Star Wars: Knights of the Old Republic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Star Wars
Knights of the Old Republic
image

Éditeur LucasArts
Aspyr (Mac OS)
Développeur BioWare
Musique Jeremy Soule

Début du projet Octobre 1999
Date de sortie Xbox :
AN 15 juillet 2003
EUR 11 septembre 2003

Windows :
AN 19 novembre 2003
EUR 5 décembre 2003

Genre Jeu vidéo de rôle
Mode de jeu Solo uniquement
Plate-forme
Ordinateur(s)
Console(s)
Média CD-ROM, DVD-ROM, téléchargement
Contrôle Manette de jeu
Clavier et souris

Évaluation ESRB : Teen
OFLC : G8+
PEGI : 12 ans et plus
Moteur Odyssey Engine
Configuration minimum - PC
Processeur 1 GHz
Mémoire vive 128 Mo
Carte graphique Carte accélératrice 3D
32 Mo
Espace disque 4 Go

Star Wars: Knights of the Old Republic (abrégé KOTOR) est un jeu vidéo de rôle développé par BioWare et édité par LucasArts. Tiré de la licence Star Wars, le jeu est sorti le 11 septembre 2003 sur Xbox et le 5 décembre 2003 sur Windows et Mac OS.

L'histoire se déroule quatre millénaires avant l'avènement de l'Empire galactique, à une époque où l'Ancienne République menace de s'effondrer, attaquée de plein front par une armada sous les ordres du Seigneur Sith Dark Malak. Le jeu suit le périple d'un groupe d'aventuriers au service de la République et de l'Ordre Jedi, qui part à la recherche d'indices sur l'origine de la menace Sith.

Immense succès critique et commercial, le titre s'est vendu à plus de trois millions d'exemplaires. Encensé par la critique pour son système de jeu et son scénario, qui crée et utilise une partie de l'univers étendu de Star Wars jusqu'alors inconnue, il est considéré comme l'un des meilleurs jeux vidéo basés sur la franchise de George Lucas. Son succès contribua au développement de cette partie de l'univers étendu, au travers d'autres jeux vidéo ainsi que d'une série de comics.

Scénario[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

L'histoire se déroule en 3 956 avant BY[1].

La République galactique est sur le point de s'effondrer. Dark Malak, le dernier apprenti survivant de Dark Revan a lancé une armada Sith invincible à la conquête de la galaxie. De nombreux chevaliers de l'ordre Jedi ont été tués et un plus grand nombre encore a juré allégeance au Maître Sith. En orbite autour de la planète Taris, un vaisseau républicain, l'Endar Spire, est victime d'une attaque surprise de la flotte Sith.

À ce moment, un jeune soldat de la République se réveille à bord du vaisseau... C'est le héros de l'aventure.

L'histoire de Star Wars: Knights of the Old Republic peut être parcourue de bien des manières par le joueur. Le scénario raconté ci-après est celui communément accepté par les canons officiels. Dans cette version, le personnage incarné par le joueur est un homme et il a choisi de s'orienter vers le Côté lumineux de la Force. La partie « Histoire alternative » détaille les autres chemins possibles.

Fuite de l'Endar Spire et de Taris[modifier | modifier le code]

Le jeune soldat a des visions d'un combat entre des Jedi et un seigneur Sith. Se lançant à la découverte du vaisseau, il rencontre Trask Ulgo, un enseigne de la République qui l'informe que le vaisseau est attaqué et que son devoir est de protéger la Jedi Bastila Shan, commandant du vaisseau. Ils croisent l'apprenti de Dark Malak, Dark Bandon, un Padawan Jedi passé du Côté obscur de la Force. Ulgo est tué mais le jeune soldat parvient à s'enfuir, aidé par Carth Onasi, un officier qui l'informe que Bastila Shan est en sûreté. Ils réussissent tous les deux à prendre un module de secours avant la destruction de l'Endar Spire et à rejoindre la surface de la planète.

Sur Taris, les deux hommes partent à la recherche de Bastila ainsi que d'un moyen de quitter la planète, soumise à un blocus par les forces Sith. Un informateur leur conseille de rencontrer dans la cantina de la ville basse le Mandalorien Canderous Ordo, le seul homme qui peut leur permettre de fuir la planète.

Les deux hommes apprennent ensuite par Gadon Thek, le chef du gang des Beks Cachés que Bastila est retenue prisonnière par les Vulkars Noirs, un gang rival. Ceux-ci vont la mettre en jeu comme lot lors de l'ouverture de la saison de course de Fonceurs. Les deux hommes doivent donc aller s'y inscrire et pour cela, ils passent par les profondeurs de Taris où les bannis de la ville survivent. Ils y rencontrent Mission Vao, une jeune Twi'lek dont l'ami wookiee, Zaalbar, est retenu prisonnier. Onasi et le héros l'aident à le libérer, service contre lequel ils demandent à être guidés à l'intérieur de la base des Vulkars Noirs d'où ils pourront participer à la course. Une fois la course gagnée par le héros, le chef des Vulkars Noirs, Brejik refuse de libérer Bastila. Il s'ensuit un combat qui permettra à la Jedi de rejoindre les aventuriers.

Le groupe part ensuite à la rencontre de Canderous Ordo qui leur soumet un plan pour voler l'Ebon Hawk, le vaisseau de Davik Kang, le seigneur du crime local qui n'est autre que son employeur. Il a tout d'abord besoin d'équipiers pour infiltrer la base Sith de Taris afin d'obtenir des codes de décollage, sans quoi ils ne pourront pas quitter la planète. Ils auront également besoin d'un droïde. Le groupe en achète donc un dans la ville haute, T3-M4. Une fois ces objectifs atteints, Canderous rejoint le groupe et aide celui-ci à s'infiltrer dans la propriété de Davik Kang. Ils parviennent à voler l'Ebon Hawk après un combat contre Kang et l'un de ses lieutenants, le mercenaire Calo Nord. Le groupe fuit Taris juste à temps, avant que Dark Malak n'ordonne le bombardement massif de la planète.

La quête des Cartes Stellaires[modifier | modifier le code]

Le groupe va se réfugier sur la planète Dantooine, où se trouve l'Enclave Jedi dans laquelle ils seront en sûreté. Bastila fait son rapport au Conseil Jedi qui demande à rencontrer le jeune soldat amnésique. Ce dernier a une nouvelle vision : il voit Dark Revan et Dark Malak qui recherchent un artefact mystérieux : la Forge Stellaire. Dans la cadre de sa nouvelle formation de Jedi que le Conseil lui propose, ce dernier lui confie une mission : il doit entrer dans une zone souterraine de Dantooine, corrompue par le Côté obscur. Sur le chemin, il rencontre des guerriers mandaloriens contre lesquels il doit se battre ainsi qu'une Jedi sombre, Juhani, qu'il confronte. Elle a trouvé refuge dans le Côté obscur et a tué son Maître. Il parvient à la convaincre de retourner auprès du Conseil. Il regagne l'Enclave Jedi où le Conseil l'élève au rang de Padawan et le remercie d'avoir aidé Juhani, qui rejoint le groupe.

