Stefano Boeri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Stefano Boeri est né en 1956. Il est reconnu pour être à la fois architecte et éditeur.

Stefano Boeri-Stati Generali Expo 2015

En 2004, il devient directeur de la revue internationale Domus'. Puis en 2007, il est passé à la direction de la revue internationale d’architecture Abitare.

En parallèle, il tient son agence à Milan, Stefano Boeri Architetti, qui travaille principalement sur l’architecture et le projet urbain. Il organise également de nombreuses expositions.

Il enseigne, également actuellement, le design urbain à l’école polytechnique de Milan et il est un professeur invité à l’Université Harvard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Stefano Boeri est né en 1956 à Milan, où il vit toujours avec sa famille.

Après avoir étudié à l'école de grammaire de Milan, il obtient un diplôme en Langues de l'urbanisme et de droit d’images de l'administration urbaine.

De 1988 à 1991, Boeri commence à travailler dans le milieu universitaire à Milan et à l'Université IUAV de Venise. Il se consacre à sa thèse de doctorat. Il suit une réflexion sur les œuvres de Charles Aymonino, Gregotti, Aldo Rossi.

En 1992, Il reçoit sa première affectation académique de l'Université de Gênes. Il sera en collaboration avec Giancarlo De Carlo, comme chercheurs et planificateurs, appelés "A12" (Milan-Gênes).

Création d’un laboratoire de recherches[modifier | modifier le code]

En 2002, il s'installe à Venise avec un groupe de chercheurs, photographes, cinéastes et des géographes pour créer un organisme de recherche basé sur la multiplicité.

Après avoir quitté Venise, il devient professeur de planification urbaine au Politecnico à Milan.

Son organisme de recherche intéresse l’académie. Afin de concrétiser son développement, l’académie lui trouve refuge dans un laboratoire. Naîtra donc multiplicity.lab: un laboratoire au Service d'urbanisme de l'École polytechnique. Leur structure se présente comme un observatoire permanent sur la ville de Milan.

Avec l'agence multiplicité de recherche, Boeri a conçu des installations pour certaines des principales institutions de l'architecture et de l’art contemporain, telles que la Documenta de Kassel, Arc en Rêve à Bordeaux, La Triennale di Milano, la Biennale de Venise, le Kunstwerke à Berlin, le Musée d'Art Moderne de Paris, le général Fondation à Vienne, TN Probe galerie à Tokyo.

Multiplicity.lab favorise et réalise des recherches sur le processus de transformation de la condition urbaine contemporaine et des études sur les stratégies d'intervention qui entre en relation avec les acteurs et les protagonistes de cette transformation.

Ce qui caractérise multiplicity.lab est la capacité à collaborer avec un réseau de chercheurs, de praticiens et d'observateurs de différentes disciplines, à savoir l’architecture, l’urbanisme, la géographie, la sociologie, l’anthropologie, l’économie, l’art, la communication…

Boeri port un intérêt à la recherche pluridisciplinaire sur le terrain. Dans ses ri, cherche à décrire par son observation la dynamique du changement des faits urbains dans un temps réel.

Il élabore une série d’«atlas éclectique» sur la transformation urbaine. Ces atlas sont liés à la fois la région de Milan en milieu urbain (comme le volume en collaboration avec A. Lanzani et E. Marine, le paysage change, publié à Milan en 1993, et Chroniques de la vie, publié à Milan en 2007) ainsi que d'autres régions du territoire européen (voir le volume, publié en 2000 avec la collaboration de R. Koolhaas et S. M. Kwinter, le titre symbolique de mutations).

Multiplicity.lab crée en 2002 « USE uncertain states of Europe », une recherche approfondie et pluridisciplinaire de l'avenir de l'Europe, qui a donné naissance au volume Une journée dans une Europe en mutation (publié à Milan en 2003).

