Starve the beast

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Starve the beast (que l'on pourrait traduire en français par « affamer la bête »), ou choke the beast, est une expression politique et une théorie conservatrice américaine visant à créer volontairement un déficit public, au moyen d'allègements fiscaux et de politiques de réductions d'impôts, afin de forcer ensuite l'État à faire des coupes budgétaires, réduire ses engagements dans certains secteurs tels que l'assurance-santé, la sécurité sociale ou l'éducation.

Origines[modifier | modifier le code]

Selon Bruce Bartlett (en), historien, économiste et ancien conseiller politique du président américain Ronald Reagan, cette stratégie, consistant à effectuer des réductions d'impôts avant de réduire les dépenses de l'État, est apparue dans les années 1970[1]. Exprimée et théorisée par des personnalités telles que l'économiste Alan Greenspan[1], elle devient populaire au sein du camp républicain à la fin des années 1970, et Ronald Reagan s'en fait l'un des défenseurs à partir de 1981, lorsqu'il met en place, sous sa présidence, la politique d'allègement d'impôts connue sous le nom de Economic Recovery Tax Act of 1981 (en)[1].

La politique d'allègements d'impôts mise en place en 2001 et en 2003 par le président américain George W. Bush, connue sous le nom de Bush tax cuts (en), en est également un exemple.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Bruce Bartlett, « Tax Cuts And « Starving The Beast » », Forbes,‎ 7 mai 2007 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]