Stefan Berger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Stefan Heinrich Berger (né en 1964 à Langenfeld) est un historien allemand. Professeur d'histoire moderne, il est spécialisé dans l'étude du nationalisme, des questions d'identité nationale, de l'histoire du travail et dans l'historiographie.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1985 à 1987, il étudie l'histoire, la science politique et la littérature allemande à l'université de Cologne. Il y apprend également l'italien. De 1987 à 1990, il prépare puis passe sa thèse à l'université d'Oxford. Il travaille en tant que conférencier en histoire moderne européenne à l'université de Plymouth de 1990 à 1991, puis à l'université du Pays de Galles entre 1991 et 2000. De 2000 à 2005, il devient professeur d'histoire moderne à l'université de Glamorgan. De 2005 à 2011, il intègre l'université de Manchester comme professeur d'histoire moderne allemande et d'histoire européenne comparée. Il y est également directeur du Jean Monnet Centre of Excellence à l'université de Manchester[1]. Enfin en 2011, il rejoint l'université de Bochum pour y prendre la chaire d'histoire sociale[2].

Le champ d'étude de Berger se concentre sur la nationalisation de l'écriture de l'histoire au cours du XIXe siècle et dans la première partie du XXe siècle[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (en) The Search for Normality: National Identity and Historical Consciousness in Germany since 1800 (ISBN 1-57181-620-8, lire en ligne)
  • (en) Angel Smith, Nationalism, Labour and Ethnicity 1870-1939,‎ 1999 (lire en ligne)
  • (en) « A Return to the National Paradigm? National History Writing in Germany, Italy, France, and Britain from 1945 to the Present », The Journal of Modern History, vol. 77, no 3,‎ septembre 2005
  • (en) Writing the Nation: a global perspective,‎ 2007 (lire en ligne)
  • (en) Chris Lorenz, The Contested Nation: ethnicity, class, religion and gender in national histories,‎ 2008
  • (en) Linas Eriksonas et Andrew Mycock, Narrating the Nation: representations in history, media, and the arts,‎ 2008 (lire en ligne)
  • (en) Chris Lorenz, Nationalizing of the Past,‎ 2010
  • (en) Friendly Enemies: Britain and the GDR, 1949-1990,‎ 2010

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Prof. Stefan Berger », sur ESF NHIST programme homepage (consulté le 8 décembre 2013)
  2. (de) « Werdegang », sur université de Bochum (consulté le 8 décembre 2013)
  3. (en) « Writing the Nation - A Global Perspective (Stefan Berger) », sur European Science Foundation (consulté le 8 décembre 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]