Boeri montre un engagement dans la conception et la construction par une approche d’observation et de réflexion, considéré non pas comme le raisonnement abstrait, mais des pensées surgissant à partir d'un regard attentif sur la réalité et le dialogue avec les acteurs impliqués.

L'enseignement de Boeri en Italie se rythme d'une série de cours et conférences. Il est un professeur invité dans plusieurs universités dans le monde entier, y compris le MIT, l'Université de Columbia, GSD de Harvard, l'Institut Berlage, l'EPFL, l'Université de Mendrisio.

Direction de revues[modifier | modifier le code]

De 2004 à 2007 il devient directeur de la revue «Domus». Puis en 2007, il passe à la direction de la revue «Abitare».

Dans ces transforme deux revues Boeri d'architecture plates-formes de médias par le biais d’un site web. Il est capable de présenter sa réflexion par des formats inhabituels tels que des romans, des bandes dessinées, des interviews, des événements. Il crée ainsi une force sociale et politique de l'architecture.

Stefano Boeri conçoit ses magazines pour et comme un dispositif de recherche devenant activateurs de manifestations culturelles (telles que circulaires Domus au Stade San Siro

Milan, en 2005 ou Festarch, le festival international organisé en 2007-2008, et à Cagliari programmé à Pérouse en 2011).

Un engagement national et international[modifier | modifier le code]

Stefano Boeri fonde sa première agence d’architecture en 1999, puis il s’associe aux architectes Gianandrea Barreca et Giovanni La Varra en 2008 Les domaines de leur structure est l'architecture, le design urbain et la planification urbaine. Le travail de l'entreprise s’oriente principalement vers la conception des bâtiments et des espaces ouverts en milieu urbain.

À partir de 1998 il développe et réalise de nombreux projets pour le traitement et la réutilisation des fronts de mer urbains et les marinas de l'Europe (Gênes, Naples, Trieste, Cagliari, Thessalonique, Mytilène) et une partie des villes historiques. À Naples, la ville a décidé d'élaborer un plan pour une relation piéton/port de manière à assurer un retour progressif au secteur riverain de la ville.

À l'étranger, le Studio Boeri est le développement de certaines interventions architecturales majeures, y compris le projet du Centre régional de Méditerranée à Marseille au bord de l'eau (La Villa), pour lequel des chantiers ont été lancés et seront ouvertes à l'occasion de «Marseille Capitale Européenne de la Culture" en 2013.

Selon Boeri, "la croissance des grands désastres environnementaux de la population, imparable, l'urbanisation extensive de la planète, la destruction de vastes ressources naturelles (Végétales et animales), en d'autres termes, le risque réel d'un cas de suicide réel, nous poussez maintenant à examiner la nécessité d'une pensée du monde pour faire face aux survie de l'humanité non seulement s'occuper des principes, des valeurs, des besoins de notre espèce, mais plutôt de les placer dans une plus large vision de l'avenir notre planète. "

La réhabilition de l’Arsenal de Maddalena[modifier | modifier le code]

L’agence de Stefano Boeri reconvertit l’arsenal de Maddalena de 2008 à 2009. Ce projet est une récupération et une requalification de l'ancien arsenal militaire sur l'île de La Maddalena, en Italie. Il comprend un hôtel, un centre de congrès, des bâtiments destinés à des conférences, deux espaces d'exposition et un grand quai commercial pouvant accueillir 700 bateaux.

Le projet final comptabilise plus de 155 000 m2 et a été développé en seulement 18 mois

Il est conçu comme le noyau central du sommet du G8 à La Maddalena, événement qui a récemment été déplacé vers la zone d’earthquaked de L'Aquila.

La salle de conférence est prisme de verre qui est suspendu à 6 mètres au-dessus de l'eau. Ce qui offre une vue panoramique extraordinaire de la Gallura..

Les arcades en granit traditionnel de la flotte automobile d'anciens militaires ont été transformées pour accueillir des espaces d'exposition commerciale, liée aux activités nautiques et touristiques. L'architecture de cette série d’arcades se caractérise par les 10 000 m2 de voile, suspendus à 10 mètres du sol et faisant office de toit.

