Standing on the Shoulder of Giants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Standing on the Shoulder of Giants

Album par Oasis
Sortie 28 février 2000
Enregistré 1999/2000
Durée 46:41
Genre Rock psychedelique / Britpop
Producteur Mark Stent & Noel Gallagher
Label Big Brother, Epic

Albums par Oasis

Singles

Go Let It Out
(février 2000)

Who Feels Love?
(avril 2000)
Sunday Morning Call
(juillet 2000)

Where Did It All Go Wrong?
(octobre 2000)

Standing On The Shoulder Of Giants est le quatrième album du groupe rock Oasis ; il est sorti le 28 février 2000. Il est le 16e le plus rapidement vendu de l'histoire du Royaume-Uni avec environ 310 000 copies achetées dès la première semaine. Il a été aussi certifié double disque de platine par le British Phonographic Industry[1] et vendu à environ 208 000 copies aux États-Unis. Il sera bien évidemment, comme tous les albums du groupe, leur quatrième consécutifs à atteindre le numéro 1 des ventes aux Royaume-Uni. Mais il fut paradoxalement leur pire album studio en termes de vente avec seulement 3 millions de copies vendues à travers le monde.

En 1999, l'année précédant la sortie de l'album, Oasis perd deux de ses membres en la personne de Paul "Bonehead" Arthurs et Paul "Guigsy" McGuigan et change de producteur, remplaçant Owen Morris à qui l'on doit les trois premiers albums du groupe par Mark "Spike" Stent.

Cet album se définit par des sons plus proches du psychédélique moderne. Illustration avec des boucles de percussions, de samples, l'utilisation d'un sitar électrique et d'un mellotron ainsi que des sons de guitare plus orientés vers le rythmique. Cela donne un album expérimental avec des influences plus recherchées dans l'électronique ou dans le son rock psychédélique lourd. Des sons comme Go Let It Out!, Who Feels Love? avec sa couleur très hindoue encore la très progressive Gas Panic! illustrent bien ce nouveau tournant que prend le groupe avec cet album. Il est ajouté que cet album tranche de ses prédécesseurs par sa noirceur. En effet, à l'inverse de titres présents dans Be Here Now ou Definitely Maybe, des sons comme Where Did It All Go Wrong? ou Sunday Morning Call sonnent moins optimistes, plus sombres que l'on explique en partie par le départ des deux membres.

Historique[modifier | modifier le code]

Le titre de l'album tire son nom d'une fameuse citation d'Isaac Newton : «If I can see further than anyone else, it is only because I am standing on the shoulders of giants.» (Si je peux voir davantage que n'importe qui d'autre, c'est seulement parce que je suis debout sur les épaules de géants). Noel Gallagher trouva cette phrase sur la tranche d'un pièce de £2, un jour où il était dans un pub, assez saoul. Il trouva la tirade convenable pour le prochain album du groupe et l'inscrivit sur un paquet de cigarettes. Le lendemain, ayant oublié cette action de la veille, il trouva la phrase inscrite sur le paquet et l'accepta comme titre de ce nouvel opus. Du fait du départ du bassiste et du guitariste au cours de l'enregistrement de l'album comme dit précédemment, le groupe dut réenregistrer leur partie déjà enregistrée pour des raisons juridiques. Il est intéressant pour conclure de noter que lorsque Standing on the Shoulder of Giants fut enregistré, le groupe Oasis était réduit aux personnes des frères Gallagher et du batteur Alan White.

Couverture de l'album[modifier | modifier le code]

La pochette se compose d'une photo de New York et de son horizon. Elle a été prise du haut du Rockefeller Center. On peut y apercevoir une pléiade de buildings connues comme par exemple l'Empire State Building au premier plan ainsi que le World Trade Center est visible au loin. Cette photographie joui d'un effet visuel peu commun par le fait qu'il est impossible de savoir à quel moment de la journée elle a été prise. Afin d'obtenir cet effet, le photographe a pris, chaque demi-heure, un cliché du même endroit et cela pendant 18 heures consécutives au cours d'une journée. Puis ces clichés furent modifiés numériquement et additionnés pour former l'image finale. Les pochettes des singles issues de Standing on the Shoulder of Giants sont toutes issues des mêmes thèmes que sont la ville de New York, les buildings, avec par exemple la pochette de Go Let It Out montrant une partie de football sur le toit d'un building.

