Station fantôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Martin, une station fantôme dans le métro parisien.

Une station fantôme est une station de réseau métropolitain abandonnée ou désaffectée.

Historique[modifier | modifier le code]

Le nom de « station fantôme » fait référence au mot allemand Geisterbahnhöfe dont il est une traduction, terme à l'origine utilisé pour décrire certaines stations du réseau de métro de Berlin (l'U-Bahn et S-Bahn) fermées pendant la période de la division de Berlin pendant la Guerre froide.

En août 1961 la République démocratique allemande construit le mur de Berlin, en coupant la liberté de mouvement entre l'Est et Berlin-Ouest. En conséquence, le transport en commun a également été divisé en deux. Certaines lignes, divisées entre les deux juridictions, desservaient uniquement les stations de leur zone. Le nom de Geisterbahnhöfe vient des Occidentaux qui regardaient passer par les fenêtres ces stations désertes. Toutefois, le terme n'a jamais été officiel, des cartes de métro de l'Ouest de Berlin de l'époque qualifiaient ces stations de « Bahnhöfe, auf die Denen Züge nicht halten » — « stations où les trains ne s'arrêtent pas. »

Liste de stations fantôme[modifier | modifier le code]

Métros anglais[modifier | modifier le code]

Métro londonien[modifier | modifier le code]

Métros allemands[modifier | modifier le code]

Métros américains[modifier | modifier le code]

  • Neuf stations du métro de New York, ainsi que deux autres stations sur le système PATH
  • Franklin Square et Spring Garden à Philadelphia
  • Sept stations à Chicago
  • la station Eureka à San Francisco
  • Subway Terminal à Los Angeles
  • la station Knox-Henderson à Dallas
  • la station Bicentennial Park à Miami
  • la station Harvard-Holyoke près de Boston (en usage de janvier 1981 à août 1983)
  • Une partie de la station Gateway Center au vieux Pittsburgh
  • la station Michigan Central à Détroit

Métros belges[modifier | modifier le code]

Métros brésiliens[modifier | modifier le code]

Métros canadiens[modifier | modifier le code]

  • Lower Bay (métro de Toronto)
  • Lower Queen (métro de Toronto), suite à l'abandon du projet de la ligne de métro sous Queen Street.
  • Municipal Building (métro de Calgary)

Métros chinois[modifier | modifier le code]

Métro de Pékin[modifier | modifier le code]

  • Fushouling

Métro de Hong kong[modifier | modifier le code]

  • station Rumsey

Métros danois[modifier | modifier le code]

  • station Ellebjerg (métro de Køgebugtbanen)

Métros espagnols[modifier | modifier le code]

  • stations Chamberí et Arroyo del Fresno (métro de Madrid)

Métros finlandais[modifier | modifier le code]

Métros français[modifier | modifier le code]

Métro parisien[modifier | modifier le code]

Métros nord-coréen[modifier | modifier le code]

  • station Kwangmyŏng (métro de Pyongyang), fermé depuis 1995 lorsque le mausolée de Kim Il-Sung a été ouvert au-dessus de cette station

Métros norvégiens[modifier | modifier le code]

  • Valkyrie plass (métro d'Oslo)
  • Volvat (métro d'oslo)
  • Elisenberg (tunnel d'Oslo)

Métros russes[modifier | modifier le code]

  • Stadion Spartak (métro de Moscou)
  • Vystavochnaya (métro de Moscou)
  • Pervomayskaya et Kaluzhskaya (métro de Moscou)
  • Park Pobedy (métro de Moscou)
  • Dachnoye (métro de Saint-Pétersbourg)

Métros sud-coréens[modifier | modifier le code]

  • station Jeungsan (métro de Busan)
  • station Magongnaru (métro de Séoul)
  • station Magok (métro de Séoul), anciennement fermée pour une durée indéfinie en raison d'un nombre faible d'usagers, récemment rénovée et rouverte

Métros suédois[modifier | modifier le code]

  • Kymlinge (métro de Stockholm)
  • Rannebergen (Gothenburg)

Métros ukrainiens[modifier | modifier le code]

  • Lvivska Brama (métro de Kiev)

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :