Stari Most

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quartier du Vieux pont de la vieille ville de Mostar *
Patrimoine mondial de l'UNESCO
Mostar-StariMost.JPG
Coordonnées 43° 20′ 13″ N 17° 48′ 53″ E / 43.3370829, 17.8147978 ()43° 20′ 13″ Nord 17° 48′ 53″ Est / 43.3370829, 17.8147978 ()  
Pays Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine
Subdivision Mostar, canton d'Herzégovine-Neretva
Type Culturel
Critères (vi)
Numéro
d’identification
946
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 2005 (29e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le Stari Most (« le vieux pont » en bosnien) de Mostar est un pont du XVIe siècle qui relie les deux parties de cette ville de Bosnie-Herzégovine (Fédération de Bosnie-et-Herzégovine). Il permet de passer d’une rive à l’autre de la rivière Neretva.

Le Stari Most photographié dans les années 1970.

Description et histoire[modifier | modifier le code]

Le Vieux Pont de Mostar fut construit en 1565 par l’architecte Mimar Hajrudin, élève de l’architecte ottoman Sinan. Il est constitué d'une seule arche en dos-d'âne de 27 m de portée, 4 m de largeur et 29 m de longueur. Il domine la rivière Neretva d’une hauteur de 29 mètres, parfois plus à cause de la centrale hydro-électrique située sur la rivière. Deux tours fortifiées le protégeaient : la tour Helebija sur la rive droite et la tour Tara sur la rive gauche, toutes deux datant du XVIIe siècle. L'architecture de ce pont en dos d’âne, la technique utilisée à l'époque de sa construction, est surprenante, lui conférant une grande solidité. Elle était telle qu'il a résisté pendant des siècles à tous les conflits, sauf le dernier. Pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine, en 1993, les Croates et Bosniaques s’affrontèrent pendant un peu moins d’un an à Mostar. Le pont fut détruit par les forces croates du HVO le pour interrompre les passages bosniaques.

Il a été reconstruit sous l’égide de l'UNESCO. Les 1 088 pierres ont été taillées selon les techniques originelles. La reconstruction a coûté 12,5 millions $ [1] et a été financée par la Banque mondiale (par l'IDA) $ 4 millions et des gouvernements locaux 2 millions $, Italie 3 millions $, Pays-Bas 2 millions $, Croatie 0,5 millions $ et Banque de développement du Conseil de l'Europe 1 million $. Son inauguration le vendredi a été placée sous le signe de la réconciliation des deux communautés bosniaque et croate, même si des rancœurs et des suspicions restent perceptibles.

Le Stari Most et son quartier dans la vieille ville de Mostar ont été classés au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2005.

Galerie[modifier | modifier le code]

Le Vieux pont de Mostar en 1974 (1).
Le Vieux Pont de Mostar en 1974 (2).
Le Vieux Pont de Mostar en 1974 (3).
Le Vieux Pont de Mostar en 1974 (4).
Le Vieux Pont de Mostar en 1974 (5).

Anecdote[modifier | modifier le code]

Dans l'album de Jeannette Pointu intitulé "Casque Bleu", on voit l'héroïne devant un pont indiqué comme étant celui de Binac. Cet ouvrage n'existe pas (note de l'auteur) , mais son architecture est une référence évidente au pont de Stari Most.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léon Pressouyre : Le pont de Mostar aléas et limites d'une reconstruction "à l'identique". In: Bulletin archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques / Archéologie, histoire de l'art, époques médiévale et moderne (Paris : Ed. du CTHS). N.S. 34 2008, p. 187–198. (ISSN 1286-0999).
  • Léon Pressouyre : Merveilles médiévales. In: Les cahiers de science et vie. No. 91 (Sept merveilles pour faire un monde) 2006, p. 78–81. (ISSN 1157-4887).
  • (de) Gabi Dolff-Bonekämper (de) : Mostar. Un pont suspendu dans l’histoire. In: Les cahiers de science et vie. No. 91 (Sept merveilles pour faire un monde) 2006, p. 100–103. (ISSN 1157-4887).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]