La reception[modifier | modifier le code]

Cet album déçut beaucoup les médias et de ce fait reçu des critiques mitigées. Il fut jugé comme le pire album du groupe en comparaison des trois derniers. Même a posteriori, c'est-à-dire actuellement, il est toujours considéré comme tel[2]. Il est à noter qu'il existe quand même des critiques favorables comme le magazine Rolling Stone qui le notera 3/5[3] , NME qui lui donnera un 6/10[4], ou encore le fameux Q Magazine qui donnera une note de 4/5 à l'album en faisant l'éloge du titre Lets All Make Believe présent sur le single Go Let It Out qui figure aussi sur la version japonaise de l'album. Les frères Gallagher tenteront tous de même de prouver la qualité de leur nouvel opus. Noel Gallagher dira : « Même si ce n'était pas notre meilleure heure, c'est un bon album, né pendant une période difficile. J'ai travaillé dur comme jamais auparavant sur cet album. », considérant Go Let It Out comme une de ses meilleures créations. Liam aussi défendit son nouvel album : « Certaines personnes estiment que l'album est de la merde, mais je pense que c'est un très bon album ... il est juste un peu différent » considérant de son côté que Fuckin' In The Bushes, Go Let It Out, Gas Panic et Where Did It All Go Wrong? comme «de la vrai musique ». Il connut, chose assez inhabituelle, un certain succès aux États-Unis atteignant la 24e place du Billboard Charts.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

  1. Fuckin' in the Bushes
  2. Go Let It Out
  3. Who Feels Love?
  4. Put Your Money Where Yer Mouth Is
  5. Little James
  6. Gas Panic!
  7. Where Did It All Go Wrong?
  8. Sunday Morning Call
  9. I Can See A Liar
  10. Roll It Over
  11. Let's All Make Believe (version japonaise exclusivement)

Notes[modifier | modifier le code]

  • Cet album marque une première pour Liam Gallagher avec l'écriture de titre Little James. Il dira qu'il a tiré son inspiration en écoutant en boucle Beautiful Boy (Darling Boy) de John Lennon.
  • De plus, Noel Gallagher raconta qu'il aurait surpris son frère en train de chanter et d'enregistrer les paroles de Little James seul à l'écart du groupe. Par la suite, Liam se trouvant en vacances, Noel et Alan White récupérèrent l'enregistrement à son insu et décidèrent de l'incorporer à l'album. Liam, à son retour, eut la surprise de voir le groupe l'attendant afin de clôturer le morceau.
  • Avec le titre Sunday Morning Call, une vague de crainte s'installa chez les fans. En effet, le 3e single incluant ce titre ne comprenait aucune chanson avec la voix de Liam. On crut alors à la fin du groupe et la tournée désastreuse qui s'en suivit accentua cette idée mais très vite le groupe nia leur séparation.

Personnel[modifier | modifier le code]

Oasis : Liam Gallagher, Noel Gallagher et Alan White.


Musiciens additionnels :

  • Paul Stacey : claviers, guitariste supplémentaire dans Fuckin' in the Bushes et Who Feels Love?, bassiste dans Who Feels Love? et Gas Panic!, I Can See A Liar et Roll It Over et guitariste acoustique dans Where Did It All Go Wrong?
  • P. P. Arnold : chœurs dans Fuckin' in the Bushes, Put Yer Money Where Yer Mouth Is et Roll It Over
  • Linda Lewis : chœurs dans Fuckin' in the Bushes, Put Yer Money Where Yer Mouth Is et Roll It Over
  • Mark Coyle : sitar électrique dans Put Yer Money Where Yer Mouth Is et guitare à douze cordes dans Gas Panic!
  • Mark Feltham : harmonica dans Gas Panic!
  • Charlotte Glasson : flute dans Gas Panic!


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « www.bpi.co.uk » (consulté en )
  2. (en) « Standing On The Shoulder Of Giants », sur www.albumrock.net (consulté le 21 février 2011)
  3. (en) « Standing On The Shoulder Of Giants », sur www.rollingstone.com .
  4. (en) « Standing On The Shoulder Of Giants », sur www.nme.com (consulté le 21 février 2011)