L’ EX Wellness Centre au bunker, situé au cœur du port de plaisance accueille des activités récréatives et sportives.

Sur le côté nord de l'ancien arsenal, sur le quai, une petite zone est dédiée à un hôtel comptant une centaine de chambre, d’un spa et centre de wellness, d’une piscine, d’ un grand restaurant et d’une salle de conférence de 600 places.

Le port touristique a été conçu pour accueillir les visiteurs de l'embarcation. 700 places sont disponibles au sein du port d’une surface de 128 000 m2. La partie orientale du quai accueillera, en plus d'une série d'équipement commercial, un grand espace destiné à la maintenance nautique.

Le projet est reconnu aussi pour ses qualité de préservation durable avec une installation de systèmes d'échange de chaleur pour l'eau de mer destiné au chauffage et au refroidissement des bâtiments, des panneaux solaires pour la production d'eau chaude, et des surfaces de panneaux photovoltaïques produisant de l'énergie.

Le Bosco Vertical[modifier | modifier le code]

Le « bosco verticale » est un projet de près de 2 milliards d’euros intégré dans un projet de renouvellement urbain duquartier milanais de Porta Nuova à Milan, en Italie. conçu par le Studio Boeri. Il s'agit de deux tours hautes de 80 mètres et 112 mètres expérimentant une nouvelle forme d'intégration paysagère du bâti, souvent décrite par les architectes et les médias comme « forêt verticale ». Les deux tours ont été inaugurées en 2014[1].

Alors que la superficie mondiale de forêt continue à régresser, les architectes ont voulu compenser localement la perte d'arbres en installant l'équivalent d'une partie de la forêt perdue dans des parties non-habitées des deux tours.

C'est une première mondiale en termes d'écologie urbaine et un moyen nouveau d’intégrer l'arbre urbain et une certaine biodiversité dans les trois dimensions de l'architecture et de l'urbanisme. Le projet prévoyait de « planter » 480 essences d’arbres de hauteur moyenne à grande et 250 essences buissonnantes pour l'équivalent d’environ un hectare de forêt. Cette végétation nécessitera de l'eau, de l'entretien et des nutriments, mais contribuera dans la quartier à produire de l'oxygène et à épurer l'air (dans une ville connue pour sa pollution de l'air), dont en fixant voire en dégradant certaines particules polluantes, et tout en absorbant du dioxyde de carbone. Elle jouera également un rôle de climatisation en fournissant de l'ombre et un microclimat plus tempéré tout au long de l'année. Une certaine biodiversité devrait aussi s'installer dans cette forêt verticale (oiseaux, chauve-souris, insectes et autres invertébrés, ainsi que des lichens, mousses, champignon et épiphytes devraient se nourrir, s’abriter ou se reproduire dans ces arbres, plantes et leurs substrats.

La forme de la tour a été conçue pour offrir les avantages de la vie urbaine, tout en limitant l'étalement urbain et en offrant un environnement plus naturel (21.000 plantes environ étaient en place lors de la livraison du bâtiment) aux habitats et usagers de la tour (50 000 m2 de forêts).

Article détaillé : Bosco Verticale.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

  • Résidence à Seregno, en Italie, 2003-2009
  • RCS Headquerter, en Italie, 2008-2009
  • Ex Arsenal at Maddalena, en Italie, 2008-2009
  • Le bosco vertical, 2008-2013
  • Villa Méditerranée à Marseille 2012

Principales expositions[modifier | modifier le code]

  • Biennale de Venise
  • Milan Triennial
  • Nederlands Architectuur Instituut
  • Ifa-Institute Français d’Architecture
  • Arc en Rêve
  • Centre d’Architecture-Bordeaux
  • Tokyo Art Front Gallery

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une forêt verticale à Milan, brève de zegreenweb, publié 22 octobre 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]