Le jeune Padawan retourne à sa mission et découvre les ruines corrompues par le Côté obscur. Il rencontre un ancien droïde. Celui-ci lui parle de deux visiteurs - probablement Dark Malak et Dark Revan - et lui explique que ce lieu est un monument dédié à la Forge Stellaire, une « machine d'une puissance infinie, un outil de conquête imparable ». Le Padawan découvre ensuite que l'emplacement de cette Forge est caché dans des Cartes Stellaires réparties sur cinq planètes : Dantooine, Tatooine, Kashyyyk, Manaan et Korriban. Le Conseil Jedi confie au héros et à son équipe la mission de retrouver la Forge et de facto les quatre Cartes manquantes.

Alors qu'il fait route vers Tatooine, le Padawan a une nouvelle vision. Dark Malak cherche à savoir comment Bastila s'est échappée de Taris. L'amiral Karath lui amène Calo Nord qui lui explique la situation. Le Sith le recrute pour capturer la Jedi et son compagnon Padawan. Une deuxième vision qu'il partage avec Bastila occupe alors son esprit. Il voit la Carte Stellaire sur Tatooine à côté d'un corps d'extra-terrestre. Après s'être posé sur l'astroport d'Anachore, le groupe apprend que la planète est exploitée par un groupe industriel, la Czerka Corporation. Ils apprennent ensuite qu'une tribu d'Hommes des Sables attaque la compagnie et ses mineurs. Ils se proposent d'aller négocier et espèrent ainsi pouvoir en profiter pour chercher des informations sur la Carte Stellaire auprès des autochtones. Le groupe achète un droïde parlant le dialecte des Hommes des Sables, HK-47, également droïde assassin de son état, à un marchand nommé Yuka Laka. Le groupe parvient à infiltrer la tribu des Hommes des Sables et apprend que la Carte se situe dans les ruines d'un temple situé dans la Mer de dunes orientale. En chemin, ils combattent Calo Nord, venu les capturer puis découvre la carte holographique dans des ruines gardées par un dragon Krayt, qu'ils parviennent à terrasser avec l'aide d'un chasseur Twi'lek, Komad Fortuna.

La planète Kashyyyk est également dominée par la Czerka Corporation qui la nomme Edean. C'est le monde natal des Wookies qui sont réduits en esclavage par l'entreprise. Zaalbar y est capturé par son frère Chuundar qui a pris le pouvoir et livre sans merci ses congénères à la Czerka Corporation. Le groupe rencontre également Jolee Bindo, un Jedi exilé qui se joint à eux. Il semble savoir où se trouve la Carte Stellaire de ce monde. Il accepte de livrer ses informations si le groupe l'aide à se débarrasser d'un groupe de braconniers sans violence. Une fois cette tâche accomplie, le groupe doit désactiver des boucliers de protection pour atteindre un ordinateur renfermant la Carte Stellaire. Une fois la Carte récupérée, le groupe libère Zaalbar avec l'aide de son père, Freyyr, et quitte la planète.

Sur la route de Manaan, le héros a une vision de Dark Malak demandant à Dark Bandon de retrouver les Jedi ainsi que de la Carte Stellaire. Elle est située sous l'eau, ce qui n'est pas étonnant étant donné que la planète est principalement recouverte d'eau. Le groupe part à la recherche de renseignements sur la Carte Stellaire et apprend que Roland Wann, l'ambassadeur de la République auprès des Selkath à Ahto City, détient des renseignements qui pourraient les intéresser. Ce dernier demande, en échange de ceux-ci, qu'on lui ramène un droïde submersible de reconnaissance capturé par les Sith et gardé dans l'enceinte de leur propre ambassade. Après l'avoir récupéré, Wann apprend au groupe que la République a perdu le contact avec une station d'extraction de kolto suite à la découverte d'un artefact ancien. Le groupe s'y rend et doit tuer Dark Bandon qui leur barre la route. Les aventuriers, après avoir compris le problème lié à l'artefact, trouvent finalement la Carte aux abords de la station avec l'aide de deux scientifiques.

Alors qu'ils quittent Manaan, les membres de l'équipage de l'Ebon Hawk sont capturés par le Léviathan, le vaisseau amiral de Saul Karath, l'ancien mentor de Carth Onasi. Celui-ci les informe que l'académie Jedi de Dantooine a été détruite et il interroge le Padawan en attendant la venue de Dark Malak. L'équipage parvient à élaborer un plan pour s'évader du vaisseau Sith et confronte l'amiral Karath. Celui-ci, à l'approche de la mort, fait une révélation à Onasi qui le stupéfie. L'officier exige des explications à Bastila Shan, mais celle-ci demande qu'ils regagnent en priorité l'Ebon Hawk, après quoi elle promet de lui expliquer la révélation de l'amiral. Mais l'équipage croise dans leur fuite le seigneur Malak qui révèle le secret de Karath au Padawan. Celui-ci est en réalité Dark Revan, son ancien Maître, qui a été capturé par Bastila Shan et dont la personnalité a été reprogrammée. Il réalise alors que Shan et les membres du Conseil Jedi lui ont caché la vérité depuis le début. La Jedi décide d'engager seule le combat contre Dark Malak afin de permettre à Revan et Onasi de s'enfuir, mais devient en contrepartie prisonnière du Léviathan.

L'équipage reconstitué part à la recherche de la dernière Carte Stellaire. Sur Korriban, l'équipage de l'Ebon Hawk doit infiltrer l'académie Sith dirigée par Uthar Wynn en se faisant passer pour des apprentis. La Carte Stellaire se trouve dans la tombe du Sith Naga Sadow, dont l'accès est condamné par un bassin d'acide et gardée par des Terentateks, des créatures attirées par le Côté obscur de la Force. Après avoir convaincu Wynn qu'il est un apprenti prometteur, Revan obtient un accès à la tombe. Sur place, Wynn lui demande d'exécuter son autre apprentie, Yuthura Ban, ce qu'il refuse de faire. Il se ligue au contraire avec elle contre le Maître Sith et obtient la dernière Carte Stellaire qui pointe vers le système Lehon.

