Stefan Danailov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Stefan Danaïlov

Description de l'image  Stefan Danailov.jpg.
Nom de naissance Стефан Ламбов Данаилов
Naissance 9 décembre 1942
Sofia
Nationalité Drapeau de la Bulgarie Bulgarie

Stefan Lambov Danaïlov (en bulgare Стефан Ламбов Данаилов, translittération internationale Stefan Lambov Danailov) est un acteur bulgare qui s'est lancé plus tard dans une carrière politique et a été de 2005 à 2009 ministre de la culture du gouvernement de Sergej Stanišev. Il est membre du Parti socialiste bulgare (PSB).

Biographie[modifier | modifier le code]

Stefan Danaïlov est né le 9 décembre 1942 à Sofia. Enfant, il rêve de faire carrière dans la marine marchande, car la mer l'attire, bien qu'il n'ait pas le pied marin. Sa mère est originaire de Loveč, son père du village de Rajkovo dans les Rhodopes.

Sa première apparition à l'écran eut lieu en 1956, dans le film de fiction Les traces demeurent[1]. Pendant son service militaire, il envisage de poser sa candidature pour des études d'histoire, mais l'acteur Ivan Kondov (1925-2004), devenu entretemps le mari de sa sœur, lui conseille d'étudier à l'Institut supérieur d'art théâtral et cinématographique Krăsto Sarafov (VITIZ) de Sofia (aujourd'hui Académie nationale d'art théâtral et cinématographique Krăsto Sarafov, NATFIZ).

En 1963, il est admis dans la classe d'art dramatique du professeur Stefan Sărčadžiev (1912-1965). Après sa mort, Danailov étudie auprès du metteur en scène Metodi Andonov (1932-1974) et du professeur Anastas Mihajlov. Après la fin de ses études en 1966, il commence à travailler au Théâtre N. O. Masalitinov de Plovdiv.

Il joua ses premiers rôles cinématographiques dans les films Lundi matin, La Mer (1967) et Parfumé aux amandes (1967). Sa participation au film Premier messager (1968), dans le rôle d'Ivan Zagubanski, accroît encore sa popularité, consacrée par la série télévisée À chaque kilomètre (1969). Dans le rôle du major Dejanov, il reste dans le souvenir d'un très large public en Bulgarie. Entre la première et la deuxième époque de la série, il joue dans les films Le Prince (1970) et Les Anges noirs (1970).

Avec le président Georgi Părvanov au festival folklorique de Rožеn, 2006

Peu après, il abandonne le théâtre pour se consacrer entièrement au cinéma. Cependant, en 1973, il revient sur la scène théâtrale, pour rejoindre la troupe du Théâtre de l'armée bulgare, et, à partir de 1979, il entre au Théâtre national Ivan Vazov, tout en continuant à tourner dans des productions cinématographiques et télévisées.

Après le rôle du major Dejanov, le jeune premier Danailov interprète de nombreux autres rôles qui restent dans toutes les mémoires bulgares. Conscient du caractère éphémère et trompeur des succès rapides, il cherche en quelque sorte une compensation dans l'interprétation des personnages les plus divers, exigeant une grande présence scénique. Le film de Nikola Korabov Ivan Kondarev (1974) constitue l'une de ses meilleures performances à l'écran.

Après la démission de Todor Jivkov le 10 novembre 1989, il continue à s'affirmer, sur la scène comme à l'écran. La première de Lorenzaccio connaît un succès phénoménal, et sa participation à la série italienne La Mafia, dans laquelle il joue aux côtés de Michele Placido, le fait connaître également à l'étranger.

En 1994, il est cofondateur de la fondation Avanscena et depuis 1996, il est président de l'Institut international du théâtre de la Méditerranée (IITM)[2].

Il a participé à plus de 80 films et s'est vu décerner un grand nombre de prix dans des festivals bulgares de théâtre et de cinéma. Ainsi, il a été lauréat en 1969 du prix du festival du cinéma bulgare de Varna du meilleur rôle masculin pour Le Prince et Les Anges noirs. En Tchécoslovaquie, il s'est vu décerner le titre d'acteur le plus populaire de l'année 1976.

Depuis 1988, il enseigne l'art dramatique à l'Académie nationale d'art théâtral et cinématographique Krăsto Sarafov (NATFIZ), avec le titre de maître de conférences (доцент) à partir de 1996, puis de professeur à partir de 1999.

Le professeur Danaïlov est chevalier de la plus haute décoration décernée pour des contributions à la culture bulgare, l'ordre de Stara Planina, et, en 2002, le Ministère de la culture bulgare lui a décerné le prix Païssiï de Hilendar pour sa contribution exceptionnelle à la culture bulgare.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Stefan Danaïlov a été membre du Parti communiste bulgare (PCB). Il a été secrétaire du parti au Théâtre national Ivan Vazov.

