Statfjord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statfjord
Image illustrative de l'article Statfjord
La plate-forme pétrolière Statfjord A en 1982
Présentation
Coordonnées 61° 15′ 20″ N 1° 51′ 14″ E / 61.2556, 1.8538961° 15′ 20″ Nord 1° 51′ 14″ Est / 61.2556, 1.85389  
Pays Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Région Mer du Nord
En mer / sur terre en mer
Exploitant Statoil (44,34 %)
Co-exploitants Centrica (34,29 %), ExxonMobil (21,37 %)
Site internet www.statoil.com
Historique
Découverte 1974
Début de la production 24 novembre 1979
Arrêt de la production 2025 (estimation)
Pic de production de pétrole 16 janvier 1987
Caractéristiques (2013)
Réserves de pétrole totales estimées 570,4 millions Sm3
Réserves de gaz totales estimées 77,4 milliards Sm3
Production actuelle de pétrole 23 000 barils par jour
Production actuelle de gaz 1,05 milliards Sm3 par an
Réserves exploitables restantes de pétrole 4,3 millions Sm3
Réserves exploitables restantes de gaz 11,4 milliards Sm3
Formation géologique Jurassique

Géolocalisation sur la carte : mer du Nord

(Voir situation sur carte : mer du Nord)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Point carte.svg
Sources
Statoil [1]
Norwegian Petroleum Directorate [2]

Statfjord est le plus grand gisement pétrolier de la mer du Nord. Situé dans la région de Tampen (où se trouvent la plupart des grands gisements européens), il fut découvert en 1974 par Mobil et mis en production en 1979 avec une première plate-forme.

Le gisement[modifier | modifier le code]

Le gisement, en partie du côté britannique, la production était partagée sur la base de 85 % pour la Norvège et de 15 % pour le Royaume-Uni. Deux autres plates-formes entrèrent en service en 1982 et 1985. La plateforme Statfjord B (250 000 tonnes) a été à l'époque l'objet le plus lourd jamais déplacé par l'homme[3]. En 1987, le gisement est racheté par Statoil et, la même année, il atteint le record absolu de production journalière pour un gisement d’Europe (hors Russie), avec 850 204 barils le 16 janvier 1987. Les plus grands gisements européens actuels produisent moins du tiers de cette valeur et sont tous en déclin, il semble donc impossible que ce record soit dépassé un jour.

Depuis 2006, Statfjord est pratiquement épuisé, produisant moins du dixième de son record historique. Il est estimé que le gisement contenait initialement 5,22 Gbbls de pétrole. Environ 3,5 milliards de barils ont déjà été extrait, et quelques dizaines de millions devraient encore être produits, le taux de récupération final sera de près de 70 % du pétrole initialement en place, ce qui est tout à fait exceptionnel, même en mer du Nord.

D’importantes modifications sont en cours sur l’infrastructure du gisement. Maintenant qu’il n’y a presque plus de pétrole récupérable, Statoil a effet décidé de focaliser ses efforts sur l’extraction du gaz. Ainsi, le gisement devrait encore être exploité en 2020. Des petits gisements satellites ont été rattachés aux plates-formes construites pour lui, mais sont également largement épuisés maintenant.

Les plateformes[modifier | modifier le code]

Statfjord A[modifier | modifier le code]

La première des 3 plateformes a été mise en service le 24 novembre 1979. La partie supérieure représente 41 500 tonnes, la hauteur totale est de 270 mètres, et elle peut accueillir 206 personnes[4].

Statfjord B[modifier | modifier le code]

La deuxième des 3 plateformes a été mise en service le 5 novembre 1982. La partie supérieure représente 42 500 tonnes, la hauteur totale est de 271 mètres, et elle peut accueillir 228 personnes[4].

Statfjord C[modifier | modifier le code]

La troisième plateforme a été mise en service le 26 juin 1985. La partie supérieure représente 50 000 tonnes, la hauteur totale est de 290 mètres, et elle peut accueillir 345 personnes[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Statoil, « The Statfjord area », sur www.statoil.com,‎ 28 décembre 2013 (consulté le 14 septembre 2014).
  2. (en) Norwegian Petroleum Directorate, « Statfjord », sur www.npd.no,‎ 25 avril 2013 (consulté le 14 septembre 2014).
  3. 12 clés pour la géologie, Claude Allègre, Ed. Belin, p.103 (ISBN 978-2701-110882)
  4. a, b et c http://www.statoil.com/en/ouroperations/explorationprod/ncs/statfjord/pages/default.aspx

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]