Bataille de la Forge Stellaire[modifier | modifier le code]

Arrivé dans le système Lehon, l'Ebon Hawk est pris dans un champ disrupteur et se pose en catastrophe sur un monde inconnu. Avant de s'écraser, Carth Onasi a le temps d'envoyer les coordonnées du système à la République qui réunit ses forces pour attaquer l'armada Sith également présente sur place. Revan et ses compagnons découvrent les autochtones de la planète, les Rakatas. Ils sont séparés en différents clans : les Anciens, qui veulent restaurer la puissance de l'Empire infini, l'un des premiers empires que la Galaxie ait connu et qui est à l'origine de la construction de la Forge Stellaire, et les Rakatas Noirs, des barbares avec qui ils sont en guerre. Ces derniers sont menés par l'Unique qui a ordonné la capture d'Anciens. Revan les libère et convainc les Anciens de le laisser entrer dans leur temple, la source du champ disrupteur ayant provoqué le crash de l'Ebon Hawk. Juhani et Jolee Bindo ont une vision de Revan en danger et le rejoignent dans le temple. Ils y retrouvent Bastila Shan qui a basculé dans le Côté obscur de la Force, suite à la persuasion et aux tortures de Dark Malak. Ils parviennent à la vaincre et la Jedi s'enfuit. Après avoir coupé le générateur de champ, ils retournent à l'Ebon Hawk et se lancent à l'assaut de la Forge Stellaire, en orbite autour du monde des Rakatas.

Ils entrent en contact avec les forces républicaines conduites par l'amiral Forn Dodonna et le Maître Jedi Vandar Tokare. Découvrant la défection de Bastila Shan, qui maîtrise la méditation de combat, une aptitude pouvant faire basculer la bataille, les deux leaders républicains décident une attaque désespérée contre la Forge Stellaire pour permettre à l'Ebon Hawk de l'aborder. Revan confronte Bastila Shan et parvient à la raisonner en lui avouant son amour pour elle. Il va ensuite affronter son ancien apprenti, Dark Malak, et parvient à le vaincre. Bastila Shan utilise la méditation de combat pour permettre aux forces républicaines de gagner la bataille. L'Ebon Hawk fuit la Forge Stellaire avant sa destruction.

Sur la planète des Rakatas, l'amiral Dodonna décore l'équipage de l'Ebon Hawk et le Conseil Jedi accueille Revan comme le « chevalier prodigue ».

Fins alternatives[modifier | modifier le code]

Le joueur peut choisir que Revan rejoigne Bastila Shan dans le Côté obscur de la Force lors de leur confrontation sur la planète inconnue du système Lehon. Dans le cas contraire, il peut essayer de ramener la jeune jedi du côté Lumineux de la Force. Dans le premier cas, Revan tue ses compagnons de l'Ebon Hawk et parvient à rejoindre la Forge avec l'aide de Bastila Shan. Il y tue Dark Malak et reprend le commandement de l'armada Sith. Dominant la République, il ne la détruit pourtant pas et disparaît sans raison apparente.

Un holocron de Bastila Shan est retrouvé sur Korriban où elle raconte que les Sith ont perdu la guerre suite à la disparition de leur Maître (dans Star Wars: Knights of the Old Republic II - The Sith Lords[2]). Celui-ci est parti dans les Régions inconnues pour stopper une grave menace ayant été à l'origine des Guerres mandaloriennes.

S'il reste du côté Lumineux il peut tenter de ramener Bastila à la raison : s'il y arrive elle se joindra à lui pour éliminer Dark Malak mais si le joueur échoue, il doit la tuer pour aller affronter le seigneur Sith.

Si le joueur choisit d'incarner une femme au début du jeu, l'intrigue romantique est modifiée : Juhani révèle son amour à Revan (au lieu de son amitié si c'est un homme) et l'histoire d'amour principale ne concerne plus Bastila Shan mais Carth Onasi. Le joueur peut choisir de tuer ce dernier si son personnage rejoint le Côté obscur de la Force. S'il reste dans le Côté lumineux, Onasi se fait tuer par Shan.

Scénarios annexes[modifier | modifier le code]

Star Wars: Knights of the Old Republic propose au joueur de nombreuses quêtes annexes qu'il n'est pas obligé de mener à bien pour terminer le jeu. Parmi les principales quêtes annexes, on peut citer :

  • Sur Taris, le joueur peut s'inscrire dans une arène où a lieu des compétitions de combat. Pour remporter le tournoi, le joueur doit vaincre le duelliste Bendak Starkiller[3]. Il peut également participer à des missions de chasseur de prime.
  • Sur Dantooine, le joueur peut combattre des pillards Mandaloriens et aider une jeune femme à retrouver son compagnon.
  • Sur Tatooine, le joueur peut de nouveau s'inscrire à une compétition de course de fonceurs, fonctionnant sur le modèle de celle de Taris, qui est obligatoire. Il peut également rencontrer Helena Shan, la mère de Bastila, et Griff Vao, le frère de Mission Vao.
  • Sur Kashyyyk, le joueur peut partir à la recherche d'un Wookie disparu dans les couches basses de la planète. Il peut également aider un Wookie nommé Grrrwahr à combattre un groupe de Mandaloriens.
  • Sur Manaan, le joueur peut une fois encore participer à une compétition de fonceurs. Il peut également participer à une enquête autour d'un procès pour meurtre, résoudre le mystère de la disparition de jeunes Selkaths ou accomplir des missions pour un ordre secret de chasseurs de primes d'élites appelé Genoharadan.
  • Sur Korriban, le joueur peut partir à la recherche d'un holocron, traquer un renégat de l'Académie Sith, partir à la recherche d'un Maître Sith disparu nommé Jorak Uln ou encore partir explorer la tombe du Sith Ajunta Pall.

Univers[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

L'histoire se concentre sur un petit groupe de personnes issues d'espèce différentes, qui s'agrandit au fur et à mesure de l'aventure. Au début du jeu, le joueur dirige le jeune soldat humain affecté à bord de l'Endar Spire. Celui-ci souffre d'amnésie et a des visions montrant un combat entre un groupe de Jedi et un mystérieux Sith. Il semble également développer un lien très étroit avec la Force. Il est rapidement rejoint par Carth Onasi, le commandant de l'Endar Spire. Une Twi'lek nommée Mission Vao, accompagnée de son ami Wookie Zaalbar rejoignent ensuite le groupe sur Taris, lequel s'agrandit suite au sauvetage de la Jedi Bastila Shan dans les bas-fonds de la planète. Le héros est rejoint par Canderous Ordo, un mercenaire déterminé à quitter Taris par tous les moyens. Sur les conseils de celui-ci, le héros fait l'acquisition de T3-M4, un droïde astromécano qui aide les aventuriers à quitter la planète. Ensemble, ils entament leur voyage à travers la Galaxie à bord de l'Ebon Hawk afin de retrouver la Forge Stellaire. D'autres personnages sont également susceptibles de rejoindre le groupe au cours du jeu : deux Jedi - Juhani sur Dantooine et Jolee Bindo sur Kashyyyk - ainsi qu'un droïde de combat nommé HK-47 sur Tatooine. Il est possible de dialoguer avec chacun des membres du groupe au cours du jeu afin d'en apprendre davantage sur leur histoire.

