Stanislas Joukovski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Datcha

Stanislas Joukovski (en polonais : Stanisław Żukowski)(en biélorusse : Станіслаў Юльянавіч Жукоўскі) est un peintre d'origine polonaise et biélorusse né en 1873 à Endrikhovitchi dans le goubernia de Hrodna (Grodno), dans l' Empire russe (actuelle Biélorussie). Il mourut en 1944 à Prouchkova, près de Varsovie, en Pologne.

Sur les autres projets Wikimedia :

Biographie[modifier | modifier le code]

Stanislas Joukovski naquit dans une famille aristocratique, privée de ses propriétés et de ses droits nobiliaires après l'Insurrection polonaise de 1861-1864. Le père de Stanislas Joukovski ne prit pas part à l'insurrection, mais il fut privé de ses titres de naissance et en même temps sanctionné sur le plan financier, comme sympathisant politique. Suivant une proposition du général-gouverneur V.M Mouravev approuvée par l'empereur Alexandre II de Russie le 26 mai 1863 une contribution de 10% des bénéfices nets fut imposée dans les régions révolutionnaires. Elle devait être payée dans le délai de 7 jours après la réception de sa signification. D'autres impôts et taxes diverses furent augmentés suite à l'insurrection. Le père de l'artiste ne parvint plus à conserver le domaine familial et devint locataire-fermier, comme la plupart des autres représentants de l'artistocratie polono-biélorusse. L'échec de l'Insurrection, la déportation des frères de son père, la perte des propriétés familiales, la situation matérielle précaire de la famille détruisit les espoirs de Stanislas Joukovski et cette situation exerça une influence importante dans le développement émotionnel et la sensibilité du jeune peintre.

Timbre-poste, tableau de Joukovski

En 1892 Stanislas Joukovski, malgré l'opposition de son père, se rendit à Moscou pour étudier la peinture à l'École de Peinture, Sculpture et Architecture de Moscou . Il étudia auprès d'Isaac Levitan puis termina également ses études à l'École de peinture, de sculpture et d'architecture de Moscou. À partir de 1895 il participa aux expositions des peintres Ambulants et en 1904 il devint membre de leur société[1]. En 1899 son tableau «Nuit de lune» fut acquis pour la collection de la Galerie Tretiakov.

Au début du XXe siècle, Joukovski devint l'un des peintres les plus réputés en Russie parmi les paysagistes Impressionistes. Il participa aux expositions de «Mir iskousstva». Il vivait plus volontiers à Moscou. Il y organisa des cours particuliers et enseigna de 1907 à 1917.Il fut membre du Conseil artisitique de la Galerie Tretiakov [2].

En 1923 il partit pour la Pologne. Dans les années 1930, Isaak Brodsky et d'autres amis lui proposèrent de revenir en URSS, mais il préféra rester en Pologne. À l'époque de la Seconde Guerre mondiale,S. Joukovski fut arrêté par les nazi et envoyé dans un camp de concentration [3].

Il mourut dans ce camp de concentration à Prouchkova en Pologne en 1944.

Thèmes[modifier | modifier le code]

  • Printemps
  • Été
  • Automne
  • Hiver
  • «Fenêtre sur le monde»
  • Interieurs
  • «noble demeure»
  • Nostalgie

Galerie[modifier | modifier le code]

Ses tableaux rendent très bien la beauté de la nature en Biélorussie. Il porte une attention particulière à la peinture des décors intérieurs et extérieurs des domaines et des maisons.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Musée d'État des Beaux-Arts de la RSSB. Éditions «Belarus» Minsk 1976.
  • (fr) Camilla Gray : L'Avant-garde russe dans l'art moderne (1863-1922).Thames et Hudson .Paris.2003. (ISBN 2-87811-218-0).
  • (fr) Jean-Claude Marcadé : L'avant-garde russe (1907-1927). Flammarion.2007.(ISBN 2-08-120786-9).

Liens[modifier | modifier le code]

( Podouchkov Dimitri : histoire du district d'Oudomelski et de l'Oblast de Tver)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Andreï Lebedev, Les Ambulants, Édition d'art Aurore, Leningrad 1977, 1982 p. 190
  2. Andreï Lebedev, Les Ambulants, Édition d'art Aurore, Leningrad 1977, 1982 p. 190
  3. Andreï Lebedev, Les Ambulants, Édition d'art Aurore, Leningrad 1977, 1982 p. 190