'être accueillis chaleureusement par le public, qui attend que Stephen Chow reprenne son rôle de Sing dans la suite de Crazy kung-fu, prévue à Hong Kong initialement pour l'année 2010.

La production de Crazy kung-fu 2 a été retardé par la réalisation du film de science-fiction CJ7, et malgré d'insistantes rumeurs sur ce projet de suite tant attendu (et qui aurait pu se passer dans l'espace), Chow ne tourne rien pendant plus de quatre ans avant de finalement retourner derrière la caméra pour une nouvelle version du roi Singe, intitulée cette fois-ci Journey to the West: Conquering the Demons.

Le film, qui sort en février 2013 et est coréalisé par Derek Kwok, est un immense succès en salles en Chine, puisqu'en quelques jours seulement il remporte 120 millions de dollars et devient le plus gros succès de la carrière de l'acteur/cinéaste.

Si l'objectif du film était de concurrencer les productions hollywoodiennes qui envahissent de plus en plus le marché asiatique (cf. le carton d' Avengers), c'est donc réussi et Stephen Chow annonce dès mars 2013 la mise en chantier d'une suite, qui s'annonce comme beaucoup plus sombre que le premier opus.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]