Planètes[modifier | modifier le code]

La quête de la Forge Stellaire
voir la carte complète en grande taille

Le jeu permet d'explorer un certain nombre de planètes de l'univers Star Wars, certaines ayant déjà été mentionnées dans les films ou d'autres jeux vidéo, tandis que d'autres ont été imaginées par les développeurs. Le héros et son équipe commencent leur aventure sur Taris, une planète semblable à Coruscant où des populations issues d'espèces différentes sont réparties selon leur place dans la hiérarchie sociale. Ils se dirigent ensuite vers Dantooine, un monde couvert de plaines au climat tempéré, abritant une académie Jedi. Le groupe doit ensuite explorer quatre planètes où se trouveraient des indices permettant de remonter jusqu'à la Forge Stellaire : Tatooine, planète désertique récurrente dans l'univers Star Wars, car apparaissant dans plusieurs films ; Manaan, un monde océan où se trouve une unique cité dirigée par les Selkath, un peuple amphibien ; Kashyyyk, planète forestière abritant les Wookiees et enfin Korriban, berceau historique de l'Ordre Sith où se trouve encore une académie formant les nouveaux adhérents de l'Ordre. Après avoir exploré ces planètes à la recherche des cartes stellaires, le groupe se dirige vers Lehon, un monde recouvert d'îles où cohabitent différents clans appartenant à l'espèce Rakata, dont les ancêtres dirigeaient un immense empire 30 000 ans avant la Bataille de Yavin.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le jeu s'articule autour de trois axes principaux : l'exploration, les combats et les dialogues.

La plupart des déplacements du joueur s'effectuent à pied, sur les différentes planètes que le héros et son équipe sont amenés à visiter. Chacune des planètes permet une progression axée autour de la quête principale, mais offre également de nombreuses quêtes annexes, auxquelles le joueur peut accéder en parlant aux différents personnages non joueurs. Le joueur peut s'adresser à des commerçants situés sur chacune de ces planètes afin d'acquérir du matériel. L'exploration planétaire est régulièrement entrecoupée de phases de combat en temps réel contre des adversaires humanoïdes, des droïdes ou la faune locale. Celles-ci permettent aux personnages d'obtenir de l'expérience et des objets (armes, armures, stimulants, etc.).

Afin de pouvoir rallier les différents systèmes stellaires, le joueur dispose de son propre vaisseau spatial, l'Ebon Hawk, qu'il acquiert au cours de sa mission sur Taris. Cet appareil permet en outre de dialoguer avec le reste de l'équipe ou d'améliorer son équipement. Lorsqu'il quitte le vaisseau pour explorer une planète, le joueur peut configurer un groupe, composé du personnage principal ainsi que de deux autres protagonistes, qu'il peut librement choisir.

Au début de l'aventure, la progression du joueur est limitée à la planète Taris, puis à Dantooine. Sitôt cette partie du jeu franchie, il est possible de choisir parmi l'une des destinations proposées celle que l'on souhaite explorer, et même d'aller et venir librement d'une planète à une autre. L'action est régulièrement entrecoupée de scènes cinématiques qui interviennent à des étapes-clés du jeu.

Comme dans de nombreux jeux de rôles, il est possible de personnaliser son équipe sous de multiples aspects : le joueur peut répartir des points de caractéristique qui déterminent les grandes orientations de chacun des avatars (points de vie, dégâts, résistance, etc.), il peut en outre accorder des points de compétence qui permettent de déterminer la spécialisation de chacun d'entre eux, comme l'informatique ou la persuasion. Enfin, il peut gérer l'équipement de chaque personnage, notamment son armure, ses armes et ses implants.

L'un des aspects fondamentaux du gameplay réside dans la maîtrise de la Force. Le personnage principal, ainsi que les Jedi que le joueur peut contrôler, sont dotés d'une jauge de Force comparable à celle indiquant les points de vie. Elle permet aux personnages qui en sont dotés d'utiliser les pouvoirs liés à la Force : des pouvoirs offensifs, qui permettent notamment d'infliger des dégâts aux unités ennemies, et défensifs, comme la guérison ou l'augmentation de la résistance face à certains types d'attaques. Le nombre de points de Force est fonction du niveau de personnage, de sa classe ou encore de ses caractéristiques. L'orientation du héros entre le Côté lumineux et le Côté obscur de la Force a un rôle déterminant sur la progression : en fonction de ses actions, le héros penche davantage vers l'un ou l'autre, ce qui influence la nature des pouvoirs dont il dispose, ses compétences, et surtout le déroulement de l'histoire.

Par ailleurs, des gameplays d'importance plus minimes parsèment le jeu : phases de courses, jeu de pazaak (jeu de cartes), etc.

Combats[modifier | modifier le code]

Les mécaniques de combat de Star Wars: Knights of the Old Republic s'appuient sur le d20 System, un système de jeu pour jeu de rôle « sur papier » conçu pour la 3e édition du jeu de rôle Donjons et Dragons[4]. Il s'agit d'un système en « semi-temps réel », c'est-à-dire que les affrontements ont lieu en temps réel, tout en observant les règles du tour par tour[4]. Lorsque le personnage s'approche trop près d'un adversaire, le jeu se met automatiquement en pause, ce qui permet d'examiner la situation[5]. Le joueur comprend ainsi la situation de danger, peut planifier ses actions dans le but d'engager le combat ou décider de fuir.

Les coups s'infligent au tour par tour : une file d'attente d'action apparaît au bas de l'écran et le joueur peut choisir, dans le menu tri-onglet rouge qui apparaît près de la cible, les attaques à effectuer. Il peut ainsi décider d'utiliser une arme de type grenade (onglet rouge de droite), des pouvoirs de la Force offensifs (onglet rouge du milieu), ou des mouvements spéciaux à l'aide de l'arme principale (onglet rouge de gauche). Si aucune action n'est ordonnée par le joueur, l'ordinateur se charge d'employer une attaque par défaut. Certaines options peuvent être indisponibles, notamment lorsque le joueur n'a plus suffisamment de points de Force, ou lorsqu'il est équipé d'une armure qui interdit le recours à certains pouvoirs offensifs. Au lieu de recourir à une attaque, il peut occuper une des places de la file d'attente avec l'utilisation d'un objet ou d'un pouvoir de défense. Le combat s'achève lorsque tous les adversaires ayant pris part au combat ont été éliminés, ou lorsque le groupe choisi par le joueur a été vaincu.