Il a été délégué aux 44e (2000)[3], 45e (avril 2005)[4] et 46e (décembre 2005)[5] congrès du PSB

Du 17 août 2005 au 27 juillet 2009, il a été Ministre de la culture de la République de Bulgarie dans le gouvernement de Sergej Stanišev.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Les Traces demeurent (Следите остават) — 1956
  • L'inspecteur et la nuit (Инспекторът и нощта) — 1963
  • Sentiers tranquilles (Мълчаливите пътеки) — 1967
  • La Mer (Морето) — 1967
  • Parfumé aux amandes (С дъх на бадеми) — 1967
  • Le Premier messager (Първият куриер) — 1968
  • À chaque kilomètre (На всеки километър) — major Dejanov dans la série télévisée (Mosfilm, Bulgarie) — 1969
  • Le Prince (Князът) — 1970
  • Les Anges noirs (Черните ангели) — 1970
  • Il n'y a rien de plus beau que le mauvais temps (Няма нищо по-хубаво от лошото време) — 1971
  • À chaque kilomètre - II (На всеки километър - II) — major Dejanov dans la série télévisée (Mosfilm, Bulgarie) — 1971
  • Affection (Обич) — 1972
  • Nona (Нона) — 1973
  • Ivan Kondarev (Иван Кондарев) — 1974
  • Maisons sans palissade (Къщи без огради) — 1974;
  • Reflet sur la Drave (Зарево над Драва) — 1974
  • Vie et mort (На живот и смърт) — 1974
  • Les Noces de Joan Asen (Сватбите на Йоан Асен) — 1975;
  • Frérot - Živko Georgiev (Братушка — Живко Георгиев) (Mosfilm, Bulgarie) — 1975
  • La Faute (Вината) — 1976
  • Les Cinq de RMS (Петимата от РМС) — 1977
  • Julia Vrevskaja (Юлия Вревская) — Karavelov dans le film sur la comtesse russe Julia Vrevska, héroïne de la Guerre russo-turque de 1877-1878 (Mosfilm, Bulgarie) — 1977
  • Ne meurs que dans le pire des cas (Умирай само в краен случай) — 1978
  • Circulation en sens inverse (Насрещно движение) — 1978
  • Une chose issue du néant (От нищо нещо) — 1979
  • Choix des dames (Дами канят) — 1980
  • Le Sang demeure (Кръвта остава) — 1980
  • La Reine de Tărnovo (Търновската царица) — 1981
  • Soleil d'automne (Есенно слънце) — 1982
  • 24 heures de pluie (24 часа дъжд) - 1982
  • Cristaux (Кристали) — 1982
  • Boris Ier (Борис I) — 1985
  • Manœuvres au cinquième étage (Маневри на петия етаж) — 1985
  • Les Convois de la mort (Ешелоните) — 1986 (film sur le sauvetage des juifs bulgares pendant la Seconde Guerre mondiale)
  • Trois Maries et Ivan (Три Марии и Иван) — 1986
  • Rêveurs (Мечтатели) — 1987
  • Le Grand jeu (russe : Большая игра, bulgare : Голямата игра) - mini-série policière télévisée (Mosfilm, Bulgarie) — 1988
  • Lundi matin (Понеделник сутрин) — 1988
  • Le Carnaval (Карнавалът) — 1990
  • Vis dangereusement ! (Живей опасно) — 1990
  • La cible rouge ('Червената мишена) — (USA, Bulgarie) — 1991
  • La Conspiration de Berlin (titre bulgare : Берлинската конспирация, titre original : The Berlin Conspiracy) — (USA, réalisateur Terence H. Winkless) — 1991
  • Je veux l'Amérique (Искам Америка) — 1991
  • Crise au Kremlin (titre bulgare : Криза в Кремъл, titre original : Crisis in the Kremlin) — (USA) — 1992
  • La Mafia 7 (titre original : La Piovra 7, titre bulgare : Октопод 7) — rôle de Don Nuzzo Mariano dans la série télévisée (Italie, Bulgarie) — 1994
  • Le Retour de Don Quichotte (titre russe : Дон Кихот возвращается, titre bulgare : Дон Кихот се завръща) — (Mosfilm, Bulgarie) — 1996
  • Racket (Рекет) — Vincenzo Grumo dans la série télévisée (Italie, Bulgarie) — 1997
  • Mort d'une fille honnête (titre original : Morte di una ragazza perbene, titre bulgare : Смъртта на едно порядъчно момиче) — (Italie, Bulgarie) — 1998
  • Mouche espagnole (Испанска муха) — 1998
  • Après la fin du monde (След края на света) — 1998
  • Cas de conscience (titre original : Un caso di coscienza, titre bulgare : Дело по съвест) — (Italie, Bulgarie) — 2001
  • Vercingétorix — (France, Bulgarie) — 2002
  • Pardonne-nous (Прости нам) — 2003.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (bg) (Следите остават)
  2. Voir la présentation ici : [1]
  3. 44-тият конгрес на БСП — резултати и очаквания
  4. в-к Дума: 45 конгрес на БСП
  5. НетИнфо за 46-тия конгрес на БСП

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :