Station Princesse-Élisabeth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Station Princesse-Élisabeth
Image illustrative de l'article Station Princesse-Élisabeth
Présentation de la base au public à Bruxelles

Coordonnées 71° 57′ S 23° 20′ E / -71.95, 23.33 ()71° 57′ Sud 23° 20′ Est / -71.95, 23.33 ()  
Pays Belgique
Altitude 1 300 m
Création 15 février 2009
Effectif max. 20

Géolocalisation sur la carte : Antarctique

(Voir situation sur carte : Antarctique)
Station Princesse-Élisabeth

La station antarctique Princesse-Élisabeth[1] est une base scientifique belge en Antarctique, construite lors de l'Année polaire internationale 2007-2008, et parachevée en 2008-2009. Elle remplace la base Roi-Baudouin abandonnée en 1968 par manque de budget.

La station est inaugurée le 15 février 2009[2].

Genèse d'un projet unique en son genre[modifier | modifier le code]

C'est l'expédition belge du commandant Adrien de Gerlache sur la Belgica, navire équipé de moyens de recherches scientifiques, qui, au cours du premier hivernage sur la banquise du pôle sud, inaugura, à la fin du 19e siècle, l'ère des études modernes dans cette région, au contraire des expéditions qui étaient montées par d'autres pays, à cette époque, dans des buts de performance nationale motivée par la rivalité dans la conquête des pôles.

Au 20e siècle, l'exploration et les recherches polaires belges continuent à la base Roi-Baudouin, grâce au fils du commandant de Gerlache, notamment lors de l'année géophysique internationale 1957. Les recherches se poursuivent ensuite, d'abord sous la direction du commandant Bastin, puis en collaboration avec le personnel scientifique appartenant aux bases d'autres pays. Ce n'est enfin qu'après une interruption de plusieurs années que les Belges reviennent en Antarctique, lors de l'année polaire internationale 2007-2008 qui coïncide avec le cinquantième anniversaire de la construction de la base Roi-Baudouin. C'est à la suite de la traversée de l'Antarctique effectué à pied avec assistance d'une voile par Alain Hubert avec l'explorateur et sportif professionnel belge Dixie Dansercoer que le projet de la station voit le jour.

Un projet écologique[modifier | modifier le code]

Il est donc décidé à l'initiative de la Fondation polaire internationale, sous l'impulsion de l'explorateur Alain Hubert et avec le soutien de la Fondation Roi Baudouin, de construire, non loin de l'ancienne base Roi-Baudouin, une nouvelle base scientifique suivant le principe écologique de l'énergie renouvelable, principe inédit dans le domaine des bases polaires. Alors que celles-ci sont toujours grosses consommatrices de carburant, la nouvelle base ne devra consommer que 20 % d'énergie non renouvelable[3].

La maquette de la station Princesse-Élisabeth est présentée par Alain Hubert du 25 juillet au 16 septembre 2007 dans le salon bleu du palais royal de Bruxelles. La reine Paola, le prince Philippe, les princesses Mathilde et Élisabeth, le ministre fédéral de la Politique scientifique Marc Verwilghen et la famille d'Adrien et Gaston de Gerlache de Gomery participent à cette inauguration.

La base, assemblée à l'essai dans le hangar principal de l’ancienne gare maritime de Tour et Taxis, y est inaugurée officiellement le 5 septembre 2007 et est ensuite présentée au public durant quatre jours avant d’être démontée et conditionnée en conteneurs à destination de l’Antarctique.

Une exposition installée à côté de la base démontre la conception écologique du projet qui respecte le principe du développement durable fondé sur l'utilisation des énergies renouvelables, l'objectif principal étant de relever le défi climatique. C'est la première base polaire fonctionnant sur ce principe.

Localisation[modifier | modifier le code]

La barre rocheuse (ou nunatak) sur laquelle est installée la station (71°57' Sud - 23°20' Est), est située à Utsteinen dans la Terre de la Reine-Maud, à 1 400 m d’altitude et à 180 km de la côte, dans la zone inhabitée de 1 500 km qui sépare la station japonaise de Syowa de son homologue russe de Novolazarevskaya. Les coordonnées sur Google Maps sont (-71.949933,23.346879).

Financement[modifier | modifier le code]

Le coût de la construction de la base a été estimé au départ à 6,4 millions d'euros dont 2 millions devaient provenir du gouvernement belge.

Le ministère fédéral de la Politique scientifique belge a octroyé, pour 2008 et 2009, 3 millions d'euros et un complément de 6 millions d'euros également de 2006 à 2010 pour les programmes de recherche.

Les autres apports de financement viennent de bailleurs de fonds privés ainsi que de dons. La Monnaie royale de Belgique doit émettre une pièce spéciale dont les recettes financeront également le projet.

En fin de compte, la construction, le transport et l'équipement de la station auront coûté près de 22 millions d'euros ce qui représente plus de trois fois le budget initial. La participation du gouvernement fédéral belge est de 8 millions d'euros répartis entre la Politique scientifique (6 millions), la Loterie nationale (1,5 million) et les Affaires étrangères (0,5 million), le reste provenant de différents mécènes.