Interface des phases de combat

Dialogues[modifier | modifier le code]

Au cours de l'aventure, le joueur peut, par l'intermédiaire du personnage principal, dialoguer avec d'autres personnages non-joueurs, y compris le reste de l'équipe. Lorsque le joueur décide de converser avec quelqu'un, Des phrases prédéfinies lui sont proposées, qui permettent d'entamer la conversation. La réponse de son interlocuteur dépend directement de la phrase choisie, laquelle peut être exprimée sur un ton soit neutre, soit agressif, soit bienveillant. La sélection entre l'un de ces tons a une incidence sur le comportement de l'interlocuteur, qui peut par exemple accepter d'accorder une quête au joueur, ou au contraire décider de l'attaquer. L'attitude du héros au cours de certains discussions a un impact déterminant sur le déroulement de l'histoire, certains étapes-clé survenant au cours de l'un de ces dialogues. En outre, en adoptant un comportement bien particulier au cours d'une conversation, le héros tend davantage vers le côté clair ou obscur de la Force, ce qui a également une incidence sur la suite de l'histoire.

Lors de ces dialogues, les choix du joueur sont en grande partie conditionnés par son niveau de charisme : lorsque celui-ci gagne un niveau supplémentaire, il peut choisir d'attribuer des points supplémentaires dans cette caractéristique, ce qui lui permet d'accéder à certaines réponses bien particulières. Par exemple, il peut persuader son interlocuteur de lui remettre davantage d'argent après avoir accompli une quête, ou encore le menacer de le tuer s'il n'exécute pas une action que lui ordonne le joueur.

Développement[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

En octobre 1999, des discussions s'engagent entre BioWare et LucasArts sur la création d'un jeu vidéo[6]. Ce projet représente le premier partenariat entre les deux sociétés, ainsi que le tout premier jeu vidéo de rôle basé sur la licence de Star Wars. Ce n'est cependant pas la première fois que la production d'un jeu basé sur cette franchise est confiée à une autre société : la série X-Wing et Star Wars Rogue Squadron ont été développés respectivement par Totally Games et Factor 5 dans les années 1990[7].

Au cours de ces discussions, LucasArts demande à son interlocuteur s'il préférerait développer un jeu basé sur Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones, alors en production, ou bien se concentrer sur un titre se déroulant 4 000 ans avant les événements de la saga cinématographique[8]. Le choix de BioWare s'est rapidement porté sur la seconde option, puisque cela permettait aux développeurs de créer eux-mêmes cette partie de l'univers étendu, et de ne pas rester focalisé sur le scénario du film précité. Concernant la réalisation graphique, le studio envisage de créer un jeu vidéo en trois dimensions, en vue à la troisième personne, et non en perspective isométrique, à l'instar de Baldur's Gate[8].

Enfin, le choix des plates-formes sur lesquelles le jeu doit être adapté s'est immédiatement tourné vers le PC, compte tenu de l'expérience du studio canadien en matière de jeux sur ordinateur, mais aussi la Xbox, puisque le développement d'un jeu vidéo sur cette console est très proche de celui d'un jeu PC[6]. Après plusieurs semaines de dialogues, la préproduction est officiellement lancée au début de l'année 2000[6]. La création du jeu dans son ensemble est confiée à BioWare, sauf la réalisation sonore qui reste à la charge de LucasArts[6]. Au sein de l'équipe de développement figurent plusieurs des développeurs de Baldur's Gate et MDK2[6].

Principaux membres de l'équipe de développement

Moteur et bande-son[modifier | modifier le code]

Star Wars: Knights of the Old Republic exploite l'Odyssey Engine, un moteur de jeu en 3D spécialement conçu par BioWare pour la conception du titre. Tirant partie d'Open GL, le moteur constitue une version améliorée et optimisée de l'Aurora Engine, développé pour Neverwinter Nights. La réalisation graphique est très proche d'une plate-forme à l'autre, les deux versions - Xbox et PC - ayant été produites en parallèle. Seule une légère différence visuelle inhérente à la carte graphique intégrée à chacune des deux machines subsiste[6].

Produite en interne dans les locaux de LucasArts, la réalisation sonore comprend les dialogues ainsi que la bande originale du jeu. La réalisation des dialogues a débuté environ six mois avant la sortie de la version bêta. Près d'une centaine de personnes ont prêté leur voix, parmi lesquelles plusieurs acteurs notoires, comme Edward Asner, Raphael Sbarge, Ethan Phillips, Jennifer Hale ou encore Phil LaMarr[9]. Au total, plus de 15 000 lignes de dialogues ont été implantées dans la version finale du jeu[9]. Si la quasi-totalité des dialogues sont en anglais, près de 10 % correspondent néanmoins à un langage alien, ce qui imposa à l'équipe de développement de s'inspirer d'un dictionnaire anglais-alien intitulé Star Wars: Galactic Phrase Book & Travel Guide: Beeps, Bleats, Boskas, and Other Common Intergalactic Verbiage[9].

La bande-son a été composée par Jeremy Soule, déjà responsable de la bande originale de plusieurs jeux vidéo à succès, parmi lesquels Total Annihilation et Icewind Dale.

Présentations[modifier | modifier le code]

Le développement du jeu est pour la première fois révélé au public en juillet 2000, lorsque BioWare et LucasArts annoncent un partenariat en vue de créer un jeu vidéo de rôle sur PC et consoles nouvelle génération. Même si le titre du jeu n'est pas encore dévoilé, les premières informations indiquent que l'histoire devrait se dérouler dans une partie encore non exploitée de l'univers étendu de Star Wars, quatre millénaires avant les événements de Star Wars, épisode I : La Menace fantôme[7].

Star Wars: Knights of the Old Republic est officiellement dévoilé lors de l'E3 2001, au cours d'une présentation réservée à la presse[10],[11]. Celle-ci a été très enthousiasmée par cette annonce, comme en témoigne les récompenses attribuées au jeu, malgré une présentation de quelques minutes seulement[11],[12]. La date de sortie est alors temporairement fixée à l'année 2002. En février 2002, le titre est néanmoins repoussé de plusieurs mois sur Xbox, tandis que la version PC n'est pas attendue avant le début de l'année 2003, afin d'éviter que la sortie du jeu ne coïncide avec celle de Star Wars Galaxies, le jeu de rôle en ligne massivement multijoueur développé par Verant Interactive[13].

