State Security Service

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

9° 04′ 27″ N 7° 30′ 35″ E / 9.07416667, 7.50972222 Le State Security Service (en français Service de la Sécurité d'État) est un service de renseignement du Nigeria.


Histoire[modifier | modifier le code]

Le SSS est un de trois services de renseignement du Nigéria qui ont été fondés comme successeurs de la Nigerian Security Organisation (NSO) en juin 1986. La dissolution du SSS était une promesse électorale du nouveau président Ibrahim Babangida. Cette promesse n'a pas été tenue mais l'interdiction des groupes radicaux comme la National Association of Nigerian Students et les exécutions publiques ont été temporairement suspendus.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le siège principal du SSS se trouve à Abuja, la capitale du Nigéria. Le directeur général du SSS est le colonel Kayode Are.

Critiques et respect des droits de l'Homme[modifier | modifier le code]

Le SSS est montré du doigt par des organisations non gouvernementales comme Amnesty International et Reporters sans frontières pour son respect limité des droits de l'homme et des libertés publiques et cela depuis les années 1990. Des faits d'atteinte à la liberté de la presse ont été relevé à l'encontre du SSS comme l'interdiction du magazine Newswatch pour six mois en 1988, la fouille des locaux de la station de radio privée Rhythm 93.7 FM à Port Harcourt en mars 2006 ou encore l'incarcération arbitraire de journalistes. D'autres faits portant cette fois atteinte aux droits politiques (interdiction de partis politiques, arrestation et détention arbitraire d'opposants ou de défenseurs des droits de l'homme), à la liberté d'association (interdiction de l'Union des étudiants) ou à la liberté de réunion (interdiction d'assemblées publiques) ont également été relevés. En outre des évènements importants dans l'histoire du Nigéria comme la mort du dictateur militaire Sani Abacha ont "stimulés" la répression et ont provoqués l'interdiction de journaux et de groupes d'opposition.

Source[modifier | modifier le code]

article allemand