La gestion de la station est assurée par un organisme réunissant représentants des pouvoirs publics et de la Fondation polaire internationale et doté d'un budget annuel de 1,5 million d'euros[4].

Particularité de la station[modifier | modifier le code]

La base est ancrée sur un éperon rocheux, et repose sur un système de pilotis. L'avant se situe à 5 mètres du sol, l'arrière à 2 mètres. Sa superficie totale est de 400 m2 (pour le bâtiment principal, auquel il faut ajouter 2 000 m2 pour les espaces techniques au pied de la base), et sa masse de 200 tonnes. Lors des périodes d'occupation, sa température moyenne se situera entre 18 et 20 °C.

Une station « zéro émission »[modifier | modifier le code]

Montage de la charpente.
Coupe de la paroi extérieure.

La nouvelle station, unique par sa conception et son fonctionnement, est la première à avoir l'ambition d'utiliser exclusivement les énergies renouvelables grâce à l'énergie solaire fournie par des panneaux photos-voltaïques et des panneaux thermiques avec le complément de neuf éoliennes. D'autre part, la station recycle entièrement tous ses déchets. Les matériaux et les technologies choisis respectent les principes de l’écoconstruction afin de réduire l’impact environnemental de l’implantation de la base[5].

Cette station est réalisée entièrement en structure bois, avec un matériau isolant provenant de Suisse, recouverte d'inox. Cette station est le fruit d'un travail d'ingénierie mené par l’International Polar Foundation[6] et ses partenaires[7].

La paroi extérieure est constituée de deux cloisons de sapin reliée par des tiges en bois de hêtre, isolées par une épaisse couche de polystyrène expansé.

De par sa conception, les besoins énergétiques de la base ne représentent que 20 % de ceux d'une station antarctique classique de taille comparable. Ces besoins pourront à terme être couverts à l'aide d'énergies renouvelables. Sur le toit de la station, 20 m2 de panneaux solaires thermiques sont installés. Sur les flancs, où les fenêtres n'occupent qu'une surface limitée, sont placés 300 m2 de panneaux photovoltaïques, pouvant fournir 35 kW. L'énergie électrique, stockée dans une série de batteries installée au cœur de la station, est fournie par huit éoliennes, dont les turbines ont une puissance de 6 kW chacune[8][réf. insuffisante]. Le complément d'énergie est néanmoins fourni par des groupes électrogènes diesel.

L'acheminement du personnel et des denrées périssables se fait par voie aérienne depuis Le Cap en Iliouchine Il-76 jusqu'à Troll ou Novolazarevskaya, puis en Basler BT-67[9]. Le reste des denrées, l'équipement et matériaux, ainsi que les combustibles et carburants sont acheminés par bateau — notamment le Mary Arctica de la Royal Arctic Line — depuis la Belgique ou l'Afrique du Sud jusqu'à Crown Bay, puis en dameuse Prinoth sur presque 200 kilomètres jusqu'à Utsteinen[10].

Missions[modifier | modifier le code]

La station, qui peut héberger vingt personnes durant quatre mois (de novembre à février), est ouverte aux scientifiques des pays d'Europe et d'autres continents, dont des scientifiques japonais. Son programme est coordonné par le service public fédéral belge de politique scientifique (BELSPO).

La première saison de recherche a eu lieu pendant l'été austral, de novembre 2009 à février 2010. La recherche entreprise a porté sur de multiples domaines, entre autres la météorologie, la sismologie, la glaciologie, le magnétisme terrestre et l'étude des changements climatiques.

Du 3 décembre 2012 au 12 février 2013, une mission des universités de Bruxelles ULB et VUB menées conjointement avec des scientifiques japonais prend la base comme point de départ de raids sur la banquise menés en ski-doo dans le but de récolter des météorites issus de la Lune et de Mars. C'est ainsi qu'une météorite pesant 18 kg de type chondrite a été découverte en janvier, cette mission s'inscrivant dans le cadre d'un programme international[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom en anglais Princess Elisabeth Station est souvent utilisé en Belgique pour des raisons de neutralité linguistique.
  2. La station Princess Élisabeth inaugurée, Le Soir, 15 février 2009
  3. Interview d'Alain Hubert, Première chaîne de Radio-Canada, 16 février 2013.
  4. Pôle Sud, pôle belge, La Libre Belgique, 14 février 2009
  5. Inauguration Station Élisabeth : une station « zéro émission », La Libre Belgique, 12 février 2009
  6. (en) Site de l’International Polar Foundation
  7. (en) Partners of the Station
  8. Le Soir 14 février 2009
  9. (en) Live from Antarctica: On arriving at Utsteinen
  10. (en) An Interview with Didier Goetghebeur
  11. Le Soir, 27-01-2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Tefnin ; Brigitte Gerard, « Pierre Van Hoye. Un enseignant au pays de l'or blanc », in: Entrées libres, no 27, mars 2008, p. 8-9.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]