Lors de l'E3 2002, le public a enfin la possibilité d'essayer une version jouable du jeu, grâce à une démo mise en place par BioWare, mais uniquement sur Xbox[14]. Une version jouable sur PC est finalement proposée à la presse au cours de la 3e édition de la Game Developers Conference en mars 2003[15]. Présenté à nouveau lors de l'E3 2003, il s'impose comme l'un des jeux de rôle majeurs du salon, ce qui lui permet de remporter plusieurs récompenses décernées par la presse spécialisée et d'être nommé au prix du meilleur jeu de rôle lors de la cérémonie de remise des Game Critics Awards[16], prix finalement décerné à Fable[17]. Le 9 juillet 2003, LucasArts annonce officiellement la fin du développement du jeu, et fixe la date de sortie nord-américaine au 16 juillet sur Xbox[18], la version PC restant prévue pour la fin de l'année. Celle-ci sort finalement le 18 novembre 2003[19], avec un rendu sensiblement identique à celui de la version console, les développeurs ayant surtout concentré leurs efforts sur le remaniement de l'interface afin que celle-ci s'adapte à l'usage du clavier et de la souris. Un nouvel environnement a en outre été ajouté : une station spatiale en orbite autour de Yavin IV, qu'il est également possible de télécharger sur Xbox via le Xbox Live.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques et ventes[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse numérique
Média Note
Eurogamer (GB) 9 / 10 (Xbox)[20]
Gamekult (FR) 9 / 10 (Xbox)[21]

8 / 10 (PC)[22]

GameSpot (US) 9,1 / 10 (Xbox)[23]

8,8 / 10 (PC)[24]

IGN (US) 9,5 / 10 (Xbox)[25]

9 / 10 (PC)[26]

Jeuxvideo.com (FR) 17 / 20 (Xbox)[27]

17 / 20 (PC)[28]

Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 94,13 % (Xbox)[29]

93,13 % (PC)[30]

Metacritic 94 % (Xbox)[31]

93 % (PC)[32]

Star Wars: Knights of the Old Republic a été unanimement acclamé par l'ensemble de la presse spécialisée, en particulier sur Xbox. Gamerankings lui attribue une moyenne de 94,13 %, soit la meilleure note jamais attribuée à un jeu de rôle à sa sortie (il conserve la première place jusqu'à la sortie de Mass Effect 2, un autre jeu de Bioware, en janvier 2010[33]), ainsi que le 5e meilleur score pour un jeu Xbox[34] . Les notes attribuées par la presse sont légèrement inférieures sur PC, en raison de problèmes de frame rate et de stabilité constatés sur cette version[22].

De l'avis général, le gameplay représente l'un des points forts du jeu : combinant habilement phases d'exploration, combats et dialogues[22], le titre propose pour une même situation une multitude d'approches, qui vont du recours à la force au piratage informatique[22],[27]. Le système de dialogues a tout particulièrement reçu les faveurs de la presse, d'une part en raison de sa densité (plusieurs milliers de lignes incorporées)[25] et d'autre part en raison de son impact sur le déroulement du jeu[23],[25]. La dualité entre le côté lumineux et le côté obscur de la Force a également été ovationnée, celle-ci permettant d'appréhender le jeu de façon totalement différente, et même d'influencer le cours de l'histoire[27]. De ce fait, la durée de vie s'avère très importante, compte tenu du temps nécessaire afin d'accomplir la quête principale, du nombre de quêtes annexes proposées, et surtout du potentiel de rejouabilité qu'offre le changement d'alignement[27].

Le scénario de Star Wars: Knights of the Old Republic a également été encensé par la critique : les médias ont salué l'initiative de BioWare, qui est parvenu à développer une partie de l'univers étendu de Star Wars encore non exploitée jusqu'à présent, tout en respectant l'esprit de la saga. GameSpot estime que le jeu est « encore plus digne de porter le nom Star Wars que n'importe quel autre produit Star Wars depuis des années, y compris les deux derniers films »[23].

La réalisation globale a davantage divisé les sites : la bande-son a été dans l'ensemble très bien accueillie, IGN.com allant jusqu'à évoquer « le meilleur doublage jamais réalisé dans un jeu vidéo » et des « effets sonores parfaits »[25]. À l'inverse, la réalisation graphique a été jugée très inégale, Gamekult évoquant des « décors souvent superbes » mêlés à un character design très répétitif[21]. Le défaut technique le plus souvent évoqué par les médias reste le frame rate, qualifié de « déplorable » par Jeuxvideo.com, aussi bien sur Xbox[27] que sur PC[28].

Le 1er août 2003, LucasArts annonce dans un communiqué que la version Xbox de Star Wars: Knights of the Old Republic s'est écoulée à plus de 270 000 exemplaires à l'issue de ses deux premières semaines de commercialisation aux États-Unis, ce qui constitue selon l'éditeur le meilleur lancement jamais réalisé par un jeu sur cette console[35]. Plus de trois millions de copies du jeu ont été vendues à ce jour[36], dont deux millions sur Xbox[37].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Le jeu a été nommé à de nombreuses reprises et a remporté plusieurs récompenses notables, parmi lesquelles un BAFTA Games Award[38], trois Game Developers Choice Awards[39] et trois Interactive Achievement Awards[40]. Au terme de l'année 2003, plusieurs sites spécialisés ou généralistes ont décerné à Star Wars: Knights of the Old Republic le prix tant convoité de « Jeu de l'année »[12]. D'autres prix, notamment ceux du « jeu de rôle de l'année »[41], du « jeu Xbox de l'année »[42] ou du « jeu PC de l'année » ont également été attribués par ces mêmes sites. Enfin, pas moins de dix médias vidéoludiques ont remis au titre de BioWare le label de qualité « Editor's Choice Awards »[12].

Festivals de jeu vidéo
Prix de professionnels
  • BAFTA Games Awards 2003[38]
    • Prix du jeu de l'année sur Xbox
  • 4e Game Developers Choice Awards[39]
    • Prix du jeu de l'année
    • Prix du meilleur personnage original pour HK-47
    • Prix d'excellence scénaristique pour David Gaider, Drew Karpyshyn, Luke Kristjanson et Peter Thomas
    • Nommé au prix d'excellence en game design pour Casey Hudson et James Holey
  • 7e Interactive Achievement Awards[40]
    • Prix du meilleur jeu de rôle de l'année sur console
    • Prix du meilleur jeu de rôle de l'année sur ordinateur
    • Prix du meilleur personnage ou développement scénaristique
    • Nommé au prix du jeu sur console de l'année
    • Nommé au prix de l'innovation pour un jeu sur ordinateur
    • Nommé au prix de l'innovation pour un jeu sur console
    • Nommé au prix du meilleur game design
    • Nommé au prix de la meilleure technologie gameplay

Postérité[modifier | modifier le code]

Influence[modifier | modifier le code]

Cosplay de Dark Revan en armure.

Malgré un nombre considérable de jeux vidéo basés sur l'univers de Star Wars, très peu sont parvenus à se démarquer par leurs qualités, et à devenir de véritables références dans leur domaines respectifs. Les séries X-Wing, Dark Forces / Jedi Knight et Rogue Squadron font partie des quelques titres ayant bénéficiés d'une certaine notoriété. Dès sa sortie, Star Wars: Knights of the Old Republic a été considéré comme l'un des meilleurs jeux estampillés Star Wars jamais créés, et fait encore aujourd'hui figure de référence au sein de la communauté des joueurs.

Par ailleurs, le jeu a été jugé par la critique comme l'un des meilleurs jeux sortis sur Xbox, et plus généralement comme l'un des meilleurs jeux de tous les temps. Il a ainsi été classé à la 2e place des 25 meilleurs jeux de la Xbox par le magazine GameSpy[45] et à la 4e place par IGN Entertainment[46]. Le jeu figure également en 21e position des jeux les plus mémorables de 1999 à 2003 selon GameSpy[47], et en 3e position des meilleurs jeux des années 2000 selon IGN[48]. Enfin, ce même site lui octroie la 27e place des meilleurs jeux de tous les temps dans un classement établi en 2007[49].

Star Wars: Knights of the Old Republic marque une étape décisive dans la vie du studio BioWare. Même si la société avait déjà développé le jeu MDK2 sur Dreamcast, puis sur PlayStation 2, leur dernier titre signe définitivement leur entrée sur le marché du jeu vidéo sur consoles de salon, ainsi que sur le développement de jeux multi-supports. Après la sortie de Knights of the Old Republic, la plupart de leurs produits sont commercialisés simultanément sur PC et consoles. En outre, le jeu marque le début d'un partenariat privilégié avec la société Microsoft, qui bénéficie par la suite de certaines exclusivités -temporaires ou permanentes- sur ses machines successives, la Xbox puis la Xbox 360 : Jade Empire en 2005, Mass Effect en 2007 et enfin Mass Effect 2 en 2010. Enfin, le succès critique et commercial du jeu permit à la société de remporter de nombreuses récompenses[50] et incita LucasArts à se tourner de nouveau vers elle pour le développement de leur dernier MMORPG, Star Wars: The Old Republic, sorti exclusivement sur PC en décembre 2011[51].

Héritage[modifier | modifier le code]

Sorti initialement sur PC et Xbox en 2003, Star Wars: Knights of the Old Republic a été plusieurs fois réédité par LucasArts sur chacun de ces deux supports. Le 13 août 2004, le jeu intègre la collection « Platinum Hits », ce qui permet de l'acheter pour un peu moins de vingt dollars[52]. Le 15 novembre 2006, LucasArts annonce la sortie de Star Wars: The Best of PC, une compilation regroupant Knights of the Old Republic ainsi que cinq autres titres : Star Wars: Empire at War, Star Wars: Battlefront, Star Wars Jedi Knight II: Jedi Outcast, Star Wars: Republic Commando et une version d'essai de Star Wars Galaxies[53]. Enfin, l'éditeur profite de la Penny Arcade Expo organisée le 5 septembre 2009 pour annoncer l'arrivée du jeu en téléchargement sur Steam et Direct2Drive[54].

Une suite intitulée Star Wars: Knights of the Old Republic II: The Sith Lords est sortie en février 2005 sur Xbox et PC. Se déroulant cinq ans après les événements du premier opus, elle relate l'aventure d'un Chevalier Jedi chassé de l'Ordre pour avoir pris part aux Guerres mandaloriennes, et désormais traqué par les Seigneurs Sith qui voient en lui le dernier des Jedi. Développé par le jeune studio Obsidian Entertainment, ce second épisode a reçu un accueil plus réservé, notamment en raison d'un manque cruel d'innovation et d'un scénario jugé confus par la critique. Malgré les pressions de la communauté, aucun Knights of the Old Republic III ne voit le jour, celui-ci étant écarté par LucasArts au profit d'un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur, officiellement dévoilé le 21 octobre 2008[55]. Intitulé Star Wars: The Old Republic, son développement a été confié à BioWare. L'histoire se déroule 300 ans après les faits relatés dans KOTOR II. Il a été lancé le 20 décembre 2011.

Parallèlement aux jeux vidéo, une série de comics intitulée Chevaliers de l'ancienne République et éditée par Dark Comics est sortie en 2006. Se situant chronologiquement huit ans avant les événements de Star Wars: Knights of the Old Republic, elle retrace la vie d'un Padawan dénommé Zayne Carrick, accusé à tort d'avoir massacré plusieurs de ses condisciples, et entraîné malgré lui dans les Guerres mandaloriennes. Neuf numéros ont d'ores et déjà été publiés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Organisations : L'Empire infini », StarWarsUniverse.com.
  2. [vidéo] (en) Walkthrough: Bastila's Holocron.
  3. [vidéo] (en) Walkthrough: Duelling Bendak Starkiller.
  4. a et b (fr) « Test de Star Wars: Knights Of The Old Republic » de Funambelle, 17 décembre 2003, JeuxVideoPC.com.
  5. (fr) « Star Wars : Knights of the Old Republic » de JPB, Grospixels.
  6. a, b, c, d, e et f (en) « Star Wars Knights of the Old Republic Q&A », sur GameSpot. Mis en ligne le 5 mars 2002.
  7. a et b (en) « Star Wars RPG Announced », sur IGN Entertainment. Mis en ligne le 24 juillet 2000.
  8. a et b (en) « Interview: Bump in the Old Republic Knights », sur Computerandvideogames.com. Mis en ligne le 14 novembre 2002.
  9. a, b et c (en) « Star Wars: Knights of the Old Republic Q&A », sur GameSpot. Mis en ligne le 23 avril 2003.
  10. (en) Amer Ajami, « E3 2001: LucasArts unveils BioWare RPG », sur GameSpot. Mis en ligne 18 mai 2001.
  11. a et b (en) « GameSpot - The Top Games of E3 2001 », p. 18, sur GameSpot. Consulté le 17 décembre 2009.
  12. a, b et c (en) « Star Wars: Knights of the Old Republic Awards », sur le site officiel du jeu. Consulté le 16 décembre 2009.
  13. (en) « Knights of the Old Republic coming in 2003 », sur GameSpot. Mis en ligne le 28 février 2002.
  14. (en) Trey Walker, « E3 2002 - Star Wars: Knights of the Old Republic Impressions », sur GameSpot. Mis en ligne le 22 mai 2002.
  15. (en) Ricardo Torres, « Star Wars: Knights of the Old Republic Update », sur GameSpot. Mis en ligne 7 mars 2003.
  16. (en) Robin Mayne, « BioWare: E3 2003 Coverage & Reviews », sur le site officiel de BioWare. Mis en ligne le 21 mai 2003.
  17. (en) « Game Critics Awards 2003 - Winners », sur le site officiel des Game Critics Awards. Consulté le 20 décembre 2009.
  18. (en) « LucasArts Announces July 16 Retail Availability Date For Star Wars: Knights of the Old Republic », sur le site officiel de LucasArts. Mis en ligne le 9 juillet 2003.
  19. (en) Tor Thorsen, « PC Knights of the Old Republic golden », sur GameSpot. Mis en ligne le 11 novembre 2003.
  20. (en) Kieron Gillen, « Star Wars: Knights of the Old Republic Review (Xbox) », sur Eurogamer,‎ 12 septembre 2003
  21. a et b (fr) Gaël Fouquet, « Test de Star Wars: Knights of the Old Republic sur Xbox », sur Gamekult,‎ 15 septembre 2003
  22. a, b, c et d (fr) Gaël Fouquet, « Test de Star Wars: Knights of the Old Republic sur PC », sur Gamekult,‎ 26 novembre 2003
  23. a, b et c (en) Greg Kasavin, « Star Wars: Knights of the Old Republic Review (Xbox) », sur GameSpot,‎ 15 juillet 2003
  24. (en) Greg Kasavin, « Star Wars: Knights of the Old Republic Review (PC) », sur GameSpot,‎ 24 novembre 2003
  25. a, b, c et d (en) Aaron Boulding, « Star Wars: Knights of the Old Republic Review (Xbox) », sur IGN.com,‎ 14 juillet 2003
  26. (en) Aaron Boulding, « Star Wars: Knights of the Old Republic Review (PC) », sur IGN.com,‎ 21 novembre 2003
  27. a, b, c, d et e (fr) Jihem, « Test de Star Wars: Knights of the Old Republic sur Xbox », sur Jeuxvideo.com,‎ 25 août 2003
  28. a et b (fr) Dinowan, « Test de Star Wars: Knights of the Old Republic sur PC », sur Jeuxvideo.com,‎ 4 décembre 2003
  29. (en) « Star Wars: Knights of the Old Republic Ranking (Xbox) », sur GameRankings
  30. (en) « Star Wars: Knights of the Old Republic Ranking (PC) », sur GameRankings
  31. (en) « Star Wars: Knights of the Old Republic Metascore (Xbox) », sur Metacritic
  32. (en) « Star Wars: Knights of the Old Republic Metascore (PC) », sur Metacritic
  33. (en) « Classement des meilleurs jeux vidéo de rôle » sur Gamerankings. Consulté le 17 avril 2012. Ce score tient compte des seuls jeux ayant reçu un minimum de vingt notes, conformément à l'affichage par défaut du site.
  34. (en) «Classement des meilleurs jeux Xbox», sur Gamerankings. Consulté le 15 décembre 2009.
  35. (en) « LucasArts Star Wars:Knights Of The Old Republic Posts Record Sales In First Two Weeks Of Release », sur le site officiel de LucasArts. Mis en ligne le 1er août 2003.
  36. (en) « About BioWare », sur le site officiel de BioWare. Consulté le 18 décembre 2009.
  37. (en) « Star Wars: Knights of the Old Republic (Xbox) » sur VGChartz. Consulté le 15 décembre 2009.
  38. a et b (en)« British Academy of Film and Television Arts Games Awards », sur le site officiel des BAFTA Games Awards. Consulté le 16 décembre 2009.
  39. a et b (en) « 4th Annual Game Developers Choice Awards », sur le site officiel des Game Developers Choice Awards. Consulté le 16 décembre 2009.
  40. a et b (en) « 7th Annual Interactive Achivements Awards », sur le site officiel des Interactive Achievement Awards. Consulté le 16 décembre 2009.
  41. (en) « GameSpot - Best of 2003 - Role-Playing-Game », sur GameSpot. Consulté le 16 décembre 2009.
  42. (en) « GameSpy - Best of 2003 - Xbox Games of the Year », sur GameSpy. Consulté le 16 décembre 2009.
  43. (en) « 2003 Game Critics Awards Nominees », sur le site officiel des Game Critics Awards. Consulté le 16 décembre 2009.
  44. (fr) Gaël Fouquet, « Imagina Game Awards: le palmarès », sur Gamekult. Mis en ligne le 17 février 2004.
  45. (en) « GameSpy: Top 25 Xbox Games of All-Time - Page 25 », sur GameSpy. Mis en ligne le 25 juin 2005.
  46. (en) « The Top 25 Xbox Games of All-Time - Page 5 », sur IGN Entertainment. Mis en ligne le 16 mars 2007.
  47. (en) « GameSpy's 25 Most Memorable Games of the Past 5 Years », sur GameSpy. Mis en ligne le 28 septembre 2004.
  48. (en) « Best Videogames and Computer Games of the Decade 2000 - 2009 », sur IGN Entertainment. Consulté le 14 février 2010.
  49. (en) « IGN Top 100 Games 2007 - 27 Star Wars Knights of the Old Republic », sur IGN Entertainment. Consulté le 20 décembre 2009.
  50. (en) « BioWare Corporate and Community Awards », sur le site officiel de BioWare. Consulté le 20 décembre 2009.
  51. (en) «LucasArts and Bioware reveal Star Wars: The Old Republic », sur le site officiel de LucasArts. Mis en ligne le 21 octobre 2008.
  52. (en) « Star Wars: Knights of the Old Republic Archived News- August 2004 », sur le site officiel du jeu. Mis en ligne le 13 août 2004.
  53. (en) « LucasArts reveals Star Wars: The Best of PC », sur le site officiel de LucasArts. Mis en ligne le 15 novembre 2006.
  54. (en) Kris Pigna, « Star Wars: KOTOR now available on Steam and Direct2Drive », sur 1UP.com. Mis en ligne le 6 septembre 2009.
  55. (fr) « LucasArts annonce Star Wars: The Old Republic », sur Jeuxvideo.com. Mis en ligne le 21 octobre 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo
Bandes dessinées
no 6 - épisode Shadows and Light
no 24 - épisode Unseen, Unheard

Lien externe[modifier | modifier le code]